AccueilPortailCalendrierPartenairesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Oklahoman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: The Oklahoman   Sam 19 Déc - 18:38


FENERBAHÇE S.K. ~ CHOIX NUMÉRO 1



Gaúcho, c'est qui ?

Cher Aziz Yıldırım,
Comme vous devez le remarquer si je vous écris, c'est pour postuler au poste d'entraîneur, je commence par me présenter comme il se doit. Je m'appelle Axel mais dans le domaine du football, on me surnomme Gaúcho pour la simple et unique raison que je suis pas doué au football. Alors vous allez me dire, que faites-vous à postuler une candidature. Je vais vous expliquer d'où vient ce surnom. Avant de devenir, coach, j'étais joueur de football comme tout gamin aimant ce sport. Vous devez surement me connaître puisque j'ai évolué toute ma jeunesse dans un des clubs de notre capitale, je parle de Gençlerbirliği S.K. J'ai joué jusqu'à l'âge de 19 ans au poste de défenseur central. Lors d'un match de pré-saison opposant un autre club de la capital à savoir, Ankaraspor, je me blesse gravement à la jambe droite pour être plus précis. J'ai dû mal à me remettre de cette blessure, je vais passer 5 mois dans la tribune. Lors de mon retour, il ne reste plus beaucoup de match à disputer mais on me verra quelque fois sur les pelouses des diverses équipe de Turquie. Mais, j'ai dû mal à rejouer, cette blessure m'a fait perdre le talent que j'ai fait, je ne sais plus tirer correctement avec mon pied de prédilection (le droit). Voilà, la signification du surnom "Gaúcho". Deux ans plus tard, je décide de revenir dans le club de ma région (Gençlerbirliği S.K.). Je postule pour revenir sur les terrains mais cette fois-ci en costard au bord du banc. Vingt-trois jours (oui, je me rappelle de ce jour) après je reçois une réponse du président qui me nomme entraîneur. J'y resterai 3 ans. La première année fut assez dur, on terminera 14e sur les 20 équipes le SuperLigue de Turquie. La saison suivante (2002-2003) sera nettement meilleur puisque je serai à la 9e place mais surtout j'irai jusqu'en finale de la Coupe contre un de nos rivals, Trabzonspor. Etant donné qu'ils étaient déjà qualifié pour l'UEFA (Europa League), on allait disputé celle dernière. Ma troisième et dernière année fut la meilleur, on arrive 5e en championnat et on bute encore contre la même équipe mais surtout on retiendra qu'on a été jusqu'en huitièmes de finale éliminé par Valencia, le vainqueur de cette édition 2004. Ensuite, je décide d'arrêter le coaching malgré le succès que j'ai eu cette dernière saison dans ma ville d'enfance. La raison est toute simple, c'est juste que j'ai des problèmes avec ma famille, plus précisément ma fille qui souffre alors je décide de m'en occuper. Six ans plus tard, je décide de reprendre le football en tant que coach évidemment et je débarque sur la planète Fantastic-Foot. J'arrive en cours de saison au F.C. Lorient. J'y resterai jusqu'à la trêve (15e journée), avec ce club qui vise le maintien en Ligue 1, j'irai jusqu'à la 6è place mais après une baisse de régime, je serai à la 12è place. A la 15è journée, je décide de revenir en Ligue 1 et je serai coach de Saint-Etienne. SUIIIITE SAISON + CDM / SUEDE



Pourquoi Fenerbahçe et pas un autre club ?

Nous arrivons à ma deuxième partie de ma candidature qui est aussi importante que la première (cf : regarder en haut). Je vais pas aller par quatre chemin, Fenerbahçe, c'est mon club de coeur depuis tout petit. C'est pas difficile à comprendre, je suis Fenerli pour la simple et bonne raison que mon grand-père est un grand supporter de ce club. En effet, il est né là-bas, à Kadikoy, il a vécu là-bas jusqu'à ses 24 ans où il a rencontré ma grand-mère dans cette magnifique ville. Alors, c'est sans surprise que je suis un Fenerli. Ensuite, dès que j'avais 10 ans, j'ai voulu aller au Şükrü Saracoğlu (le nom du stade de Fenerbahçe). Alors, pendant les grandes vacances d'été (juillet-août), il décidé de m'amener où j'étais fou de joie. J'ai également un demi-cousin, qui joue au Fenerbahçe mais pas dans la section football, dans la section basket-ball puisque à Fenerbahçe, il y a plusieurs sports dont les 2 cités. Comme vous l'aurai compris, Fenerbahçe, c'est toute ma vie et ça se transmet de père en fils ! SUIIIITE REAAL



Fenerbahçe cette dernière année.

GAÚCHO~FENERBAHÇE A venir.


Son expérience.

GAÚCHO~FENERBAHÇE A venir.


Ses objectifs.

GAÚCHO~FENERBAHÇE A venir.


L'effectif de Fenerbahçe.

GAÚCHO~FENERBAHÇE A venir.

LES GARDIENS :
GB DEMIREL Volkan 79
GB SERKAN Kirintili 73
GB ERTUĞRUL Taşkıran 72
GB GÜNOK Fehmi 70

LES DÉFENSEURS :
DL GÖNÜL Gökhan 86
DL ANDRÉ SANTOS79
DL ALKAN Okan 62
DC LUGANO Diego 82
DC YOBO Joseph 82
DC BILICA Fabio 82
DC ILHAN Eker 73
DC IRTEGÜN Bekir 71
DC ERBEY Hasan 64

■ LES MILIEUX :
MDf SAHIN Selçuk 68
MR TOPUZ Mehmet 76
MR BELÖZOĞLU Emre 74
MR BARONI Christian 72
ML STOCH Miroslav 79
ML CANER Erkin 75
ML BORAL Uğur 73
ML IRAVUL GÖkay 69
MO ALEX Miroslav 78
MO HURMACI Özer 68

LES ATTAQUANTS :
AI DIA Issar 81
SA NIANG Mamadou 79
SA EMENIKE Emmanuel ??
AC GÜIZA Daniel 79
AC ŞENTÜRK Semih 74
AC ELITEZ Berk 61


Composition de base.

GAÚCHO~FENERBAHÇE A venir.


Le recrutement envisagé de Gaúcho.

GAÚCHO~FENERBAHÇE A venir.


La composition après le recrutement désiré.

GAÚCHO~FENERBAHÇE A venir.


Le mot de la fin.

GAÚCHO~FENERBAHÇE A venir.

_________________


Dernière édition par « Gαúcнô ™` le Sam 18 Juin - 3:59, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 19 Déc - 18:42



CHAPITRE 1 ~ PRÉSENTATION DE GAÚCHO

SAINT'ETIENNEBYGAÚCHO Comme vous devez le remarquer si je vous écris, c'est pour postuler au poste d'entraîneur, je commence par me présenter comme il se doit. Je m'appelle Axel mais dans le domaine du football, on me surnomme Gaúcho pour la simple et unique raison que je suis pas doué au football. Alors vous allez me dire, que faites-vous à postuler une candidature. Je vais vous expliquer d'où vient ce surnom. Avant de devenir, coach, j'étais joueur de football comme tout gamin aimant ce sport. J'ai évolué toute ma jeunesse dans un des clubs de la capitale de Turquie, je parle de Gençlerbirliği S.K. J'ai joué jusqu'à l'âge de 19 ans au poste de défenseur central. Lors d'un match de pré-saison opposant un autre club de la capital à savoir, Ankaraspor, je me blesse gravement à la jambe droite pour être plus précis. J'ai dû mal à me remettre de cette blessure, je vais passer 5 mois dans la tribune. Lors de mon retour, il ne reste plus beaucoup de match à disputer mais on me verra quelque fois sur les pelouses des diverses équipes de Turquie. Mais, j'ai dû mal à rejouer, cette blessure m'a fait perdre le talent que j'avais, je ne sais plus tirer correctement avec mon pied de prédilection (le droit). Voilà, la signification du surnom "Gaúcho". Deux ans plus tard, je décide de revenir dans le club de ma région (Gençlerbirliği S.K.). Je postule pour revenir sur les terrains mais cette fois-ci en costard au bord du banc. Vingt-trois jours (oui, je me rappelle de ce jour) après ce jour, je reçois une réponse du président qui me nomme entraîneur. J'y resterai 3 ans. La première année fut assez dur, on terminera 14e sur les 20 équipes le SuperLigue de Turquie. La saison suivante (2002-2003) sera nettement meilleur puisque je serai à la 9e place mais surtout j'irai jusqu'en finale de la Coupe contre Trabzonspor. Etant donné qu'ils étaient déjà qualifié pour l'UEFA (Europa League), on allait disputé celle dernière. Ma troisième et dernière année fut la meilleur, on arrive 5e en championnat et on bute encore contre la même équipe mais surtout on retiendra qu'on a été jusqu'en huitièmes de finale éliminé par Valencia, le vainqueur de cette édition 2004. Ensuite, je décide d'arrêter le coaching malgré le succès que j'ai eu cette dernière saison dans ma ville d'enfance. La raison est toute simple, c'est juste que j'ai des problèmes avec ma famille, plus précisément ma fille qui souffre alors je décide de m'en occuper. Six ans plus tard, je décide de reprendre le football en tant que coach évidemment et je débarque sur la planète Fantastic-Foot. J'arrive en cours de saison (à la 4è journée) au F.C. Lorient. J'y resterai jusqu'à la trêve (15è journée), avec ce club qui vise le maintien en Ligue 1, j'irai jusqu'à la 6è place mais après une baisse de régime, je serai à la 12è place sachant que j'ai reprit le club à la 14è place. Avec le FCL, j'ai recruté des joueurs comme Oguchi Onyewu, Stephen Carr, Marco Torsiglieri, Xisco et Miralem Sulejmani. Ensuite à la trêve, je décide de changer d'équipe et c'est là que j'arrive ici à Saint-Étienne comme vous vous rappellez. Ma saison a été une réussite puisque j'ai réussi à nous qualifier pour participer à la Ligue des Champions. Je termine avec un très bon bilan (6V-8N-1D) où en 15 matchs, j'ai connu qu'une seul fois la défaite contre Caen. J'ai recruté des bons joueurs comme Miroslav Stoch, Diniyar Bilyaletdinov, Jon Dahl Tomasson et Achille Emana. Ensuite, j'ai postulé pour devenir le sélectionneur de la Suède, j'aurai pu choisir la Turquie ou la Belgique mes deux nationalités mais j'ai préféré tenter le défi en Suède, un pays que j'apprécie. Après ma nomination, la prochaine étape était le tirage au sort qui fut assez difficile quand on voit qu'il y avait l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie, le Danemark et la Bosnie. Les médias nous voyait passer les éliminatoires en finissant 4è derrière l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie et devant le Danemark et la Bosnie. La première journée fut un match capitale car on jouait contre la Turquie. Ce fut une défaite 1-0. Malgré ce revers, je décide de ne pas changer ma composition. Ensuite le 2è match fut une grande réussite puisqu'on prenait les 3 points en gagnant 2-0 contre les Pays-Bas. Le 3è match aussi a été une grande réussite vu qu'on a réussit à battre l'Espagne, 1-0. La 4è journée fut assez décisive puisque si on battait le Danemark, on était déjà qualifié pour la Coupe du Monde. Et ce fut une nouvelle victoire sur le score de 1-0. La 5è et dernière journée étant sans enjeux pour nous puisqu'on était déjà qualifié mais si on gagnait on terminait 1er du groupe. Et c'est sans aucune difficulté qu'on bat la Bosnie (1-0). On termine donc 1er du groupe (4V-0N-1D) devant la Turquie, l'Espagne, la Bosnie, les Pays-Bas et le Danemark. SUITE CDM AFRICA.



CHAPITRE 2 ~ PRÉSENTATION DE SAINT-ÉTIENNE

SAINT'ETIENNEBYGAÚCHO L'Association sportive de Saint-Étienne Loire, couramment abrégé en ASSE, AS Saint-Étienne ou encore Sainté, est un club de football français fondé en 1919 par le Groupe Casino. Dix titres de champion de France, six Coupes de France, cinq Trophée des champions et une participation à une finale de Coupe des clubs champions européens composent le palmarès d'un des clubs les plus titrés et les plus populaires du football français. Club professionnel depuis 1933, l'AS Saint-Étienne est le club le plus couronné de France. Le club atteint son apogée dans les années 1960 et 1970, lorsqu'il remporte neuf titres en seulement quatorze saisons. En 1976, les Verts de Robert Herbin atteignent la finale de la coupe d'Europe des clubs champions, provoquant une ferveur nationale peu commune. Ils sont finalement battus par le Bayern Munich, sur un terrain devenu connu pour ses « poteaux carrés ». Depuis qu'il est professionnel, le club réside au Stade Geoffroy-Guichard. En août 2011, le club stéphanois entamera sa 59e saison en Ligue 1, ce qui en fait le troisième club français dans ce domaine. Le club est en 2011 co-présidé par Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, qui sont les deux actionnaires principaux du club.


CHAPITRE 3 ~ EFFECTIF


SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ COPYRIGHT LES GARDIENS :
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © GB JANOT Jérémie 81
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © GB COULIBALY Pape Abdoulaye 72
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © GB MOULIN Jessy 71

SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ COPYRIGHTLES DÉFENSEURS :
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © DL EBONDO Albin 79
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © DL MATUIDI Blaise 77
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © DC BOCANEGRA Carlos 75
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © DC SALL Moustapha Bayal 71
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © DL NÉRY Loris 69
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © DC MONSOREAU Sylvain 69
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © DL GHOULAM Faouzi 67
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © DL ANDREU Yoann 66

SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ COPYRIGHT■ LES MILIEUX :
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © ML ALONSO Alejandro 77
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © MR PERRIN Loïc 74
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © ML AUBAMEYANG Pierre-Emerick 73
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © MR LANDRIN Christophe 69
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © MO BATLLES Laurent 65
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © MR GUILAVOGUI Josua 63
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © MO MANSALY Boubacar 53

SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ COPYRIGHTLES ATTAQUANTS :
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © AC SANOGO Boubacar 78
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © AC RIVIÈRE Emmanuel 77
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © AI PAYET Dimitri 76
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © AI SAKO Bakari 72
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © SA Ravet Yoric 63
SAINT-ÉTIENNE BY GAÚCHO FOR FF ~ © AC SAADI Idriss 59


CHAPITRE 4 ~ L'EFFECTIF VU PAR GAÚCHO


SAINT'ETIENNEBYGAÚCHO Malgré que je n'ai pas re-signer, je me permets de décrire les joueurs que j'apprécie et ceux que je n'apprécie pas sans oublier leurs rôles si je re-signe évidemment. Au niveau des gardiens, ça sera évidemment Jérémie Janot qui sera dans le onze de base cependant il peut partir contre un autre gardien. Son remplaçant sere la Sénégalais, Pape Abdoulaye Coulibaly que j'apprécie plus que Jessy Mouli qui lui pourrait partir en prêt dans un petit club dans le besoin. Ensuite, nous arrivons à la défense, on possède trois défenseurs centraux donc il faudra en recruter et cinq défenseurs latéraux donc en tout huit. Le patron de la défense sera Carlos Bocanegra. En effet, j'apprécie énormément l'Américain et il est très bon, je compte également le garder. Il sera associé avec Moustapha Bayal Sall qui formeront dans mon onze de base, la charnière central. Ensuite sur les côtés, il y aura Albin Edondo qui est parfaitement le profil que je recherche mais à l'inverse de Carlos, il pourrait partir vers un autre club. De l'autre côté du terrain, il y aura l'ancien international Français, j'parle bien sur de Blaise Matuidi qui a une très bonne valeur marchande donc j'essayerai de sévir l'occasion la plus favorable pour notre club. Mon premier back-up pour les défenseurs latéraux est le jeune espoir, Loris Néry. Et pour les défenseur centraux, ça sera Sylvain Monsoreau qui est un vétéran.



CHAPITRE 5 ~ LE MERCATO DE GAÚCHO

CHAPITRE 6 ~ LES MOTIVATIONS DE GAÚCHO

CHAPITRE 7 ~ LES OBJECTIFS DE GAÚCHO

CHAPITRE 8 ~ EN CONCLUSION

_________________


Dernière édition par « Gαúcнô ™` le Lun 27 Juin - 17:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 19 Déc - 23:44



 O L Y M P I Q U E . L Y O N N A I S
___________________________

_____________________________________________I - Gaúcho pour remplacer Selena.
_____________________________________________II - Présentation de Gaúcho.
_____________________________________________III - Présentation de Gervinho.
_____________________________________________IV - La demi-saison de Gaúcho.
_____________________________________________V - La demi-saison de Gervinho.
_____________________________________________VI - La situation de Lyon à l'heure actuelle.
_____________________________________________VII - L'histoire de Lyon.
_____________________________________________VIII - Gerland, le stade de Lyon.
_____________________________________________IX - Effectif actuel.
_____________________________________________X - Composition.
_____________________________________________XI - Joueurs clés.
_____________________________________________XII - Recrutement.
_____________________________________________XIII - Gaúcho et Gervinho au micro.
_____________________________________________XIV - Motivations
_____________________________________________XV - Objectifs
_____________________________________________XVI - Conclusion
___________________________





Aulas déclarant le départ de Selena
  • En ce 14 octobre, moment de trêve pour tout les championnat comme la Ligue 1, des clubs opèrent à des changements tactiques en virant leur manager ou/et adjoint. Lyon a opéré à cela en limogeant Selena Gomez qui doit quitter l'Olympique Lyonnais pour des raisons médicales, nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Suite à cette nouvelle, j'ai donc décidé de vous écrire afin de succéder à Selena Gomez. Afin de mettre toute les chances de mon côté, je viens de concocter une grosse candidatures regroupant plusieurs parties qui viennent déterminer l'énorme envie en moi de signer à Lyon. Je suis accompagné d'une autre grosse pointure du monde du football, d'un manager de Ligue 1 qui a réussi à se faire un nom dans ce domaine assez difficile où la réussite n'est toujours pas au rendez-vous, il sera mon bras droit, mon adjoint. Je vous souhaite donc une bonne lecture de notre candidature.






Le parcours de Gaúcho
  • Comme vous devez le remarquer si je vous écris, c'est pour postuler au poste d'entraîneur, je commence par me présenter comme il se doit. Je m'appelle Axel mais dans le domaine du football, on me surnomme Gaúcho pour la simple et unique raison que je suis pas doué au football. Alors vous allez me dire, que faites-vous à postuler une candidature. Je vais vous expliquer d'où vient ce surnom. Avant de devenir, coach, j'étais joueur de football comme tout gamin aimant ce sport. J'ai évolué toute ma jeunesse dans un des clubs de la capitale de Turquie, je parle de Gençlerbirliği S.K. J'ai joué jusqu'à l'âge de 19 ans au poste de défenseur central. Lors d'un match de pré-saison opposant un autre club de la capital à savoir, Ankaraspor, je me blesse gravement à la jambe droite pour être plus précis. J'ai dû mal à me remettre de cette blessure, je vais passer 5 mois dans la tribune. Lors de mon retour, il ne reste plus beaucoup de match à disputer mais on me verra quelque fois sur les pelouses des diverses équipes de Turquie. Mais, j'ai dû mal à rejouer, cette blessure m'a fait perdre le talent que j'avais, je ne sais plus tirer correctement avec mon pied de prédilection (le droit). Voilà, la signification du surnom "Gaúcho". Deux ans plus tard, je décide de revenir dans le club de ma région (Gençlerbirliği S.K.). Je postule pour revenir sur les terrains mais cette fois-ci en costard au bord du banc. Vingt-trois jours (oui, je me rappelle de ce jour) après ce jour, je reçois une réponse du président qui me nomme entraîneur. J'y resterai 3 ans. La première année fut assez dur, on terminera 14e sur les 20 équipes le SuperLigue de Turquie. La saison suivante (2002-2003) sera nettement meilleur puisque je serai à la 9e place mais surtout j'irai jusqu'en finale de la Coupe contre Trabzonspor. Etant donné qu'ils étaient déjà qualifié pour l'UEFA (Europa League), on allait disputé celle dernière. Ma troisième et dernière année fut la meilleur, on arrive 5e en championnat et on bute encore contre la même équipe mais surtout on retiendra qu'on a été jusqu'en huitièmes de finale éliminé par Valencia, le vainqueur de cette édition 2004. Ensuite, je décide d'arrêter le coaching malgré le succès que j'ai eu cette dernière saison dans ma ville d'enfance. La raison est toute simple, c'est juste que j'ai des problèmes avec ma famille, plus précisément ma fille qui souffre alors je décide de m'en occuper. Six ans plus tard, je décide de reprendre le football en tant que coach évidemment et je débarque sur la planète Fantastic-Foot. J'arrive en cours de saison (à la 4è journée) au F.C. Lorient. J'y resterai jusqu'à la trêve (15è journée), avec ce club qui vise le maintien en Ligue 1, j'irai jusqu'à la 6è place mais après une baisse de régime, je serai à la 12è place sachant que j'ai reprit le club à la 14è place. Avec le FCL, j'ai recruté des joueurs comme Oguchi Onyewu, Stephen Carr, Marco Torsiglieri, Xisco et Miralem Sulejmani. Ensuite à la trêve, je décide de changer d'équipe et c'est là que j'arrive ici à Saint-Étienne comme vous vous rappellez. Ma saison a été une réussite puisque j'ai réussi à nous qualifier pour participer à la Ligue des Champions. Je termine avec un très bon bilan (6V-8N-1D) où en 15 matchs, j'ai connu qu'une seul fois la défaite contre Caen. J'ai recruté des bons joueurs comme Miroslav Stoch, Diniyar Bilyaletdinov, Jon Dahl Tomasson et Achille Emana. Ensuite, j'ai postulé pour devenir le sélectionneur de la Suède, j'aurai pu choisir la Turquie ou la Belgique mes deux nationalités mais j'ai préféré tenter le défi en Suède, un pays que j'apprécie. Après ma nomination, la prochaine étape était le tirage au sort qui fut assez difficile quand on voit qu'il y avait l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie, le Danemark et la Bosnie. Les médias nous voyait passer les éliminatoires en finissant 4è derrière l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie et devant le Danemark et la Bosnie. La première journée fut un match capitale car on jouait contre la Turquie. Ce fut une défaite 1-0. Malgré ce revers, je décide de ne pas changer ma composition. Ensuite le 2è match fut une grande réussite puisqu'on prenait les 3 points en gagnant 2-0 contre les Pays-Bas. Le 3è match aussi a été une grande réussite vu qu'on a réussit à battre l'Espagne, 1-0. La 4è journée fut assez décisive puisque si on battait le Danemark, on était déjà qualifié pour la Coupe du Monde. Et ce fut une nouvelle victoire sur le score de 1-0. La 5è et dernière journée étant sans enjeux pour nous puisqu'on était déjà qualifié mais si on gagnait on terminait 1er du groupe. Et c'est sans aucune difficulté qu'on bat la Bosnie (1-0). On termine donc 1er du groupe (4V-0N-1D) devant la Turquie, l'Espagne, la Bosnie, les Pays-Bas et le Danemark. Après des heures de stress, on a eu de la chance puisqu'on a hérité d'un groupe pas trop difficile qui était composé de l'Uruguay, notre adversaire directe pour la 1er place. Il y avait également le Pérou qui est une nation qui est pas mal et il y avait la Bosnie que nous avons déjà rencontré lors des éliminatoires. Le 1er match fut le match le plus important puisqu'on affrontait notre adversaire directe, la défaite était interdite. C'est sur le score de 2-2 grâce à Ibrahimovic qui a mit nos 2 buts qu'on termine le match. Le match suivant était important puisqu'on jouait la Bosnie où les 3 points étaient obligatoire si on voulait se qualifier et on a prit les 3 points en gagnant 2-0 sur un nouveau doublé d'Ibrahimovic. Le dernier match était très important vu que si on perdait on rentrait à la maison. Mais on a réussi à arracher 1 point contre le Pérou (1-1). En ce même moment, l'Uruguay a perdu contre la Bosnie donc la 1er place du groupe G était pour nous. En huitièmes de finale, on allait jouer contre le Chili. Malgré la blessure d'Ibrahimovic, on élimine le Chilie sur le score de 2-0 dont 1 goal de Marcus Berg qui a remplacé notre capitaine, Zlatan Ibrahimovic. Après ce match, on allait directement pour les quarts de finale affronter l'une des meilleur nation du monde, l'Argentine qui a remporté la Coupe du Monde, l'année passé. Malgré le retour de Zlatan Ibrahimovic, on a pas réussir à les éliminer donc c'est en quarts de finale qu'on quitte la Coupe du Monde. Je trouve que pour une nation comme la Suède, c'est un bon résultat, on peut repartir la tête haute. Après une grosse coupe du monde de mon côté, je devais chercher un club étant donné que mon contrat était d'une demi-saison. C'est alors que sans aucune hésitation de ma part que je décide de retourner à Saint-Étienne. Ma candidature a été retenue par les dirigeants, ils étaient très content de me revoir rempiler suite à mon hold-up où j'ai réussi à me qualifier pour la Ligue des Champions. C'est avec plein d'ambition que je commence cette nouvelle saison en Ligue 1, ma deuxième. Le premier évènement de la saison fut le tirage des poules de la coupe aux grandes oreilles. On était dans la quatrième poule en dernière place vu qu'on était l'équipe la plus faible. Venant de la première poule, déjà un grand club avec un des plus gros palmarès, il s'agit du Real de Madrid. Ensuite, un autre club avec un passé historique, les Reds de Liverpool. Et pour terminer, il y a Villareal coaché par Hassan qui peut faire très mal. Le premier match fut le match le plus dur du calendrier puisqu'on se déplaçait à Bernabeu. Je me souviens de ce moment où dans les vestiaires, tout le monde se disait qu'on allait se faire atomiser. Mais on arrive à créer la surprise en arrachant un vieux 0-0, on a même eu un meilleur pourcentage, 54% pour être exacte. Le deuxième était la réception de Liverpool. Après avoir créer la surprise en Espagne, il fallait refaire cela mais cette fois-ci devant notre public et on a réussi puisqu'on a gagné sur le score d'1 à 0. Grâce à cette victoire, j'enregistre un moment historique dans le football Français. Dernière journée de la phase aller fut une autre histoire puisqu'on a perdu sur le score de 0-2 à Villareal. A ce moment de la compétition, on était éliminé. Retour à Goeffroy Guichard avec la venue de Villareal, ce match-là était un autre match si on compare la match allé, on arrache un précieux point grâce à un 0-0. L'avant-dernier match était le dernier devant notre public, on recevait le Réal Madrid qui retourne avec un point en Espagne suite à un troisième 0-0. Le dernier match de ce groupe B fut très important car si on faisait un match nul, on était qualifié pour les quarts de finale, chose que personne n'aurait songé pendant une fraction de seconde. Mais pourtant, on a réussi, on a tenu en échec les Reds chez eux, à Anfield sur le score 1-1. On était tous fou, on a réussi à terminer à la deuxième place qui nous menait vers le bonheur puisqu'on accédait aux quarts de finale, chose que le club de la Loire n'a jamais connu.






Le parcours de Gervinho
  • Nous sommes le 14 octobre 2011, Kévin Gervinho quitte Lille par manque de résultats et cherche un nouveau challenge. Tout cela n’a pas tardé, Gaúcho, l’entraineur de Saint-Etienne l’aurait contacté sur son petit iPhone et demande de le rejoindre au plus vite à Lyon pour bouffer du Lion en centre ville avec Jean-Michel Aulas et Bernard Lacombe. Tout de suite, Kévin n’en croit pas ses yeux, il doit quitter Lille avec un temps de chien pour rejoindre le beau temps rhodanien, ça peut paraitre impensable mais sa valise était prête en 5 minutes, la famille est dans la BMW, direction l’autoroute pour Lyon, bon il y a des heures de routes mais je vais pas vous raconter toute sa vie non plus. Commençons par la base de sa carrière, ses débuts. Il commença sa carrière d’entraineur en tant qu’entraineur des Under 9 dans le club de Honolulu FC, c’est un grand club de D1 Hawaiienne. Tout ce passe bien, il gagne ses matchs tranquillement, pas de soucis à se faire. Alors on lui dit, la France t’appelle, Le Mans veut te recruter en tant que ramasseur de balles. Un contrat en or pour cet entraineur! Le voilà au Mans, le président lui confit ses ballons Kappa soigneusement bichonner par les pieds des joueurs. On remarqua en lui, un petit air de Apoula Edel dans ses gestes et ses récupérations de ballons alors on lui dit de signer un contrat en tant que gardien pour le Mans FC 3 qui évolue en DH. Kévin enchaîne les bons matchs biensûr mais il se blesse au petit ongle du doigt de pied, sa carrière est remis en jeu, alors il met un terme à sa carrière pour se reconvertir en entraineur. Il prend alors la place de Denis Zanko en tant qu’entraîneur de la réserve mancelle, Kévin obtient de bons résultats en championnat en battant Metz entre autre et donc il se retrouve en finale des Championnat de France des Réserves face à Lyon mais ces derniers l’emportent avec brio (2-1). L’entraineur se dis satisfait des performances des joueurs pendant cette saison et donc il se voit être pisté par plusieurs clubs tels que Lille, Sochaux, Lens et Cassis Carnoux. Kévin fait un peu mijoté son cerveau et décide de signer à Lille pour tenter de remonter le club parmi les cadors du foot français.






La demi-saison de Gaúcho

  • Après une grosse demi-saison où j'ai réussi à passer de la quatrième à la troisième place, synonyme de qualification pour la Champions League. C'est sans aucune hésitation que je me re-propose pour devenir le manager/entraîneur des Verts. C'est donc le lendemain que j'apprends que je re-signe à Saint-Étienne pour un contrat d'une saison complète, cette fois-ci. Dès que j'arrive dans mon bureau, je décide de me séparer de joueurs que je jugeais inutile afin de gagner de l'argent. Avec cette argent, j'agrandis le chaudron en devenant le troisième plus grand stade de France derrière les deux Olympiques (Marseille & Lyon). Après avoir réaliser de multiples transferts pendant l'inter-saison comme la venue de Miroslav Stoch qui a évolué sous mes ordres l'année passé avec cette même équipe. J'ai également eu un ancien Lyonnais, le Serbe, Dejan Lovren qui n'a pas fait long feu en Loire. Il y a eu un joueur qui est actuellement à l'Olympique Lyonnais, il s'agit de Cheick M'Bengué. Ensuite, j'ai réussi à dénicher le capitaine de la sélection Suédoise, Olof Mellberg, un joueur que j'avais auparavant coaché lors de la dernière Coupe du Monde. Et pour terminer, il y a des gros joueur comme Ariel Ibagaza, Mladen Petric ou encore Gervinho. Niveau compétition nationale (Ligue 1), nous avons eu peu de chance avec des défaites où par manque de chance, on rate les trois points mais on retiendra surtout notre grand parcours en Ligue des Champions. En effet, on a connu plus de facilité et réussite quand Ligue 1. On a terminé les phases de poule avec une victoire ; contre Liverpool à Geoffroy Guichard, 4 nuls ; 2 contre le Real qui a fait un sans faute contres les deux autres équipes du groupe, 1 à Anfield et le dernier contre Villareal et la défaite était à Villareal qui a terminé dernier du groupe. C'est donc avec la deuxième place que j'arrive à me qualifier pour les quarts de finale de la plus grand coupe, je ne peux être que fière de ce résultant étant donné qu'on était la plus faible équipe de cette édition parmi les quatre groupes.






La demi-saison de Gervinho
  • En aout 2011, Kévin Gervinho s’engageait avec Lille en tant qu’adjoint, l’entraineur principal de cette équipe était Rudi Patou, ancien entraineur de Genoa. Kévin qui était connu des supporters lillois, avait pour but de recadrer cette équipe après certains départs importants mais il avait entre les mains une belle petite équipe avec des joueurs comme Hazard, Gervinho et Payet. Les Lillois ont entamé leur mercato avec les ventes brutales d'Hazard, Gervinho et Payet au profit de Castelen, Podolski et d’autres joueurs. Cela n'était guère amusant pour les supporters, qui voyaient leurs 3 joueurs fétiches partir coup sur coup. La pré-saison était lancée, on attendait des Lillois dynamiques et qui devaient prouver devant leur public et bien c’était chose réussite puisque les hommes de Gervinho ont goûté à la défaite qu’une seule fois en 8 matchs. On envisagea alors du renouveau à Lille avec une saison idéale et des objectifs précis. LE TITRE! Oui mais, quelques semaines plus tard, Lille est quinzième et se fait bousculer par tout le monde, malgré une bonne activité sur le marché des transferts avec les arrivées d'Altidore ou encore Altintop. Début octobre, rien ne va plus à Villeneuve d’Ascq, Patou est viré ,Gervinho prend sa place ,il y a un réel décalage de politique entre les deux hommes. Gervinho veut de la victoire comme la saison passée, il veut bousculer l’OM et consorts mais tout va mal. Même si il a enchainé deux victoires à Valenciennes et Lorient, Kévin sombre dans le désespoir en s’inclinant 6-1 face à Marseille. Il plonge alors dans une dépression et se plonge dans l’alcool, la drogue et il va même jusqu’à la prostitution. Gaúcho est là pour le soutenir et lui demande de venir à Lyon avec ses bagages pour prouver qu’il est vivant, le Gervinho qu’on a vu il y a une saison.






La demi-saison de Lyon
  • En aout 2011, l’Olympique Lyonnais a décidé de donner les clés du club au mythique entraineur Selena Gomez, ancien entraineur de Barcelone et de Marseille. Rapidement, le coach Lyonnais annonce de la couleur en recrutant Bruno Alves, Congré, Inler et O’Neil, ce ne sont pas de grosses recrues mais ils vont permettre aux supporters Lyonnais de sourire. En effet, Lyon remporte le Trophée des Champions face au Paris Saint Germain de Don Jo grâce à Ederson et compagnie. La première journée de championnat, la tension monte dans les travées de Gerland, Selena sera le sujet de conversation lors de ce premier match face à Montpellier. Les Lyonnais doivent gagner ce match car ils sont tenants du titre et la défaite est fatale face à une modeste équipe héraultaise. La fin des 90 minutes désigne Lyon comme vainqueur de ce match avec un score flatteur 2-0. Quatriéme journée, Lyon se déplace au Parc des Princes pour y affronter Paris avec des joueurs nouveaux nottament David Beckham, Théo Walcott ou encore Jamie Carragher pour faire valser les joueurs adverses. Paris se fait atomiser avec un score sans appel de 3 buts à 0, le recrutement paye du côté Lyonnais, les supporters sont en joie. Quatre journées se sont écoulées et Lyon n’est plus le même, des points perdus à Saint Etienne et Nice avec des défaites. Rien ne va plus avant de recevoir Lille, victoire obligée. Van Persie irrésistible face aux Dogues mal en point et cette victoire lyonnais qui compte pour le moral et qui relance les troupes. Jusqu’à la trêve, les Lyonnais sont en forme, ils sont sur une belle série de victoires et compte bien la prolonger, certes les victoires sont Brest, Renne et Valenciennes mais ça fait 3 points dans la musette. Côté coupes, les Gones sont éliminés de la coupe de France dès le premier tour (1-0) comme la saison passée mais c’est un objectif secondaire pour le club. En Champions League, Lyon s’est qualifié dans un groupe assez remonté avec des écuries de renom mondiale comme Arsenal et Chelsea. Le club Français n'a pas tremblé et gagne coup sur coup ses deux affrontements face aux deux cadors de Premier League sur la plus petite des marges. Lyon accéde au 8éme de finale comme son rival Saint Etienne coaché par moi (Gaúcho) et ira se frotter au Milan AC.






Malouda & Juninho ; deux anciennes stars de Lyon
  • C’est après la seconde guerre mondiale, en 1950, que l’Olympique Lyonnais est crée dans le but d’en faire un véritable club de football professionnel. Lyon connaît tout d’abord une longue période de vache maigre et de yo-yo entre la D1 et la D2. Les années 60 sont plutôt fastes pour l’Olympique Lyonnais avec des joueurs comme Di Nallo, Nestor et Combin qui titre l’équipe vers le haut en remportant toutefois plusieurs coupes de France et en finissant plusieurs fois dans le Top5 du championnat de D1. En 1980, la mairie de Lyon participe au financement du club ce qui entraine un jeu de chaises musicales au niveau de la présidence et de l’entraîneur de l’OL. Fatalement, Lyon descend en 1982 en D2 pour y passer 4 années en finissant souvent sur le paillasson de la D1. En juin 1987, Un homme d’affaire lyonnais, Jean-Michel Aulas reprend le club et retrouve l’élite en 1989 après avoir annoncé que Lyon jouera l’Europe dans les 4 ans… Lyon atteint enfin les sommets du championnat de France en 1995 en finissant à la deuxième place avec pour entraîneur Jean Tigana et des joueurs comme Maurice, Gava, Giuly et consort (c’est qui ce consort…). Malgré ce bon résultat, Jean Tigana est remplacé par Guy Stephan, lui même remplacé en 1997 par l’éminence grise de JMA, Bernard Lacombe associé à José Broissart. C’est en 1997 que Grégory Coupet remplace le fantasque Pascal Olmetta prié avec Jean-Michel Sassus de quitter le club suite à leurs problèmes relationnels ou extra-conjugaux… A la fin des années 90 et durant les années 2000, Lyon se construit petit à petit pour devenir un équipe compétitive au plus haut niveau européen avec l’arrivée des brésiliens comme Sonny Anderson, plus gros transfert du championnat de France à l’époque, Edmilson, Caçapa, Nilmar, Juninho, Cris, Fred, Cleber Anderson ou plus récemment Ederson. Lyon est désormais une équipe figurant parmi les 10 plus grands clubs européens, en passe de s’offrir un grand stade digne des plus grands, et qualifiée en ligue des champions depuis 7 années grâce à ses performances en championnat de France. Le plus souvent en 1/8e, elle atteindra plusieurs fois les 1/4 de finale de la compétition reine sans les dépasser d’un cheveu et en étant le plus souvent éliminé par le futur vainqueur… Une sorte de cap doit être passé par le club dont le président désormais emblématique et influent rêve de coupe aux grandes oreilles. Lyon compte aujourd’hui dans ses rangs des joueurs capables d’aller très loin dans cette compétition comme Karim Benzema plus proche d’un départ qu’autre chose, à moins que JMA ne lui trouve un soutien de classe international à la pointe de l’attaque lyonnaise, et décrocher l’ultime timbale.






Le stade de Lyon

  • Propriété de la commune, le stade de Gerland est utilisé par l'Olympique Lyonnais depuis 1950. Mais si le stade a accueilli l'OL après la guerre, il a eu une activité intense au début du siècle et dans l'entre deux guerres. Le projet d'édifier un stade dans la ville de Lyon a vu le jour grâce à la volonté du maire d'alors, Edouard Herriot. Il a ainsi mandaté au début des années 10', l'architecte Tony Garnier afin de créer un espace sportif dans la perspective de l'exposition internationale de 1914, permettant ainsi d'inclure une section sport et éducation physique au projet préalablement défini. Bien entendu le stade des années 20' ne ressemblait guère à l'antre sublime que nous connaissons aujourd'hui. Tony Garnier avait choisi d'élaborer un stade omnisports doté d'une piste d'athlétisme et d'un vélodrome. En 1926, le stade est inauguré par Edouard Herriot. C'est un stade typiquement antique qui s'inspire des stades romains avec cette grande galerie circulaire posée sur un talus végétal. Les quatre portes immenses établies par Tony Garnier ont été classées monuments historiques en 1967. Dès 1950, l'Olympique Lyonnais prend ses quartiers au stade de Gerland et peu à peu le football prend le pas sur les autres sports. Même si plusieurs projets ont développé année après année le stade, la mairie avait envisagé d'accueillir les jeux olympiques et pour ce faire, de construire un stade de 85 000 places... Hélàs le projet n'aboutira pas, mais le vélodrome sera quand même détruit au début des années 60 après avoir glorieusement accueilli quelques arrivées du Tour de France. Mais c'est au début des années 80' que le stade Gerland, avec la perspective de l'Euro 84, va se transformer grâce notamment au rapprochement des tribunes Jean Jaurès et Jean Bouin près de la pelouse. Dès lors, les grillages ont été supprimés et remplacés par un fossé rendant le stade beaucoup plus convivial. René Gagis fut l'architecte qui opéra ces modifications. Puis le mondial 1998 et surtout l'architecte Albert Constantin, ont fait du stade Gerland un stade moderne doté de deux virages rapprochés et couverts d'une structure métallo textile de 4300m² chacun.Vingt-huit loges équipées ont vu le jour grâce à la création d'un étage complet. Le stade dans sa configuration actuelle est doté de sièges dans chacune des quatre tribunes garantissant le confort des 40 494 spectateurs que peut accueillir aujourd'hui le stade de Gerland.






Robin Van Persie, la star de Lyon


LES GARDIENS :

GILLET Jean-François (1674/87)
LOPES Anthony (1557/68)
HILDEBRAND Timo (1705/86)
HILÁRIO Henrique (1567/76)
HARTOCK Joan (1544/73)

LES DÉFENSEURS :

RICKETTS Sam (1895/76)
RODRIGUEZ Julien (1786/76)
M'BENGUE Cheikh (1925/82)
MILITO Gabriel (1970/88)
RUBIN Matteo (1865/73)
CARRAGHER Jamie (1890/86)
BARZOLA Pablo (1911/75)
FANNI Rod (1975/82)

■ LES MILIEUX :

HLEB Aliaksandr (2042/85)
INLER Gökhan (2004/79)
KOMAN Vladimir (1852/71)
CARRICK Michael (1980/77)
NOVILLO Harry (1812/69)
DESSENA Daniele (1910/70)
STANISLAS Junior (1879/70)

LES ATTAQUANTS :

MARTINS Obafemi (2001/84)
VARELA Silvestre (1987/82)
VAN PERSIE Robin (2083/84)
PISANU Andrea (1905/72)
RIKI Iván Sánchez (1910/71)
WALCOTT Théodore (1976/86)





Jean-François, le capitaine de cette formation








Theo Wallcott, une pièce maîtresse de l'effectif

  • Jean-François Gillet est un joueur de football professionnel d'origine belge. Il est né le 31 mai 1979 à Liège en Belgique. Il évolue essentiellement au poste de gardien de but et uniquement dans le championnat belge , championnat italien et dans le championnat français avec le club de Lyon . Il mesure 1,83m et porte le maillot n°1.
  • Jamie Carragher est un joueur de Lyon. Il joue au poste de défenseur central et compte 31 sélections en équipe nationale d’Angleterre. Véritable natif de la région, Jamie Carragher possède la particularité d’avoir supporté le rival historique Everton avant d’entrer au centre de formation de Liverpool. Joueur doté d’un sens du placement et d’une générosité à toute épreuve. Jamie Carragher comble son manque de technique balle au pied par une concentration de tous les instants et une détermination sans faille. De plus, il est capable de jouer à plusieurs postes différents : défenseur central donc mais aussi latéral droit ou même milieu défensif. Cette mentalité lui vaut par ailleurs un franc succès auprès des « scousers » les supporters de Liverpool.
    Le palmarès du britannique est conséquent, présent dans l’effectif professionnel depuis 1995. Il a tout gagné avec les « Reds », seul manque à l’appel le titre de champion. Titre qui fuit à son club depuis 1990.
  • Gabi Milito est un défenseur étant habitué au poste de défenseur central mais peut aussi être libéro (poste qu’il occupe généralement en sélection). Il se retrouve très souvent en dernière homme mais c’est la muraille la plus difficile à franchir. Milito est gaucher et dispose d’une très bonne vision du jeu et le démontre principalement lors de ses passes longues. Il a également un bon jeu de tête et peut donc être dangereux en attaque (Victor Valdes en sait quelque chose…). Milito dispose aussi d’une grande technique ballon au pied et ses sorties sont toujours claires. En Argentine, il était connu comme « le premier attaquant » de l’Independiente, parce qu’à beaucoup d’occasions, il offrait une occasion de but avec sa première passe profonde depuis la défense. Il n’est pas considéré comme très rapide mais son sens de l’anticipation fait qu’il a souvent le dessus sur les attaquants adverses.
  • Gökhan Inler est un milieu relayeur qui a acquis une certaine crédibilité en France. Parfait numéro huit, le joueur aux origines turques excelle tant à la récupération qu’à la passe mais également à la frappe. Capable de miser tant sur son pied droit que sur sa patte gauche, Inler dispose d’une frappe lourde et puissante dont il n’est pas avare d’utilisation. Parfois inconstant, il a plutôt impressionné depuis son arrivée en Ligue 1.
  • Robin Van Persie est un joueur du Arsenal. Le jeune hollandais débute sa carrière à l’Excelsior Rotterdam mais n’y reste pas longtemps. Vite repéré par les recruteurs du , il y débarque à l’âge de 13 ans. Au ,progresse et passe par toutes les équipes de jeunes. Sa technique et sa vision du jeu lui permettent d’intégrer l’effectif professionnel dès la saison 2001-2002. Son temps de jeu est assez conséquent pour un jeune joueur et il participe à l’aventure en Coupe UEFA dutout en disputant 10 matchs en championnat. La saison suivante est une vraie confirmation du talent deRobin Van Persie qui dispute 23 matchs et marque 8 buts sur son côté gauche. La Ligue des Champions le révèle comme le plus grand espoir hollandais. L’ascension de Robin Van Persie est alors irrésistible et il marque encore 7 buts en 27 matchs en championnat. Beaucoup de clubs le courtisent, mais c’est Arsenal qui rafle la mise. Appelé à succéder à son idole Dennis Bergkamp chez les Gunners, Robin Van Persie signe avec plaisir dans le club londonien. Il va s’imposer de suite à Arsenal et parvient à trouver sa place dans le groupe qui termine champion d’Angleterre et invaincu. En 2005, Robin Van Persie enchaîne une victoire en finale de la Cup face à Manchester United et sa première sélection en équipe nationale de Hollande face à la Roumanie. Le néo-international hollandais confirme sa progression en premier league et en Ligue des Champions, et forme avec Thierry Henry, un duo redoutable. Sur sa lancée, Robin Van Persie est retenu dans le groupe hollandais pour disputer le Coupe du Mondemais échoue en huitième de finale face au Portugal. Toujours très utile à Arsène Wenger, Robin Van Persie est après le départ de Thierry Henry au FC Barcelone, un des leader du Arsenal pour la saison 2007-2008.
  • Comme Ronaldo, il a participé à sa première Coupe du Monde en ne jouant pas une seule minute. Comme Thierry Henry, il possède une vitesse dévastatrice. Et comme Wayne Rooney il y a quelques années, il bat un à un tous les records de précocité.Theo Walcott a tout juste 18 ans mais son avenir est déjà tracé : Il sera une star du football. Dès ses débuts à Southampton, à l'âge record de 15 ans et 175 jours, ce gamin affole les observateurs par la rapidité et la technicité de ses gestes. Buteur lors de ses trois premiers matchs, il ne faut pas longtemps pour que tous les grands clubs du Royaume ne se l'arrachent. A l'époque, son coach Harry Redknapp dit de lui : « Quand on les qualités qu'il a, le ciel est la seule limite. » Arsène Wenger et Arsenal remporte la course à la signature du petit génie, et Walcott signe, après seulement 14 apparitions en Championship, chez les Gunners en janvier 2006. Le montant du transfert, faramineux pour un jeune de 16 ans, s'élève à 7.3M€. Une somme pouvant augmenter jusqu'à 17.5M€ en fonction de clauses d'apparitions en club et en équipe nationale anglaise.
  • Obafemi Martins est un footballeur nigérien, connu pour sa vitesse de course, qui évolue à Lyon Le 31 juillet 2009, il est transféré au VFL Wolfsbourg, champion d'Allemagne en titre, pour 4 saisons et une indemnité de transfert évaluée à 10,5 M€. En juillet 2010, il est transféré au Rubin Kazan Le 28 janvier 2010, il est prêté au Birmingham City, le club russe Rubin Kazan précisant que l'ancien joueur de l'Inter voulait se rapprocher de sa famille après la naissance de son enfant. Martins est connu pour sa vitesse de dribble mais aussi pour ses célébrations de but très acrobatiques.






Dirk Kuyt
  • Le recrutement made in Gaúcho et Gervinho annonce de la couleur. L’objectif est de recruter beaucoup de joueurs expérimentés pour reconquérir Gerland et la Ligue 1 car pour l’instant Lyon pointe à la troisième place en cette moitié de championnat. En effet, les Lyonnais ont un rôle au dessus de leur tête, ils sont tenants en titre donc faut recruter des joueurs qui ont de la force et du cœur. Alors côté gardiens, l’équipe est bien fourni avec Timo Hildebrand et Jean-François Gillet. Hilario fait office de gardien réserviste mais il est aussi très bon donc pas d’inquiétude la dessus. En défense,Jamie Carragher et Gabriel Milito seront conservés du moins on l’espère du côté latéral Cheikh M’Bengue, le jeune international Français pourrait rester à Lyon car c’est un jeune joueur d’avenir qui peut exploser à tout moment. Donc le recrutement se basera sur le poste de latéral droit avec notamment Sagna et Maggio qui font office de priorité. Le milieu de terrain sera le chantier principal de l’équipe lyonnaise car elle posséde un nombre insuffisants de bons joueurs, Aliaksandr Hleb, Michael Carrick et Gökhan Inler sont les joueurs phares de ce milieu mais on pourrait voir Walcott descendre d’un cran en se positionnant milieu latéral. Sa vitesse d’éxécution et son punch offensif peut faire mal aux défenses adverses. Gaúcho et Gervinho comptent bien renforcer ce poste avec nottament un possible retour en France de la pépite Belge, Eden Hazard et l’Argentin, Ariel Ibagaza qui est connu des services Français puisque la saison dernière il a évolué à Lille sous les ordres de Gervinho tout comme Hazard. Autre milieu latéral convoité, il s’agit d’Eijero Elia qui est un jeune joueur néerlandais dont Gervinho aime sa vivacité et son profil. En attaque,la grosse rumeur est celle du retour inespéré de Karim Benzema en France et à Lyon. Oui en effet, Lyon posséde une très grande armoire d’attaquants avec Robin Van Persie, Theo Walcott ou encore Obafemi Martins mais il se pourrait que Gaúcho puisse récupérer Benzema pour animer le championnat français. Mais ce n’est pas tout, deux Néerlandais pourraient arriver, Dirk Kuyt qui est très bien aimé par Gaúcho et Klaas-Jan Huntelaar.






Téléfoot


  • Ce dimanche 15 octobre, Téléfoot, émission de TF1 qui passe tout les dimanche a consacré une séquence sur le cas de l'Olympique Lyonnais où Gaúcho se livre au micro avec Gervinho, son adjoint.
    David Astorga → Bonjour !
    Gaúcho → Bonjour.
    Gervinho → Bonjour.
    David Astorga → Comment allez-vous ?
    Gaúcho → Bien.
    Gervinho → La même.
    David Astorga → Tout d'abord, Gaúcho, pourquoi quitter Saint-Étienne ?
    Gaúcho → J'ai eu des soucis avec les deux présidents du club (Bernard Caïazzo et Roland Romeyer)
    David Astorga → Je pourrais avoir plus d'information ?
    Gaúcho → Non, je ne vais pas vous dévoilez ma vie privée.
    David Astorga → Comment pouvez-vous passer de Sainté à Lyon, deux clubs qui se détestent ?
    Gaúcho → Ca ne me dérange pas, j'ai rien contre ces deux clubs. Et aussi, prenez l'exemple de Ronaldo, il a joué à l'Inter, AC Milan, Barcelone et le Real de Madrid, et ce n'est pas le seul, il y en a eu d'autre comme Zlatan Ibrahimovic qui est passé par les clubs que j'ai cité avant sauf le Real.
    David Astorga → Passons à Gervinho, pourquoi quitter le nord pour Lyon ?
    Gervinho → Lyon est un grand club français qui posséde de très bons joueurs et un bon staff. Aujourd'hui je ne suis plus à Lille car les résultats ne sont pas là et le mercato est pas fameux. On peut dire aussi que je quitte le Nord pour le Sud pour le climat
    David Astorga → Pourquoi être adjoint et pas manager ?
    Gervinho → Tout simplement car je m'entends bien avec Gaúcho et que j'ai toujours besoin d'un avis de confiance sur une équipe. A Lille, je n'avais plus de voix de soutien et de conseil depuis de le départ de Patou et les résultats étaient pas là.
    David Astorga → Ok merci, au revoir.






Célébration après un but
  • Mes motivations sont comme ma candidature, elle est longue. Devenir le manager/entraîneur de l'Olympique Lyonnais serait pour moi, un pas de plus pour moi dans le domaine de la simulation. En effet, je n'ai jamais coaché de grand club comme celui-ci et on a tous rêvé de diriger une équipe de ce calibre. J'ai commencé par coacher Lorient, Saint-Étienne et maintenant, je l'espère, Lyon. Cela prouve que ma progression est croissante. Ensuite, je peux affirmer que je reprends un club qui a été bien géré. Je possède un effectif de qualité, un budget assez élevée avec 68 millions d'euros. C'est une source de motivation en plus pour moi. Parmi les joueurs qui composent cette équipe, il y a des joueurs que j'adore comme Gökhan Inler qui est a la même origine que moi. Il y a aussi deux grands joueurs des Gunners, Theo Walcott et Robin Van Persie. Sans oublier, le capitaine de Liverpool, Jamie Carragher. Une autre source de motivation parmi celle que j'ai cité ci-haut, c'est le fait que j'aurai un adjoint actif car pour l'instant, j'ai eu affaire à des gens qui n'étaient pas sérieux. Cette fois, j'aurai, un membre fidèle qui a déjà fait ses preuves sur Fantastic-Foot, et surtout c'est toujours agréable d'avoir quelqu'un pour demander des conseils que ça soit pour les transferts, les enchères ou encore la composition de l'équipe.






Une équipe soudée

  • Chaque club, chaque manager ont des objectifs avec leurs clubs. Un club comme l'Olympique Lyonnais doit avoir des objectifs élevé comme remporter la Ligue 1 comme l'année passée. Mais cette année, c'est une autre chose, le club pointe à la troisième place avec un écart assez énorme avec le leader de Ligue 1, l'Olympique de Marseille. Ces derniers n'ont jamais perdus, sur les quinze matchs, seul quatre matchs ont terminé sur un match nul. Marseille possède également la meilleur attaque et la meilleur défense sans oublier la meilleur différence qui est de 23. Onze point nous sépare pour semparer de la place de leader. Cela me semble assez dur mais en tout cas, la deuxième est plus à notre portée vu qu'il n'y a que quatre points d'écart et aussi Auxerre possède désormais un onze de base moins performant puisqu'il y a des joueurs comme Kevin-Prince Boateng ou encore Alexandre Frei qui sont retournés dans leurs club de base puisqu'ils étaient en prêt jusqu'à cette journée. Vu qu'on est éliminé en coupe de France, cela sert à rien que je m'attarde sur le sujet. Il reste donc la Champions League où on est toujours en lice, la chance n'a pas été au rendez-vous lors du tirage des quarts de finale mais rien n'est impossible. Je vise également quelques trophées UNFP.






Gaúcho célébrant un titre
  • Voilà, on arrive au dernier chapitre de notre candidature. Toute la mise en page et les montages, recadrages ont été réalisé par Gaúcho. Les textes viennent de nous deux. Merci d'avoir lu ma grosse candidature qui je l'espère vous a convaincu car je n'ai jamais fait une candidature aussi longue et riche en texte et avec un aussi beau design.

_________________


Dernière édition par Gaúcho` le Sam 15 Oct - 22:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Mer 23 Déc - 20:04



 P A R M A . F. .C.
Choix 2
___________________________
_____________________________________________I - Gaúcho pour remplacer Aless.
_____________________________________________II - Présentation de Gaúcho.
_____________________________________________III - La demi-saison de Gaúcho.
_____________________________________________IV - La situation de Parme à l'heure actuelle.
_____________________________________________V - L'histoire de Parme.
_____________________________________________VI - Stade Ennio-Tardini.
_____________________________________________VII - Effectif actuel.
_____________________________________________VIII - Composition.
_____________________________________________IX - Joueurs clés.
_____________________________________________X - Gaúcho au micro.
_____________________________________________XI - Motivations
_____________________________________________XII - Objectifs
_____________________________________________XIII - Conclusion
___________________________





Tommaso Ghirard déclarant le départ d'Aless
  • En ce 16 octobre, moment de trêve pour tout les championnat comme la Serie A, des clubs opèrent à des changements tactiques en virant leur manager ou/et adjoint. Parme a opéré à cela en limogeant Aless qui doit quitter l'Italie pour des raisons médicales, nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Suite à cette nouvelle, j'ai donc décidé de vous écrire afin de succéder à Aless. Afin de mettre toute les chances de mon côté, je viens de concocter une grosse candidatures regroupant plusieurs parties qui viennent déterminer l'énorme envie en moi de signer à Parme. Je vous souhaite donc une bonne lecture de notre candidature.






Le parcours de Gaúcho
  • Comme vous devez le remarquer si je vous écris, c'est pour postuler au poste d'entraîneur, je commence par me présenter comme il se doit. Je m'appelle Axel mais dans le domaine du football, on me surnomme Gaúcho pour la simple et unique raison que je suis pas doué au football. Alors vous allez me dire, que faites-vous à postuler une candidature. Je vais vous expliquer d'où vient ce surnom. Avant de devenir, coach, j'étais joueur de football comme tout gamin aimant ce sport. J'ai évolué toute ma jeunesse dans un des clubs de la capitale de Turquie, je parle de Gençlerbirliği S.K. J'ai joué jusqu'à l'âge de 19 ans au poste de défenseur central. Lors d'un match de pré-saison opposant un autre club de la capital à savoir, Ankaraspor, je me blesse gravement à la jambe droite pour être plus précis. J'ai dû mal à me remettre de cette blessure, je vais passer 5 mois dans la tribune. Lors de mon retour, il ne reste plus beaucoup de match à disputer mais on me verra quelque fois sur les pelouses des diverses équipes de Turquie. Mais, j'ai dû mal à rejouer, cette blessure m'a fait perdre le talent que j'avais, je ne sais plus tirer correctement avec mon pied de prédilection (le droit). Voilà, la signification du surnom "Gaúcho". Deux ans plus tard, je décide de revenir dans le club de ma région (Gençlerbirliği S.K.). Je postule pour revenir sur les terrains mais cette fois-ci en costard au bord du banc. Vingt-trois jours (oui, je me rappelle de ce jour) après ce jour, je reçois une réponse du président qui me nomme entraîneur. J'y resterai 3 ans. La première année fut assez dur, on terminera 14e sur les 20 équipes le SuperLigue de Turquie. La saison suivante (2002-2003) sera nettement meilleur puisque je serai à la 9e place mais surtout j'irai jusqu'en finale de la Coupe contre Trabzonspor. Etant donné qu'ils étaient déjà qualifié pour l'UEFA (Europa League), on allait disputé celle dernière. Ma troisième et dernière année fut la meilleur, on arrive 5e en championnat et on bute encore contre la même équipe mais surtout on retiendra qu'on a été jusqu'en huitièmes de finale éliminé par Valencia, le vainqueur de cette édition 2004. Ensuite, je décide d'arrêter le coaching malgré le succès que j'ai eu cette dernière saison dans ma ville d'enfance. La raison est toute simple, c'est juste que j'ai des problèmes avec ma famille, plus précisément ma fille qui souffre alors je décide de m'en occuper. Six ans plus tard, je décide de reprendre le football en tant que coach évidemment et je débarque sur la planète Fantastic-Foot. J'arrive en cours de saison (à la 4è journée) au F.C. Lorient. J'y resterai jusqu'à la trêve (15è journée), avec ce club qui vise le maintien en Ligue 1, j'irai jusqu'à la 6è place mais après une baisse de régime, je serai à la 12è place sachant que j'ai reprit le club à la 14è place. Avec le FCL, j'ai recruté des joueurs comme Oguchi Onyewu, Stephen Carr, Marco Torsiglieri, Xisco et Miralem Sulejmani. Ensuite à la trêve, je décide de changer d'équipe et c'est là que j'arrive ici à Saint-Étienne comme vous vous rappellez. Ma saison a été une réussite puisque j'ai réussi à nous qualifier pour participer à la Ligue des Champions. Je termine avec un très bon bilan (6V-8N-1D) où en 15 matchs, j'ai connu qu'une seul fois la défaite contre Caen. J'ai recruté des bons joueurs comme Miroslav Stoch, Diniyar Bilyaletdinov, Jon Dahl Tomasson et Achille Emana. Ensuite, j'ai postulé pour devenir le sélectionneur de la Suède, j'aurai pu choisir la Turquie ou la Belgique mes deux nationalités mais j'ai préféré tenter le défi en Suède, un pays que j'apprécie. Après ma nomination, la prochaine étape était le tirage au sort qui fut assez difficile quand on voit qu'il y avait l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie, le Danemark et la Bosnie. Les médias nous voyait passer les éliminatoires en finissant 4è derrière l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie et devant le Danemark et la Bosnie. La première journée fut un match capitale car on jouait contre la Turquie. Ce fut une défaite 1-0. Malgré ce revers, je décide de ne pas changer ma composition. Ensuite le 2è match fut une grande réussite puisqu'on prenait les 3 points en gagnant 2-0 contre les Pays-Bas. Le 3è match aussi a été une grande réussite vu qu'on a réussit à battre l'Espagne, 1-0. La 4è journée fut assez décisive puisque si on battait le Danemark, on était déjà qualifié pour la Coupe du Monde. Et ce fut une nouvelle victoire sur le score de 1-0. La 5è et dernière journée étant sans enjeux pour nous puisqu'on était déjà qualifié mais si on gagnait on terminait 1er du groupe. Et c'est sans aucune difficulté qu'on bat la Bosnie (1-0). On termine donc 1er du groupe (4V-0N-1D) devant la Turquie, l'Espagne, la Bosnie, les Pays-Bas et le Danemark. Après des heures de stress, on a eu de la chance puisqu'on a hérité d'un groupe pas trop difficile qui était composé de l'Uruguay, notre adversaire directe pour la 1er place. Il y avait également le Pérou qui est une nation qui est pas mal et il y avait la Bosnie que nous avons déjà rencontré lors des éliminatoires. Le 1er match fut le match le plus important puisqu'on affrontait notre adversaire directe, la défaite était interdite. C'est sur le score de 2-2 grâce à Ibrahimovic qui a mit nos 2 buts qu'on termine le match. Le match suivant était important puisqu'on jouait la Bosnie où les 3 points étaient obligatoire si on voulait se qualifier et on a prit les 3 points en gagnant 2-0 sur un nouveau doublé d'Ibrahimovic. Le dernier match était très important vu que si on perdait on rentrait à la maison. Mais on a réussi à arracher 1 point contre le Pérou (1-1). En ce même moment, l'Uruguay a perdu contre la Bosnie donc la 1er place du groupe G était pour nous. En huitièmes de finale, on allait jouer contre le Chili. Malgré la blessure d'Ibrahimovic, on élimine le Chilie sur le score de 2-0 dont 1 goal de Marcus Berg qui a remplacé notre capitaine, Zlatan Ibrahimovic. Après ce match, on allait directement pour les quarts de finale affronter l'une des meilleur nation du monde, l'Argentine qui a remporté la Coupe du Monde, l'année passé. Malgré le retour de Zlatan Ibrahimovic, on a pas réussir à les éliminer donc c'est en quarts de finale qu'on quitte la Coupe du Monde. Je trouve que pour une nation comme la Suède, c'est un bon résultat, on peut repartir la tête haute. Après une grosse coupe du monde de mon côté, je devais chercher un club étant donné que mon contrat était d'une demi-saison. C'est alors que sans aucune hésitation de ma part que je décide de retourner à Saint-Étienne. Ma candidature a été retenue par les dirigeants, ils étaient très content de me revoir rempiler suite à mon hold-up où j'ai réussi à me qualifier pour la Ligue des Champions. C'est avec plein d'ambition que je commence cette nouvelle saison en Ligue 1, ma deuxième. Le premier évènement de la saison fut le tirage des poules de la coupe aux grandes oreilles. On était dans la quatrième poule en dernière place vu qu'on était l'équipe la plus faible. Venant de la première poule, déjà un grand club avec un des plus gros palmarès, il s'agit du Real de Madrid. Ensuite, un autre club avec un passé historique, les Reds de Liverpool. Et pour terminer, il y a Villareal coaché par Hassan qui peut faire très mal. Le premier match fut le match le plus dur du calendrier puisqu'on se déplaçait à Bernabeu. Je me souviens de ce moment où dans les vestiaires, tout le monde se disait qu'on allait se faire atomiser. Mais on arrive à créer la surprise en arrachant un vieux 0-0, on a même eu un meilleur pourcentage, 54% pour être exacte. Le deuxième était la réception de Liverpool. Après avoir créer la surprise en Espagne, il fallait refaire cela mais cette fois-ci devant notre public et on a réussi puisqu'on a gagné sur le score d'1 à 0. Grâce à cette victoire, j'enregistre un moment historique dans le football Français. Dernière journée de la phase aller fut une autre histoire puisqu'on a perdu sur le score de 0-2 à Villareal. A ce moment de la compétition, on était éliminé. Retour à Goeffroy Guichard avec la venue de Villareal, ce match-là était un autre match si on compare la match allé, on arrache un précieux point grâce à un 0-0. L'avant-dernier match était le dernier devant notre public, on recevait le Réal Madrid qui retourne avec un point en Espagne suite à un troisième 0-0. Le dernier match de ce groupe B fut très important car si on faisait un match nul, on était qualifié pour les quarts de finale, chose que personne n'aurait songé pendant une fraction de seconde. Mais pourtant, on a réussi, on a tenu en échec les Reds chez eux, à Anfield sur le score 1-1. On était tous fou, on a réussi à terminer à la deuxième place qui nous menait vers le bonheur puisqu'on accédait aux quarts de finale, chose que le club de la Loire n'a jamais connu.






La demi-saison de Gaúcho
  • Après une grosse demi-saison où j'ai réussi à passer de la quatrième à la troisième place, synonyme de qualification pour la Champions League. C'est sans aucune hésitation que je me re-propose pour devenir le manager/entraîneur des Verts. C'est donc le lendemain que j'apprends que je re-signe à Saint-Étienne pour un contrat d'une saison complète, cette fois-ci. Dès que j'arrive dans mon bureau, je décide de me séparer de joueurs que je jugeais inutile afin de gagner de l'argent. Avec cette argent, j'agrandis le chaudron en devenant le troisième plus grand stade de France derrière les deux Olympiques (Marseille & Lyon). Après avoir réaliser de multiples transferts pendant l'inter-saison comme la venue de Miroslav Stoch qui a évolué sous mes ordres l'année passé avec cette même équipe. J'ai également eu un ancien Lyonnais, le Serbe, Dejan Lovren qui n'a pas fait long feu en Loire. Il y a eu un joueur qui est actuellement à l'Olympique Lyonnais, il s'agit de Cheick M'Bengué. Ensuite, j'ai réussi à dénicher le capitaine de la sélection Suédoise, Olof Mellberg, un joueur que j'avais auparavant coaché lors de la dernière Coupe du Monde. Et pour terminer, il y a des gros joueur comme Ariel Ibagaza, Mladen Petric ou encore Gervinho. Niveau compétition nationale (Ligue 1), nous avons eu peu de chance avec des défaites où par manque de chance, on rate les trois points mais on retiendra surtout notre grand parcours en Ligue des Champions. En effet, on a connu plus de facilité et réussite quand Ligue 1. On a terminé les phases de poule avec une victoire ; contre Liverpool à Geoffroy Guichard, 4 nuls ; 2 contre le Real qui a fait un sans faute contres les deux autres équipes du groupe, 1 à Anfield et le dernier contre Villareal et la défaite était à Villareal qui a terminé dernier du groupe. C'est donc avec la deuxième place que j'arrive à me qualifier pour les quarts de finale de la plus grand coupe, je ne peux être que fière de ce résultant étant donné qu'on était la plus faible équipe de cette édition parmi les quatre groupes.







La demi-saison de Parme
  • En août 2011, les dirigeants de Parme ont décidés de donner les clés du club à Aless, un entraîneur qui allait se lancer dans le bain de la Serie A Italienne. Rapidement, le coach des Parmesans annonce de la couleur en recrutant des recrues durant le mercato. Les Parmesans disputent que deux compétition cette saison : la Serie A Italienne et la Coppa Italia ; pas de coupe continentale cette saison. Les joueurs d'Aless réussissent leur entrée dans le championnat, en gagnant sur la plus petite des marche contre Cesena, un club qui venait juste de découvrir l'élite cette année. Parma a du attendre la troisième journée pour goûter à la victoire, face à Genoa sur le score de 1-0 grâce à Crespo vu que la deuxième journée s'est soldé sur un match nul à Cagliari. La quatrième journée était déjà importante, puisqu'il s'agissait d'un match à San Siro et Parme crée la surprise en fessant un vieux 0-0. La journée qui suit fut moins glorieuse puisque Parme a enregistré sa première défaite, face à son public contre la Lazio. Lors de la septième journée, les hommes d'Aless ratent le coche en fesant un 1-1 à Lecce mais ils se rattraperont à la huitième en gagnant 2-0 à Udinese. Parme perd une deuxième fois, cette fois-ci à l'Inter mais après ils iront s'imposer contre le Napoli avec un match où on a pu voir 5 buts (3-2 au final). Après cette victoire, rebelote, une défaite sur un score qui en dit long, 3-0, les hommes d'Aless étaient nul part sur le terrain. La douzième journée était bien meilleur puisque Crespo permet à Parme de battre la Fiorentina. A la Sampdoria, aucune des deux équipes ont réussi à tirer leur épingle de leur jeu. L'avant-dernier match avant la trêve fut une catastrophe, les Parmesans n'ont pas vu le jour et s'incline 0-2 contre les Siciliens de Palermo. La dernière journée fut assez intéressante vu que Parme arrache le nul contre l'AC Milan, le leader de la Serie A. En Coppa Italia, Parme est toujours en lice. Après avoir éliminer Cesena, il y aura Genoa sur notre route qui avait perdu contre nous lors de la troisième journée.






Des anciennes légendes
  • Le club est fondé le 27 juillet 1913 sous le nom de « Verdi Football Club », en hommage à Giuseppe Verdi, né dans la région de Parme, puis renommé quelques mois plus tard Parma Football Club, le 16 décembre 1913. Lors de la saison 1919-1920, le club entame un projet visant à construire un nouveau stade, inauguré trois ans plus tard : le stade Ennio-Tardini, dont le nom rend hommage à un ancien président du club. Les Parmesans font une brève apparition en première division du championnat d'Italie lors de la saison 1925-1926. Renommé Parma Associazione Sportiva, le club devient un habitué du deuxième et troisième niveau du football italien : la Série B et la Série C. Durant les années 1950, le club n'arrive toujours pas à se stabiliser dans une division, connaissant à plusieurs reprises des montées et des relégations en Série B et Série C. Parme participe malgré tout pour la première fois à une coupe européenne, s'inclinant face au club suisse de l'AC Bellinzona en Coupe des Alpes, lors de la saison 1960-1961. À la fin des années 1960, le club connaît de graves difficultés financières, qui provoque sa chute en Série D puis sa liquidation. En 1970, l'institution fusionne avec l'« AC Parmense », fondée deux ans auparavant, et renaît sous le nom d‘Associazione Calcio Parma. L'équipe parmesane fait plusieurs apparitions en Série B, sans parvenir à se stabiliser. Les années 1980 voit la société italienne Parmalat investir progressivement dans le club, qui parvient à se maintenir en Série B à partir de 1986, sous la houlette de l'entraîneur débutant Arrigo Sacchi. En 1989, les dirigeants font appel au jeune entraîneur Nevio Scala, qui mène le club à la quatrième place et à la promotion en Série A. Celle-ci conduit le président de la Parmalat, Calisto Tanzi, à prendre le contrôle du club aux dépens des Ceresini. Les internationaux suédois et brésiliens Tomas Brolin et Claudio Taffarel rejoignent l'équipe. L'année suivante, Parme termine à la sixième place, qualificative pour la Coupe UEFA. Le club est cependant éliminé dès le premier tour par le CSKA Sofia, concédant le match nul un but partout au match retour. Lors de cette même saison, le Parma FC remporte son premier trophée national : la Coupe d'Italie, devant l'AC Fiorentina. La saison suivante, renforcée notamment par le recrutement de Sergio Berti, l'équipe se hisse à la troisième place du championnat. Surtout, qualifiée pour la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, elle écarte notamment l'Atlético de Madrid et l'AC Sparta Prague avant de remporter la première coupe européenne de l'histoire du club face aux Belges du Royal Antwerp Football Club au Wembley Stadium (3-1). Qualifiée à ce titre pour la Supercoupe de l'UEFA 1993, elle l'emporte sur le Milan AC (0-1, 0-2 a.p.). De nouveau finaliste de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe la saison suivante (après avoir battu l'Ajax Amsterdam et le Benfica Lisbonne entre autres), les Parmesans s'inclinent cette fois face aux Anglais d'Arsenal (0-1). En 1994, Fernando Couto et Dino Baggio rejoignent les Gialloblù, qui terminent deuxièmes ex aequo du championnat, à dix points de la Juventus de Turin. Ils remportent cependant la Coupe UEFA face à leurs rivaux de Turin (1-0, 1-1), après avoir notamment écarté lors de la compétition, les Allemands du Bayer Leverkusen. Lors de la saison 1996-1997, Carlo Ancelotti remplace Nevio Scala, et devient le premier entraîneur à amener le club en Ligue des champions. Malgré l'arrivée de joueurs tels que Gianluigi Buffon, Fabio Cannavaro, Lilian Thuram, Juan Sebastian Veron, Enrico Chiesa ou encore Hernan Crespo, Parme n'arrive cependant pas à passer la troisième phase. En championnat, l'équipe termine au deuxième rang, à deux points de la Juventus de Turin. Deux ans plus tard, le Parma FC remporte une deuxième fois la Coupe UEFA aux dépens de l'Olympique de Marseille, au Stade Loujniki de Moscou. En 1999 également, les Parmesans s'imposent une deuxième fois en Coupe d'Italie, exploit réitéré en 2002 face à la Juventus de Turin. Le club connait deux autres passages en Ligue des champions lors des années 2000 et 2002 mais ne dépassant jamais le troisième tour. Alors que l'équipe est dirigée par Cesare Prandelli depuis mai 2002, le club change de nom et redevient le Parma Football Club, son nom originel en 2005, en raison de la faillite lors de l'année 2003 de l'actionnaire Parmalat. Durant cette saison, Parme s'incline en finale de la Supercoupe d'Italie face à la Juventus de Turin par deux buts à un. Une nouvelle fois 5e du championnat d'Italie en 2005, le club doit faire face à de graves difficultés financières. Tout proche de la relégation la saison suivante, il ne doit son maintien qu'à une victoire en barrage face au Bologne Football Club 1909. Les Parmesans se qualifient malgré tout en 2006-2007 pour la Coupe UEFA suite à l'affaire des matches truqués du Calcio et à la reclassification du club à la septième place. Le 25 janvier 2007, Tommaso Ghilardi, jeune entrepreneur italien, rachète le club parmesan pour 24 millions de dollars. Quelques mois après sa nomination, il fait appel à Claudio Ranieri pour sauver le club de la relégation, ce que ce dernier parvient à faire avant de présenter sa démission en fin de saison. Parme termine son parcours européen face au club portugais, du Sporting Braga en 16e de finale après avoir passer le 1er tour face au FK Rubin Kazan et le groupe D de la Coupe UEFA composé du Racing Club de Lens, du OB Odense, du Sportclub Heerenveen et du CA Osasuna. Le 18 mai 2008, le club est relégué en seconde division, terminant avant-dernier du championnat de première division. La saison suivante, Francesco Guidolin remplace Luigi Cagni au poste d'entraîneur. Le 16 mai 2009, le Parme Football Club est assuré de remonter en Série A, sans toutefois parvenir à remporter le championnat (devancé par l'AS Bari). Les Parmesans finissent en 2010 leur championnat à la huitième position, ratant de peu un retour en Coupe d'Europe. Durant l'intersaison 2010, Pasquale Marino succède à Francesco Guidolin, parti à l'Udinese Calcio. En avril 2011, Pasquale Marino est limogé à cause des mauvais résultats du club, il est remplacé par Franco Colomba2, qui mène un revirement et l'équipe finit à la douzième position.






Ennio-Tardini
  • Le stade Ennio-Tardini est une enceinte sportive située à Parme. Principal équipement sportif de la Ville de Parme, le Stade Ennio-Tardini, qui tient son nom d'un ancien avocat de la ville, est depuis son inauguration en 1923 utilisé par le club de football du Parma Football Club. Le Stade Ennio Tardini devient ainsi le dix-huitième stade d'Italie en termes de places disponibles, derrière le Stade Euganeo de Padoue, avec une capacité de 29 019 spectateurs. Néanmoins, il ne fait pas partie des stades italiens évalués par l'UEFA au rang de stades trois, quatre ou cinq étoiles.






Crespo, la star

---------- → LES GARDIENS (3) :

1600, 80. GB. MANNINGER Alexander
1609, 77. GB. PAVARINI Nicolas
1539, 69. GB. RUSSO Stefano

---------- → LES DÉFENSEURS (10) :

1865, 81. DC. SAMBA Christopher
1871, 79, DC. NELSEN Ryan
1899, 79. AL. SEITARIDIS Giourkas
1910, 78. AL. NAGATOMO Yuto
1902, 77. DL. ANGELO Mariano
1856, 74. DL. SPIROPOULOS Nikos
1773, 73. DL. PACI Massimo
1793, 72. DL. PALETTA Gabriel
1851, 72. DL. PISANO Marco

---------- → LES MILIEUX (11) :

2010, 80. MR. FRINGS Torsten
2013, 80. MR. CANDREVA Antonio
1947, 77. ML. BOA MORTE Luis
1989, 75. ML. PEDERSEN Morten Gamst
1946, 75. MR. GALLOPPA Daniele
1900, 74. AL. HUSZTI Szabolcs
1960, 74. AL. MAURI Stephano
1893, 73. ML. NINIS Sotiris
1883, 68. MDF. ZE EDUARDO
1876, 67. ML. GROSSMULLER Carlos
1825, 64. MDF. SANDRO

---------- → LES ATTAQUANTS (6) :

1954, 83. AC. PIZARRO Claudio
1982, 82. AC. CRESPO Hernan
1996, 80. AI. KALOU Salomon
1909, 72. AI. VALDES Jaime
1881, 68. SA. KITAMBALA Linel
1847, 67. AC. PELLE Graziano






Pizarro, un titulaire indiscutable







Torsten Frings
  • Alexander Manninger (né le 4 juin 1977 à Salzbourg) est un footballeur autrichien qui joue actuellement au poste de gardien de but pour le club italien de Parma. Alexander Manninger commence sa carrière au SV Austria Salzbourg. Lors de la saison 1995-96, il est prêté au SK Vorwärts Steyr. Il joue son premier match contre Grazer AK qui le recrute à l'été 1996. Il devient rapidement le gardien n°1 de l'équipe. En juin 1997, il est recruté par Arsenal pour devenir la doublure de David Seaman. Lors de la saison 1997-98, la longue blessure du portier anglais permet à Manninger de s'exprimer. Il n'encaisse pas le moindre but pendant six matchs dont un contre Manchester United, lors de la victoire d'Arsenal 1-0 à Old Trafford qui permet aux Gunners de remporter le championnat sur les Red Devils. Dans la foulée il est élu Joueur du mois de la Premier League, une première pour un gardien suppléant. Cependant, au retour de blessure de Seaman, l'autrichien est contraint d'aller de nouveau occuper le banc. Alexander Manninger continue à seconder l'international anglais durant trois saisons, mais son faible temps de jeu ne lui permet pas vraiment de s'exprimer. En quatre saisons à Arsenal, il n'occupe qu'à 64 reprises les cages des Gunners. En 2001, Arsenal recrute l'anglais Richard Wright. Manninger prend alors la place du troisième gardien et est prêté un an à la Fiorentina où il joue quatre matchs. Lors de l'été 2002, le portier autrichien est transféré à l'Espanyol Barcelone mais il n'arrive cependant pas à s'imposer comme gardien numéro 1 et quitte l'Espagne cinq mois plus tard pour l'Italie où il s'arrête successivement à Torino FC, au Brescia Calcio et à l'AC Sienne avant de retourner sur ses terres natales au sein du Red Bull Salzbourg en 2005. Lors de l'été 2006, il fait son retour dans l'effectif de Sienne jusqu'en 2008. En 2011, il signe à Parme.
  • Ryan Nelsen est un footballeur néo-zélandais, né le 18 octobre 1977 à Christchurch en Nouvelle-Zélande. Il joue au poste de défenseur. Après une formation aux États-Unis qu'il mena de pair avec ses études (notamment au Greensboro College, en Caroline du Nord, de 1997 à 1999, puis à l'Université Stanford de 1999 à 2001), il débuta sa carrière en MLS sous les couleurs de D.C. United. Il remporta, avec ce club et en tant que capitaine, une MLS Cup en 2004, après une victoire 3-2 contre les Kansas City Wizards. Il resta 4 années à D.C. United, étant élu deux fois dans l'équipe de l'année de la MLS en 2003 et 2004. Il s'engagea, en janvier 2005, pour le club anglais des Blackburn Rovers, avec un transfert gratuit. Après 6 mois passés à Blackburn, le manager du club, Mark Hughes, lui fit signer une prolongation de contrat de 3 ans car Ryan Nelsen avait impressionné tout le staff par des débuts de très grande qualité. Malheureusement, celui-ci connut une blessure au pied, lors d'un match contre Charlton et resta indisponible pour une longue durée, notamment pour le début de la saison 2006-2007. Mais, dès son retour, il connut son premier capitanat pour Blackburn, lors un match du 4ème tour de la FA Cup contre Luton Town. Ryan Nelsen a été sélectionné en équipe de Nouvelle-Zélande de football. Il a connu 34 sélections depuis l'année 2002 et a été capitaine de l'équipe à de nombreuses reprises. Il a offert la Coupe d'Océanie 2002 à son pays en marquant l'unique but de la finale contre l'Australie. Il fut élu Footballeur océanien de l'année 2006 et 2010. Lors de la Coupe du monde football 2010 il est a nouveau capitaine; il sauve 2 buts contre l'Italie, en faisant opposition de son corps.
  • Torsten Frings est un footballeur international allemand, né le 22 novembre 1976 à Würselen en Allemagne. Il évolue au poste de milieu de terrain à Parma (1m82-85 kg). Ce milieu de terrain fut de 2001 à 2008, l'un des cadres majeurs de l'équipe d'Allemagne de football. Sous le maillot national, il a été finaliste de la Coupe du monde 2002 et de l'Euro 2008. Considéré comme l'un des meilleurs joueurs allemands à son poste, il a évolué dans les plus grands clubs de Bundesliga. Il porte une cicatrice sur la joue gauche depuis l'âge de cinq ans où il fut happé par une voiture à la suite d'une chute de vélo. Torsten Frings a commencé sa carrière sportive dès l'âge de six ans au sein du club de Rot-Weiß Alsdorf qu'il quitte en 1988 pour le Rhenania Alsdorf. De 1990 à décembre 1996, Frings joue sous les couleurs d' Aix-la-Chapelle. Il est transféré en janvier 1997 au Werder de Brême, où il fera ses débuts en Bundesliga. Il évolue alors comme attaquant (avant d'être repositionné milieu de terrain en 2001) et s'impose rapidement comme un cadre de l'équipe. Il jouera quatre saisons sous les couleurs du club du Weser, disputant 99 matchs pour 8 buts et remportant la Coupe d'Allemagne en 1999 avant de rejoindre le Borussia Dortmund pour 8,5 M€, l'un des grands clubs du championnat en 2002. De 2002 à 2004, Torsten Frings est sous contrat avec un Borussia Dortmund entraîné par Matthias Sammer où l'on retrouve de prestigieux joueurs comme Christian Wörns, Tomas Rosicky ou Ewerthon. Néanmoins, le club n'arrivera pas à enrayer la suprématie du Bayern Munich en championnat. Le club bavarois n'est cependant pas indifférent au talent de Frings qu'il finit par enrôler durant la saison 2004/2005 pour 9,25 M€. Si sa saison sous les couleurs du Bayern se révèle lucrative en termes de salaire et de trophées (il remporte le doublé coupe-championnat), il n'arrive pas vraiment à s'adapter à la mentalité du club et à son mode de fonctionnement. Même s'il dispute une saison pleine et riche (il dispute 29 matchs et inscrit 3 buts), il quitte le club en 2005, et rejoint pour la seconde fois Brême pour 5 M€. À Brême, il retrouve sa place de meneur et supplée Frank Baumann dans le rôle du capitanat. Le Werder est à l'époque l'un des grosses cylindrées du championnat avec des joueurs talentueux tels que Tim Borowski, Diego, Miroslav Klose ou Per Mertesacker grâce auxquels il retrouve de bonnes conditions de jeu. Le club finira à deux reprises second du championnat en 2006 et 2008. Suite à ses bonnes saisons, de nombreux clubs comme la Juventus de Turin ou le FC Barcelone aimeraient le compter dans leurs rangs, ce que refuse Thomas Schaaf qui serait sur le point de faire prolonger son contrat. Chose faite puisque le milieu brêmois a prolongé son contrat jusqu'en 2011; puis a ajouté : «J'avais une offre très intéressante de la Juventus mais j'ai compris que le Werder est le club cher à mon cœur». Lors de la saison 2007/08, il se blesse à deux reprises et ne dispute que 11 matchs. La saison suivante, revenu sur pied, il retrouve sa place au sein du milieu de terrain du Werder Brême. Il remporte une troisième Coupe d'Allemagne en 2009, en battant en finale son ancien club, le Bayern Munich. L'année suivante, les deux clubs se retrouvent une nouvelle fois en finale. Frings est expulsé pour un vilain tacle à l'encontre de Bastian Schweinsteiger. Le Werder, alors tenant du titre, finira la rencontre sur une lourde défaite 0-4. Sa carrière internationale a débuté le 27 février 2001 face à la France à Paris, match perdu 1-0. Frings participe à la Coupe du Monde 2002, où il a été considéré comme l'un des meilleurs joueurs de son équipe finaliste contre le Brésil, avec Oliver Kahn, Bernd Schneider et Michael Ballack. C'est à partir de cette date qu'il a formé avec Michael Ballack, la charnière centrale du milieu de terrain allemand. Cette charnière sera systématiquement reconduite de 2002 à 2008 lorsque les deux joueurs sont aptes. En juillet 2003, une blessure aux ligaments croisés l'écarte des terrains durant 6 mois, et le prive des éliminatoires de l'Euro 2004, mais il se rétablit pour disputer le tournoi et marque un but en trois matches au Portugal. Il marque également un superbe but lors de la victoire de l'Allemagne face au Costa Rica à l'occasion du match d'ouverture de la Coupe du Monde de 20063. Durant cette Coupe du Monde, sa suspension pour la demi-finale contre l'Italie suite à une bagarre survenue après le quart de finale contre l'Argentine a été l'objet d'une vive polémique. Après visionnage des images, le comité disciplinaire de la FIFA a déterminé que Frings avait frappé Julio Cruz alors que Cruz lui même a nié avoir été agressé par le joueur allemand. L'annonce de la suspension est de plus intervenue la veille de la demi-finale. La controverse est due au fait que les médias italiens ont largement accentué le rôle de Frings dans la bagarre après que la FIFA eut annoncé enquêter sur des joueurs allemands. Frings répondit aux accusations "C'est de la politique. Les Argentins nous ont agressé, je me suis défendu et les Italiens ont monté ça en épingle. Avec cette suspension, la FIFA voulait montrer que l'Allemagne ne recevait aucun traitement de faveur en tant que pays hôte". Privé de Frings, l'Allemagne s'incline en demi-finale contre l'Italie 2 à 0. Elle remportera toutefois, le match pour la troisième place contre le Portugal, 3 à 1. Les saisons qui suivent sont plus délicates pour Frings en sélection nationale. Souvent blessé, il ne participe que sporadiquement aux qualifications pour l'Euro 2008. Revenu en forme, il participe au tournoi sans toutefois se révéler décisif. L'Allemagne s'inclinera en finale contre l'Espagne (1-0). A l'issue de l'Euro 2008, la carrière internationale de Frings sera remise en question par le sélectionneur Joachim Löw. En effet, ce dernier ne le sélectionne qu'à deux reprises et Frings ne participe qu'à un seul match de la qualification de l'Allemagne pour la Coupe du monde 2010. En janvier 2010, Joachim Löw annonce qu'il ne retiendra pas Frings pour la Coupe du monde 2010. Malgré une cascade de forfaits au sein de la Mannschaft (Michael Ballack, Simon Rolfes, Christian Träsch et Heiko Westermann), le joueur du Werder n'est pas rappelé par le sélectionneur allemand, ce qui laisse augurer qu'il n'est plus essentiel à la sélection et que sa carrière internationale est terminée. Il compte 79 matches avec l'équipe nationale, et a inscrit 10 buts.
  • Hernán Jorge Crespo est un footballeur argentin né le 5 juillet 1975 à Florida (Argentine), et qui évolue au poste d'avant-centre. Crespo a inscrit 152 buts en 337 matches de Serie A, 20 buts en 49 matches de Premier League anglaise et 4 buts en Coupe du monde. Hernán Crespo est le seul joueur à avoir marqué au moins un but en Ligue des Champions avec cinq clubs différents (Parme AC, Lazio Rome, Milan AC, Chelsea et l'Inter Milan) sans jamais l'avoir gagnée. Hernán Crespo est reconnu comme étant l'un des 125 plus grands joueurs du monde. (Classement établi par Pelé, pour les 100 ans de la FIFA). Hernán commence sa carrière à Club Atlético River Plate en 1993 où il inscrit 13 buts en 25 matchs. La saison suivante il remporte le championnat d'Argentine. En 1996 il remporte la prestigieuse Copa Libertadores avec ce club, et marque 2 fois en finale. L'Europe l'attire et il commence sa carrière européenne en Italie à Parme avec des joueurs comme Fabio Cannavaro, Gianluigi Buffon et Lilian Thuram. Il marque 12 buts en 27 matchs lors la saison 96/97 et découvre la C1 l'année suivante. Il remporte la finale de la Coupe UEFA où il marque un but. À l'été 2000, la Lazio Rome s'attache les services du buteur argentin pour 56 millions d'euros, qui devient ainsi le 5è joueur le plus cher de l'histoire du football(il est encore de nos jours). Avec le club romain champion d'Italie en titre, il termine meilleur buteur du championnat mais ne peut remporter le championnat car la Lazio Rome tout en restant compétitive ne confirme pas son titre. Il rejoint ensuite l'Inter Milan deux ans plus tard, à l'été 2002 mais se blesse en janvier 2003. Et à l'entre-saison il signe à Chelsea, mais n'arrivant pas à s'intégrer il est prêté au Milan AC où il ira jusqu'en finale de la Ligue des Champions et y inscrira même un doublé. Mais Crespo est l'un des seuls grands buteurs à n'avoir jamais gagné la Ligue des Champions Il revient à Chelsea qui remporte le titre d'Angleterre. Mais l'arrivée d'Andriï Chevtchenko à Londres va précipiter son départ. En 2006, Crespo est prêté à l'Inter Milan pour deux saisons avec option d'achat de 4 M€ à chaque fin de saison. Durant l'été 2009, Hernan Crespo quitte l'Inter Milan et signe un contrat de deux ans au Genoa pour palier le départ de Diego Milito. En manque de temps de jeu, il ne reste finalement que jusqu'au mercato hivernal, durant lequel il décide de faire son retour à (Parme)dont il est l 'auteur d'un bon début de saison. tvaMalgré l'émergence de Lionel Messi, Sergio Agüero ou encore Carlos Tevez en sélection nationale, Hernán Crespo a su garder sa place dans la sélection Albiceleste, grâce à son expérience du haut niveau. Mais depuis l'arrivée de Diego Maradona à la tête de la sélection argentine, il n'est plus appelé, El Pibe de Oro lui préférant les trois joueurs cités ci-dessus, mais également Germán Denis et Ezequiel Lavezzi. Il est le 2è meilleur buteur de l'Argentine avec 35 buts, derrière Batistuta(56).






Téléfoot

  • Ce dimanche 16 octobre, Téléfoot, émission de TF1 qui passe tout les dimanche a consacré une séquence sur le cas de Parme où Gaúcho se livre au micro.
    David Astorga → Bonjour !
    Gaúcho → Bonjour.
    David Astorga → Comment allez-vous ?
    Gaúcho → Bien.
    David Astorga → Tout d'abord, pourquoi quitter Saint-Étienne ?
    Gaúcho → J'ai eu des soucis avec les deux présidents du club (Bernard Caïazzo et Roland Romeyer)
    David Astorga → Je pourrais avoir plus d'information ?
    Gaúcho → Non, je ne vais pas vous dévoilez ma vie privée.
    David Astorga → Cela ne vous dérange pas de quitter Sainté ?
    Gaúcho → Non du tout, je suis en manque de challenge et à Parme, il y en a un qui m'intéresse énormément.
    David Astorga → Avez-vous des pistes sur le recrutement ?
    Gaúcho → Oui.
    David Astorga → Qui ?
    Gervinho → Je préfère ne pas le dévoiler.
    David Astorga → Allez-vous reprendre des joueurs de Sainté ?
    Gaúcho → Peut-être, un ou deux mais je ne sais pas qui.
    David Astorga → Ok merci, au revoir.






un groupe soudé

  • Mes motivations sont comme ma candidature, elle est longue. Devenir le manager/entraîneur de Parme serait pour moi, un pas de plus pour moi dans le domaine de la simulation. En effet, je n'ai jamais coaché de club comme celui-ci et on a tous rêvé de diriger une équipe de ce calibre. J'ai commencé par coacher Lorient, Saint-Étienne et maintenant, je l'espère, Parme. Cela prouve que ma progression est croissante. Ensuite, je peux affirmer que je reprends un club qui a été bien géré. Je possède un effectif de qualité, un budget pas mal avec 12 millions d'euros. C'est une source de motivation en plus pour moi. Parmi les joueurs qui composent cette équipe, il y a des joueurs que j'adore comme Torsten Frings, Hernan Crespo, un joueur que j'ai suivi à l'Inter ou Salomon Kalou avec Chelsea. Une autre source de motivation parmi celle que j'ai cité ci-haut, c'est le fait que je commence un nouveau challenge avec un championnat que j'ai jamais goûté puisque j'étais depuis maintenant en Ligue 1.






Champ was here
  • Chaque club, chaque manager ont des objectifs avec leurs clubs. Un club comme Parma doit avoir des objectifs rentable comme le milieu du championnat. Mais cette année, je vise plus haut avec Parma, je vise une qualification pour une coupe continentale, l'Europa League est évidemment plus à notre portée. Rien n'est fait en Serie A italienne, je peux encore accéder à ses places qualificatives. Etant donné que je suis toujours en lice en Coppa Italia, je vais jouer à fond cette coupe afin de la décrocher en succédant au Siciliens de Palermo. Je vise également quelques trophées UNFP.






Gaúcho célébrant un titre
  • Chaque club, chaque manager ont des objectifs avec leurs clubs. Un club comme Parma doit avoir des objectifs rentable comme le milieu du championnat. Mais cette année, je vise plus haut avec Parma, je vise une qualification pour une coupe continentale, l'Europa League est évidemment plus à notre portée. Rien n'est fait en Serie A italienne, je peux encore accéder à ses places qualificatives. Etant donné que je suis toujours en lice en Coppa Italia, je vais jouer à fond cette coupe afin de la décrocher en succédant au Siciliens de Palermo. Je vise également quelques trophées UNFP.

_________________


Dernière édition par Gaúcho` le Dim 16 Oct - 20:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Jeu 24 Déc - 10:51



 F E N E R B A H C E by Gaúcho
__________________________________________________

_____________________________________________I - Gaúcho de retour au pays ?
_____________________________________________II - Présentation de Gaúcho.
_____________________________________________III - L'histoire de Fenerbahçe.
_____________________________________________IV - Şükrü Saracoğlu, le stade de Fenerbahçe.
_____________________________________________V - Effectif actuel.
_____________________________________________VI - Composition.
_____________________________________________VII - Joueurs clés.
_____________________________________________VIII - Recrutement.
_____________________________________________IX - Gaúcho au micro.
_____________________________________________X - Motivations.
_____________________________________________XI - Objectifs.
_____________________________________________XII - Conclusion.
__________________________________________________





Aulas déclarant le départ de Selena
  • En ce mois de décembre, moment de fêtes, la nouvel saison va bientôt reprendre avec un retour des négociations pour les managers fixés au mercredi 28 décembre. Chaque équipe va opérer à des changements de managers dont Fenerbahçe, c'est pour cela que je vois envois ma candidature pour venir à Kadikoy. Je vous souhaite donc une bonne lecture de notre candidature.






Le parcours de Gaúcho
  • Comme vous devez le remarquer si je vous écris, c'est pour postuler au poste d'entraîneur, je commence par me présenter comme il se doit. Je m'appelle Axel mais dans le domaine du football, on me surnomme Gaúcho pour la simple et unique raison que je suis pas doué au football. Alors vous allez me dire, que faites-vous à postuler une candidature. Je vais vous expliquer d'où vient ce surnom. Avant de devenir, coach, j'étais joueur de football comme tout gamin aimant ce sport. J'ai évolué toute ma jeunesse dans un des clubs de la capitale de Turquie, je parle de Gençlerbirliği S.K. J'ai joué jusqu'à l'âge de 19 ans au poste de défenseur central. Lors d'un match de pré-saison opposant un autre club de la capital à savoir, Ankaraspor, je me blesse gravement à la jambe droite pour être plus précis. J'ai dû mal à me remettre de cette blessure, je vais passer 5 mois dans la tribune. Lors de mon retour, il ne reste plus beaucoup de match à disputer mais on me verra quelque fois sur les pelouses des diverses équipes de Turquie. Mais, j'ai dû mal à rejouer, cette blessure m'a fait perdre le talent que j'avais, je ne sais plus tirer correctement avec mon pied de prédilection (le droit). Voilà, la signification du surnom "Gaúcho". Deux ans plus tard, je décide de revenir dans le club de ma région (Gençlerbirliği S.K.). Je postule pour revenir sur les terrains mais cette fois-ci en costard au bord du banc. Vingt-trois jours (oui, je me rappelle de ce jour) après ce jour, je reçois une réponse du président qui me nomme entraîneur. J'y resterai 3 ans. La première année fut assez dur, on terminera 14e sur les 20 équipes le SuperLigue de Turquie. La saison suivante (2002-2003) sera nettement meilleur puisque je serai à la 9e place mais surtout j'irai jusqu'en finale de la Coupe contre Trabzonspor. Etant donné qu'ils étaient déjà qualifié pour l'UEFA (Europa League), on allait disputé celle dernière. Ma troisième et dernière année fut la meilleur, on arrive 5e en championnat et on bute encore contre la même équipe mais surtout on retiendra qu'on a été jusqu'en huitièmes de finale éliminé par Valencia, le vainqueur de cette édition 2004. Ensuite, je décide d'arrêter le coaching malgré le succès que j'ai eu cette dernière saison dans ma ville d'enfance. La raison est toute simple, c'est juste que j'ai des problèmes avec ma famille, plus précisément ma fille qui souffre alors je décide de m'en occuper. Six ans plus tard, je décide de reprendre le football en tant que coach évidemment et je débarque sur la planète Fantastic-Foot. J'arrive en cours de saison (à la 4è journée) au F.C. Lorient. J'y resterai jusqu'à la trêve (15è journée), avec ce club qui vise le maintien en Ligue 1, j'irai jusqu'à la 6è place mais après une baisse de régime, je serai à la 12è place sachant que j'ai reprit le club à la 14è place. Avec le FCL, j'ai recruté des joueurs comme Oguchi Onyewu, Stephen Carr, Marco Torsiglieri, Xisco et Miralem Sulejmani. Ensuite à la trêve, je décide de changer d'équipe et c'est là que j'arrive ici à Saint-Étienne comme vous vous rappellez. Ma saison a été une réussite puisque j'ai réussi à nous qualifier pour participer à la Ligue des Champions. Je termine avec un très bon bilan (6V-8N-1D) où en 15 matchs, j'ai connu qu'une seul fois la défaite contre Caen. J'ai recruté des bons joueurs comme Miroslav Stoch, Diniyar Bilyaletdinov, Jon Dahl Tomasson et Achille Emana. Ensuite, j'ai postulé pour devenir le sélectionneur de la Suède, j'aurai pu choisir la Turquie ou la Belgique mes deux nationalités mais j'ai préféré tenter le défi en Suède, un pays que j'apprécie. Après ma nomination, la prochaine étape était le tirage au sort qui fut assez difficile quand on voit qu'il y avait l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie, le Danemark et la Bosnie. Les médias nous voyait passer les éliminatoires en finissant 4è derrière l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie et devant le Danemark et la Bosnie. La première journée fut un match capitale car on jouait contre la Turquie. Ce fut une défaite 1-0. Malgré ce revers, je décide de ne pas changer ma composition. Ensuite le 2è match fut une grande réussite puisqu'on prenait les 3 points en gagnant 2-0 contre les Pays-Bas. Le 3è match aussi a été une grande réussite vu qu'on a réussit à battre l'Espagne, 1-0. La 4è journée fut assez décisive puisque si on battait le Danemark, on était déjà qualifié pour la Coupe du Monde. Et ce fut une nouvelle victoire sur le score de 1-0. La 5è et dernière journée étant sans enjeux pour nous puisqu'on était déjà qualifié mais si on gagnait on terminait 1er du groupe. Et c'est sans aucune difficulté qu'on bat la Bosnie (1-0). On termine donc 1er du groupe (4V-0N-1D) devant la Turquie, l'Espagne, la Bosnie, les Pays-Bas et le Danemark. Après des heures de stress, on a eu de la chance puisqu'on a hérité d'un groupe pas trop difficile qui était composé de l'Uruguay, notre adversaire directe pour la 1er place. Il y avait également le Pérou qui est une nation qui est pas mal et il y avait la Bosnie que nous avons déjà rencontré lors des éliminatoires. Le 1er match fut le match le plus important puisqu'on affrontait notre adversaire directe, la défaite était interdite. C'est sur le score de 2-2 grâce à Ibrahimovic qui a mit nos 2 buts qu'on termine le match. Le match suivant était important puisqu'on jouait la Bosnie où les 3 points étaient obligatoire si on voulait se qualifier et on a prit les 3 points en gagnant 2-0 sur un nouveau doublé d'Ibrahimovic. Le dernier match était très important vu que si on perdait on rentrait à la maison. Mais on a réussi à arracher 1 point contre le Pérou (1-1). En ce même moment, l'Uruguay a perdu contre la Bosnie donc la 1er place du groupe G était pour nous. En huitièmes de finale, on allait jouer contre le Chili. Malgré la blessure d'Ibrahimovic, on élimine le Chilie sur le score de 2-0 dont 1 goal de Marcus Berg qui a remplacé notre capitaine, Zlatan Ibrahimovic. Après ce match, on allait directement pour les quarts de finale affronter l'une des meilleur nation du monde, l'Argentine qui a remporté la Coupe du Monde, l'année passé. Malgré le retour de Zlatan Ibrahimovic, on a pas réussir à les éliminer donc c'est en quarts de finale qu'on quitte la Coupe du Monde. Je trouve que pour une nation comme la Suède, c'est un bon résultat, on peut repartir la tête haute. Après une grosse coupe du monde de mon côté, je devais chercher un club étant donné que mon contrat était d'une demi-saison. C'est alors que sans aucune hésitation de ma part que je décide de retourner à Saint-Étienne. Ma candidature a été retenue par les dirigeants, ils étaient très content de me revoir rempiler suite à mon hold-up où j'ai réussi à me qualifier pour la Ligue des Champions. C'est avec plein d'ambition que je commence cette nouvelle saison en Ligue 1, ma deuxième. Le premier évènement de la saison fut le tirage des poules de la coupe aux grandes oreilles. On était dans la quatrième poule en dernière place vu qu'on était l'équipe la plus faible. Venant de la première poule, déjà un grand club avec un des plus gros palmarès, il s'agit du Real de Madrid. Ensuite, un autre club avec un passé historique, les Reds de Liverpool. Et pour terminer, il y a Villareal coaché par Hassan qui peut faire très mal. Le premier match fut le match le plus dur du calendrier puisqu'on se déplaçait à Bernabeu. Je me souviens de ce moment où dans les vestiaires, tout le monde se disait qu'on allait se faire atomiser. Mais on arrive à créer la surprise en arrachant un vieux 0-0, on a même eu un meilleur pourcentage, 54% pour être exacte. Le deuxième était la réception de Liverpool. Après avoir créer la surprise en Espagne, il fallait refaire cela mais cette fois-ci devant notre public et on a réussi puisqu'on a gagné sur le score d'1 à 0. Grâce à cette victoire, j'enregistre un moment historique dans le football Français. Dernière journée de la phase aller fut une autre histoire puisqu'on a perdu sur le score de 0-2 à Villareal. A ce moment de la compétition, on était éliminé. Retour à Goeffroy Guichard avec la venue de Villareal, ce match-là était un autre match si on compare la match allé, on arrache un précieux point grâce à un 0-0. L'avant-dernier match était le dernier devant notre public, on recevait le Réal Madrid qui retourne avec un point en Espagne suite à un troisième 0-0. Le dernier match de ce groupe B fut très important car si on faisait un match nul, on était qualifié pour les quarts de finale, chose que personne n'aurait songé pendant une fraction de seconde. Mais pourtant, on a réussi, on a tenu en échec les Reds chez eux, à Anfield sur le score 1-1. On était tous fou, on a réussi à terminer à la deuxième place qui nous menait vers le bonheur puisqu'on accédait aux quarts de finale, chose que le club de la Loire n'a jamais connu.






Le parcours de Gervinho
  • Nous sommes le 14 octobre 2011, Kévin Gervinho quitte Lille par manque de résultats et cherche un nouveau challenge. Tout cela n’a pas tardé, Gaúcho, l’entraineur de Saint-Etienne l’aurait contacté sur son petit iPhone et demande de le rejoindre au plus vite à Lyon pour bouffer du Lion en centre ville avec Jean-Michel Aulas et Bernard Lacombe. Tout de suite, Kévin n’en croit pas ses yeux, il doit quitter Lille avec un temps de chien pour rejoindre le beau temps rhodanien, ça peut paraitre impensable mais sa valise était prête en 5 minutes, la famille est dans la BMW, direction l’autoroute pour Lyon, bon il y a des heures de routes mais je vais pas vous raconter toute sa vie non plus. Commençons par la base de sa carrière, ses débuts. Il commença sa carrière d’entraineur en tant qu’entraineur des Under 9 dans le club de Honolulu FC, c’est un grand club de D1 Hawaiienne. Tout ce passe bien, il gagne ses matchs tranquillement, pas de soucis à se faire. Alors on lui dit, la France t’appelle, Le Mans veut te recruter en tant que ramasseur de balles. Un contrat en or pour cet entraineur! Le voilà au Mans, le président lui confit ses ballons Kappa soigneusement bichonner par les pieds des joueurs. On remarqua en lui, un petit air de Apoula Edel dans ses gestes et ses récupérations de ballons alors on lui dit de signer un contrat en tant que gardien pour le Mans FC 3 qui évolue en DH. Kévin enchaîne les bons matchs biensûr mais il se blesse au petit ongle du doigt de pied, sa carrière est remis en jeu, alors il met un terme à sa carrière pour se reconvertir en entraineur. Il prend alors la place de Denis Zanko en tant qu’entraîneur de la réserve mancelle, Kévin obtient de bons résultats en championnat en battant Metz entre autre et donc il se retrouve en finale des Championnat de France des Réserves face à Lyon mais ces derniers l’emportent avec brio (2-1). L’entraineur se dis satisfait des performances des joueurs pendant cette saison et donc il se voit être pisté par plusieurs clubs tels que Lille, Sochaux, Lens et Cassis Carnoux. Kévin fait un peu mijoté son cerveau et décide de signer à Lille pour tenter de remonter le club parmi les cadors du foot français.






La demi-saison de Gaúcho

  • Après une grosse demi-saison où j'ai réussi à passer de la quatrième à la troisième place, synonyme de qualification pour la Champions League. C'est sans aucune hésitation que je me re-propose pour devenir le manager/entraîneur des Verts. C'est donc le lendemain que j'apprends que je re-signe à Saint-Étienne pour un contrat d'une saison complète, cette fois-ci. Dès que j'arrive dans mon bureau, je décide de me séparer de joueurs que je jugeais inutile afin de gagner de l'argent. Avec cette argent, j'agrandis le chaudron en devenant le troisième plus grand stade de France derrière les deux Olympiques (Marseille & Lyon). Après avoir réaliser de multiples transferts pendant l'inter-saison comme la venue de Miroslav Stoch qui a évolué sous mes ordres l'année passé avec cette même équipe. J'ai également eu un ancien Lyonnais, le Serbe, Dejan Lovren qui n'a pas fait long feu en Loire. Il y a eu un joueur qui est actuellement à l'Olympique Lyonnais, il s'agit de Cheick M'Bengué. Ensuite, j'ai réussi à dénicher le capitaine de la sélection Suédoise, Olof Mellberg, un joueur que j'avais auparavant coaché lors de la dernière Coupe du Monde. Et pour terminer, il y a des gros joueur comme Ariel Ibagaza, Mladen Petric ou encore Gervinho. Niveau compétition nationale (Ligue 1), nous avons eu peu de chance avec des défaites où par manque de chance, on rate les trois points mais on retiendra surtout notre grand parcours en Ligue des Champions. En effet, on a connu plus de facilité et réussite quand Ligue 1. On a terminé les phases de poule avec une victoire ; contre Liverpool à Geoffroy Guichard, 4 nuls ; 2 contre le Real qui a fait un sans faute contres les deux autres équipes du groupe, 1 à Anfield et le dernier contre Villareal et la défaite était à Villareal qui a terminé dernier du groupe. C'est donc avec la deuxième place que j'arrive à me qualifier pour les quarts de finale de la plus grand coupe, je ne peux être que fière de ce résultant étant donné qu'on était la plus faible équipe de cette édition parmi les quatre groupes.






La demi-saison de Gervinho
  • En aout 2011, Kévin Gervinho s’engageait avec Lille en tant qu’adjoint, l’entraineur principal de cette équipe était Rudi Patou, ancien entraineur de Genoa. Kévin qui était connu des supporters lillois, avait pour but de recadrer cette équipe après certains départs importants mais il avait entre les mains une belle petite équipe avec des joueurs comme Hazard, Gervinho et Payet. Les Lillois ont entamé leur mercato avec les ventes brutales d'Hazard, Gervinho et Payet au profit de Castelen, Podolski et d’autres joueurs. Cela n'était guère amusant pour les supporters, qui voyaient leurs 3 joueurs fétiches partir coup sur coup. La pré-saison était lancée, on attendait des Lillois dynamiques et qui devaient prouver devant leur public et bien c’était chose réussite puisque les hommes de Gervinho ont goûté à la défaite qu’une seule fois en 8 matchs. On envisagea alors du renouveau à Lille avec une saison idéale et des objectifs précis. LE TITRE! Oui mais, quelques semaines plus tard, Lille est quinzième et se fait bousculer par tout le monde, malgré une bonne activité sur le marché des transferts avec les arrivées d'Altidore ou encore Altintop. Début octobre, rien ne va plus à Villeneuve d’Ascq, Patou est viré ,Gervinho prend sa place ,il y a un réel décalage de politique entre les deux hommes. Gervinho veut de la victoire comme la saison passée, il veut bousculer l’OM et consorts mais tout va mal. Même si il a enchainé deux victoires à Valenciennes et Lorient, Kévin sombre dans le désespoir en s’inclinant 6-1 face à Marseille. Il plonge alors dans une dépression et se plonge dans l’alcool, la drogue et il va même jusqu’à la prostitution. Gaúcho est là pour le soutenir et lui demande de venir à Lyon avec ses bagages pour prouver qu’il est vivant, le Gervinho qu’on a vu il y a une saison.






La demi-saison de Lyon
  • En aout 2011, l’Olympique Lyonnais a décidé de donner les clés du club au mythique entraineur Selena Gomez, ancien entraineur de Barcelone et de Marseille. Rapidement, le coach Lyonnais annonce de la couleur en recrutant Bruno Alves, Congré, Inler et O’Neil, ce ne sont pas de grosses recrues mais ils vont permettre aux supporters Lyonnais de sourire. En effet, Lyon remporte le Trophée des Champions face au Paris Saint Germain de Don Jo grâce à Ederson et compagnie. La première journée de championnat, la tension monte dans les travées de Gerland, Selena sera le sujet de conversation lors de ce premier match face à Montpellier. Les Lyonnais doivent gagner ce match car ils sont tenants du titre et la défaite est fatale face à une modeste équipe héraultaise. La fin des 90 minutes désigne Lyon comme vainqueur de ce match avec un score flatteur 2-0. Quatriéme journée, Lyon se déplace au Parc des Princes pour y affronter Paris avec des joueurs nouveaux nottament David Beckham, Théo Walcott ou encore Jamie Carragher pour faire valser les joueurs adverses. Paris se fait atomiser avec un score sans appel de 3 buts à 0, le recrutement paye du côté Lyonnais, les supporters sont en joie. Quatre journées se sont écoulées et Lyon n’est plus le même, des points perdus à Saint Etienne et Nice avec des défaites. Rien ne va plus avant de recevoir Lille, victoire obligée. Van Persie irrésistible face aux Dogues mal en point et cette victoire lyonnais qui compte pour le moral et qui relance les troupes. Jusqu’à la trêve, les Lyonnais sont en forme, ils sont sur une belle série de victoires et compte bien la prolonger, certes les victoires sont Brest, Renne et Valenciennes mais ça fait 3 points dans la musette. Côté coupes, les Gones sont éliminés de la coupe de France dès le premier tour (1-0) comme la saison passée mais c’est un objectif secondaire pour le club. En Champions League, Lyon s’est qualifié dans un groupe assez remonté avec des écuries de renom mondiale comme Arsenal et Chelsea. Le club Français n'a pas tremblé et gagne coup sur coup ses deux affrontements face aux deux cadors de Premier League sur la plus petite des marges. Lyon accéde au 8éme de finale comme son rival Saint Etienne coaché par moi (Gaúcho) et ira se frotter au Milan AC.






Malouda & Juninho ; deux anciennes stars de Lyon
  • C’est après la seconde guerre mondiale, en 1950, que l’Olympique Lyonnais est crée dans le but d’en faire un véritable club de football professionnel. Lyon connaît tout d’abord une longue période de vache maigre et de yo-yo entre la D1 et la D2. Les années 60 sont plutôt fastes pour l’Olympique Lyonnais avec des joueurs comme Di Nallo, Nestor et Combin qui titre l’équipe vers le haut en remportant toutefois plusieurs coupes de France et en finissant plusieurs fois dans le Top5 du championnat de D1. En 1980, la mairie de Lyon participe au financement du club ce qui entraine un jeu de chaises musicales au niveau de la présidence et de l’entraîneur de l’OL. Fatalement, Lyon descend en 1982 en D2 pour y passer 4 années en finissant souvent sur le paillasson de la D1. En juin 1987, Un homme d’affaire lyonnais, Jean-Michel Aulas reprend le club et retrouve l’élite en 1989 après avoir annoncé que Lyon jouera l’Europe dans les 4 ans… Lyon atteint enfin les sommets du championnat de France en 1995 en finissant à la deuxième place avec pour entraîneur Jean Tigana et des joueurs comme Maurice, Gava, Giuly et consort (c’est qui ce consort…). Malgré ce bon résultat, Jean Tigana est remplacé par Guy Stephan, lui même remplacé en 1997 par l’éminence grise de JMA, Bernard Lacombe associé à José Broissart. C’est en 1997 que Grégory Coupet remplace le fantasque Pascal Olmetta prié avec Jean-Michel Sassus de quitter le club suite à leurs problèmes relationnels ou extra-conjugaux… A la fin des années 90 et durant les années 2000, Lyon se construit petit à petit pour devenir un équipe compétitive au plus haut niveau européen avec l’arrivée des brésiliens comme Sonny Anderson, plus gros transfert du championnat de France à l’époque, Edmilson, Caçapa, Nilmar, Juninho, Cris, Fred, Cleber Anderson ou plus récemment Ederson. Lyon est désormais une équipe figurant parmi les 10 plus grands clubs européens, en passe de s’offrir un grand stade digne des plus grands, et qualifiée en ligue des champions depuis 7 années grâce à ses performances en championnat de France. Le plus souvent en 1/8e, elle atteindra plusieurs fois les 1/4 de finale de la compétition reine sans les dépasser d’un cheveu et en étant le plus souvent éliminé par le futur vainqueur… Une sorte de cap doit être passé par le club dont le président désormais emblématique et influent rêve de coupe aux grandes oreilles. Lyon compte aujourd’hui dans ses rangs des joueurs capables d’aller très loin dans cette compétition comme Karim Benzema plus proche d’un départ qu’autre chose, à moins que JMA ne lui trouve un soutien de classe international à la pointe de l’attaque lyonnaise, et décrocher l’ultime timbale.






Le stade de Lyon

  • Propriété de la commune, le stade de Gerland est utilisé par l'Olympique Lyonnais depuis 1950. Mais si le stade a accueilli l'OL après la guerre, il a eu une activité intense au début du siècle et dans l'entre deux guerres. Le projet d'édifier un stade dans la ville de Lyon a vu le jour grâce à la volonté du maire d'alors, Edouard Herriot. Il a ainsi mandaté au début des années 10', l'architecte Tony Garnier afin de créer un espace sportif dans la perspective de l'exposition internationale de 1914, permettant ainsi d'inclure une section sport et éducation physique au projet préalablement défini. Bien entendu le stade des années 20' ne ressemblait guère à l'antre sublime que nous connaissons aujourd'hui. Tony Garnier avait choisi d'élaborer un stade omnisports doté d'une piste d'athlétisme et d'un vélodrome. En 1926, le stade est inauguré par Edouard Herriot. C'est un stade typiquement antique qui s'inspire des stades romains avec cette grande galerie circulaire posée sur un talus végétal. Les quatre portes immenses établies par Tony Garnier ont été classées monuments historiques en 1967. Dès 1950, l'Olympique Lyonnais prend ses quartiers au stade de Gerland et peu à peu le football prend le pas sur les autres sports. Même si plusieurs projets ont développé année après année le stade, la mairie avait envisagé d'accueillir les jeux olympiques et pour ce faire, de construire un stade de 85 000 places... Hélàs le projet n'aboutira pas, mais le vélodrome sera quand même détruit au début des années 60 après avoir glorieusement accueilli quelques arrivées du Tour de France. Mais c'est au début des années 80' que le stade Gerland, avec la perspective de l'Euro 84, va se transformer grâce notamment au rapprochement des tribunes Jean Jaurès et Jean Bouin près de la pelouse. Dès lors, les grillages ont été supprimés et remplacés par un fossé rendant le stade beaucoup plus convivial. René Gagis fut l'architecte qui opéra ces modifications. Puis le mondial 1998 et surtout l'architecte Albert Constantin, ont fait du stade Gerland un stade moderne doté de deux virages rapprochés et couverts d'une structure métallo textile de 4300m² chacun.Vingt-huit loges équipées ont vu le jour grâce à la création d'un étage complet. Le stade dans sa configuration actuelle est doté de sièges dans chacune des quatre tribunes garantissant le confort des 40 494 spectateurs que peut accueillir aujourd'hui le stade de Gerland.






Robin Van Persie, la star de Lyon


LES GARDIENS :

GILLET Jean-François (1674/87)
LOPES Anthony (1557/68)
HILDEBRAND Timo (1705/86)
HILÁRIO Henrique (1567/76)
HARTOCK Joan (1544/73)

LES DÉFENSEURS :

RICKETTS Sam (1895/76)
RODRIGUEZ Julien (1786/76)
M'BENGUE Cheikh (1925/82)
MILITO Gabriel (1970/88)
RUBIN Matteo (1865/73)
CARRAGHER Jamie (1890/86)
BARZOLA Pablo (1911/75)
FANNI Rod (1975/82)

■ LES MILIEUX :

HLEB Aliaksandr (2042/85)
INLER Gökhan (2004/79)
KOMAN Vladimir (1852/71)
CARRICK Michael (1980/77)
NOVILLO Harry (1812/69)
DESSENA Daniele (1910/70)
STANISLAS Junior (1879/70)

LES ATTAQUANTS :

MARTINS Obafemi (2001/84)
VARELA Silvestre (1987/82)
VAN PERSIE Robin (2083/84)
PISANU Andrea (1905/72)
RIKI Iván Sánchez (1910/71)
WALCOTT Théodore (1976/86)





Jean-François, le capitaine de cette formation








Theo Wallcott, une pièce maîtresse de l'effectif

  • Jean-François Gillet est un joueur de football professionnel d'origine belge. Il est né le 31 mai 1979 à Liège en Belgique. Il évolue essentiellement au poste de gardien de but et uniquement dans le championnat belge , championnat italien et dans le championnat français avec le club de Lyon . Il mesure 1,83m et porte le maillot n°1.
  • Jamie Carragher est un joueur de Lyon. Il joue au poste de défenseur central et compte 31 sélections en équipe nationale d’Angleterre. Véritable natif de la région, Jamie Carragher possède la particularité d’avoir supporté le rival historique Everton avant d’entrer au centre de formation de Liverpool. Joueur doté d’un sens du placement et d’une générosité à toute épreuve. Jamie Carragher comble son manque de technique balle au pied par une concentration de tous les instants et une détermination sans faille. De plus, il est capable de jouer à plusieurs postes différents : défenseur central donc mais aussi latéral droit ou même milieu défensif. Cette mentalité lui vaut par ailleurs un franc succès auprès des « scousers » les supporters de Liverpool.
    Le palmarès du britannique est conséquent, présent dans l’effectif professionnel depuis 1995. Il a tout gagné avec les « Reds », seul manque à l’appel le titre de champion. Titre qui fuit à son club depuis 1990.
  • Gabi Milito est un défenseur étant habitué au poste de défenseur central mais peut aussi être libéro (poste qu’il occupe généralement en sélection). Il se retrouve très souvent en dernière homme mais c’est la muraille la plus difficile à franchir. Milito est gaucher et dispose d’une très bonne vision du jeu et le démontre principalement lors de ses passes longues. Il a également un bon jeu de tête et peut donc être dangereux en attaque (Victor Valdes en sait quelque chose…). Milito dispose aussi d’une grande technique ballon au pied et ses sorties sont toujours claires. En Argentine, il était connu comme « le premier attaquant » de l’Independiente, parce qu’à beaucoup d’occasions, il offrait une occasion de but avec sa première passe profonde depuis la défense. Il n’est pas considéré comme très rapide mais son sens de l’anticipation fait qu’il a souvent le dessus sur les attaquants adverses.
  • Gökhan Inler est un milieu relayeur qui a acquis une certaine crédibilité en France. Parfait numéro huit, le joueur aux origines turques excelle tant à la récupération qu’à la passe mais également à la frappe. Capable de miser tant sur son pied droit que sur sa patte gauche, Inler dispose d’une frappe lourde et puissante dont il n’est pas avare d’utilisation. Parfois inconstant, il a plutôt impressionné depuis son arrivée en Ligue 1.
  • Robin Van Persie est un joueur du Arsenal. Le jeune hollandais débute sa carrière à l’Excelsior Rotterdam mais n’y reste pas longtemps. Vite repéré par les recruteurs du , il y débarque à l’âge de 13 ans. Au ,progresse et passe par toutes les équipes de jeunes. Sa technique et sa vision du jeu lui permettent d’intégrer l’effectif professionnel dès la saison 2001-2002. Son temps de jeu est assez conséquent pour un jeune joueur et il participe à l’aventure en Coupe UEFA dutout en disputant 10 matchs en championnat. La saison suivante est une vraie confirmation du talent deRobin Van Persie qui dispute 23 matchs et marque 8 buts sur son côté gauche. La Ligue des Champions le révèle comme le plus grand espoir hollandais. L’ascension de Robin Van Persie est alors irrésistible et il marque encore 7 buts en 27 matchs en championnat. Beaucoup de clubs le courtisent, mais c’est Arsenal qui rafle la mise. Appelé à succéder à son idole Dennis Bergkamp chez les Gunners, Robin Van Persie signe avec plaisir dans le club londonien. Il va s’imposer de suite à Arsenal et parvient à trouver sa place dans le groupe qui termine champion d’Angleterre et invaincu. En 2005, Robin Van Persie enchaîne une victoire en finale de la Cup face à Manchester United et sa première sélection en équipe nationale de Hollande face à la Roumanie. Le néo-international hollandais confirme sa progression en premier league et en Ligue des Champions, et forme avec Thierry Henry, un duo redoutable. Sur sa lancée, Robin Van Persie est retenu dans le groupe hollandais pour disputer le Coupe du Mondemais échoue en huitième de finale face au Portugal. Toujours très utile à Arsène Wenger, Robin Van Persie est après le départ de Thierry Henry au FC Barcelone, un des leader du Arsenal pour la saison 2007-2008.
  • Comme Ronaldo, il a participé à sa première Coupe du Monde en ne jouant pas une seule minute. Comme Thierry Henry, il possède une vitesse dévastatrice. Et comme Wayne Rooney il y a quelques années, il bat un à un tous les records de précocité.Theo Walcott a tout juste 18 ans mais son avenir est déjà tracé : Il sera une star du football. Dès ses débuts à Southampton, à l'âge record de 15 ans et 175 jours, ce gamin affole les observateurs par la rapidité et la technicité de ses gestes. Buteur lors de ses trois premiers matchs, il ne faut pas longtemps pour que tous les grands clubs du Royaume ne se l'arrachent. A l'époque, son coach Harry Redknapp dit de lui : « Quand on les qualités qu'il a, le ciel est la seule limite. » Arsène Wenger et Arsenal remporte la course à la signature du petit génie, et Walcott signe, après seulement 14 apparitions en Championship, chez les Gunners en janvier 2006. Le montant du transfert, faramineux pour un jeune de 16 ans, s'élève à 7.3M€. Une somme pouvant augmenter jusqu'à 17.5M€ en fonction de clauses d'apparitions en club et en équipe nationale anglaise.
  • Obafemi Martins est un footballeur nigérien, connu pour sa vitesse de course, qui évolue à Lyon Le 31 juillet 2009, il est transféré au VFL Wolfsbourg, champion d'Allemagne en titre, pour 4 saisons et une indemnité de transfert évaluée à 10,5 M€. En juillet 2010, il est transféré au Rubin Kazan Le 28 janvier 2010, il est prêté au Birmingham City, le club russe Rubin Kazan précisant que l'ancien joueur de l'Inter voulait se rapprocher de sa famille après la naissance de son enfant. Martins est connu pour sa vitesse de dribble mais aussi pour ses célébrations de but très acrobatiques.






Dirk Kuyt
  • Le recrutement made in Gaúcho et Gervinho annonce de la couleur. L’objectif est de recruter beaucoup de joueurs expérimentés pour reconquérir Gerland et la Ligue 1 car pour l’instant Lyon pointe à la troisième place en cette moitié de championnat. En effet, les Lyonnais ont un rôle au dessus de leur tête, ils sont tenants en titre donc faut recruter des joueurs qui ont de la force et du cœur. Alors côté gardiens, l’équipe est bien fourni avec Timo Hildebrand et Jean-François Gillet. Hilario fait office de gardien réserviste mais il est aussi très bon donc pas d’inquiétude la dessus. En défense,Jamie Carragher et Gabriel Milito seront conservés du moins on l’espère du côté latéral Cheikh M’Bengue, le jeune international Français pourrait rester à Lyon car c’est un jeune joueur d’avenir qui peut exploser à tout moment. Donc le recrutement se basera sur le poste de latéral droit avec notamment Sagna et Maggio qui font office de priorité. Le milieu de terrain sera le chantier principal de l’équipe lyonnaise car elle posséde un nombre insuffisants de bons joueurs, Aliaksandr Hleb, Michael Carrick et Gökhan Inler sont les joueurs phares de ce milieu mais on pourrait voir Walcott descendre d’un cran en se positionnant milieu latéral. Sa vitesse d’éxécution et son punch offensif peut faire mal aux défenses adverses. Gaúcho et Gervinho comptent bien renforcer ce poste avec nottament un possible retour en France de la pépite Belge, Eden Hazard et l’Argentin, Ariel Ibagaza qui est connu des services Français puisque la saison dernière il a évolué à Lille sous les ordres de Gervinho tout comme Hazard. Autre milieu latéral convoité, il s’agit d’Eijero Elia qui est un jeune joueur néerlandais dont Gervinho aime sa vivacité et son profil. En attaque,la grosse rumeur est celle du retour inespéré de Karim Benzema en France et à Lyon. Oui en effet, Lyon posséde une très grande armoire d’attaquants avec Robin Van Persie, Theo Walcott ou encore Obafemi Martins mais il se pourrait que Gaúcho puisse récupérer Benzema pour animer le championnat français. Mais ce n’est pas tout, deux Néerlandais pourraient arriver, Dirk Kuyt qui est très bien aimé par Gaúcho et Klaas-Jan Huntelaar.

_________________


Dernière édition par Gaúcho` le Sam 10 Déc - 15:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Jeu 24 Déc - 19:00


  • Qui est Gaúcho ?

Comme vous devez le remarquer si je vous écris, c'est pour postuler au poste d'entraîneur, je commence par me présenter comme il se doit. Je m'appelle Axel mais dans le domaine du football, on me surnomme Gaúcho pour la simple et unique raison que je suis pas doué au football. Alors vous allez me dire, que faites-vous à postuler une candidature. Je vais vous expliquer d'où vient ce surnom. Avant de devenir, coach, j'étais joueur de football comme tout gamin aimant ce sport. J'ai évolué toute ma jeunesse dans un des clubs de la capitale de Turquie, je parle de Gençlerbirliği S.K. J'ai joué jusqu'à l'âge de 19 ans au poste de défenseur central. Lors d'un match de pré-saison opposant un autre club de la capital à savoir, Ankaraspor, je me blesse gravement à la jambe droite pour être plus précis. J'ai dû mal à me remettre de cette blessure, je vais passer 5 mois dans la tribune. Lors de mon retour, il ne reste plus beaucoup de match à disputer mais on me verra quelque fois sur les pelouses des diverses équipes de Turquie. Mais, j'ai dû mal à rejouer, cette blessure m'a fait perdre le talent que j'avais, je ne sais plus tirer correctement avec mon pied de prédilection (le droit). Voilà, la signification du surnom "Gaúcho". Deux ans plus tard, je décide de revenir dans le club de ma région (Gençlerbirliği S.K.). Je postule pour revenir sur les terrains mais cette fois-ci en costard au bord du banc. Vingt-trois jours (oui, je me rappelle de ce jour) après ce jour, je reçois une réponse du président qui me nomme entraîneur. J'y resterai 3 ans. La première année fut assez dur, on terminera 14e sur les 20 équipes le SuperLigue de Turquie. La saison suivante (2002-2003) sera nettement meilleur puisque je serai à la 9e place mais surtout j'irai jusqu'en finale de la Coupe contre Trabzonspor. Etant donné qu'ils étaient déjà qualifié pour l'UEFA (Europa League), on allait disputé celle dernière. Ma troisième et dernière année fut la meilleur, on arrive 5e en championnat et on bute encore contre la même équipe mais surtout on retiendra qu'on a été jusqu'en huitièmes de finale éliminé par Valencia, le vainqueur de cette édition 2004. Ensuite, je décide d'arrêter le coaching malgré le succès que j'ai eu cette dernière saison dans ma ville d'enfance. La raison est toute simple, c'est juste que j'ai des problèmes avec ma famille, plus précisément ma fille qui souffre alors je décide de m'en occuper. Six ans plus tard, je décide de reprendre le football en tant que coach évidemment et je débarque sur la planète Fantastic-Foot. J'arrive en cours de saison (à la 4è journée) au F.C. Lorient. J'y resterai jusqu'à la trêve (15è journée), avec ce club qui vise le maintien en Ligue 1, j'irai jusqu'à la 6è place mais après une baisse de régime, je serai à la 12è place sachant que j'ai reprit le club à la 14è place. Avec le FCL, j'ai recruté des joueurs comme Oguchi Onyewu, Stephen Carr, Marco Torsiglieri, Xisco et Miralem Sulejmani. Ensuite à la trêve, je décide de changer d'équipe et c'est là que j'arrive ici à Saint-Étienne comme vous vous rappellez. Ma saison a été une réussite puisque j'ai réussi à nous qualifier pour participer à la Ligue des Champions. Je termine avec un très bon bilan (6V-8N-1D) où en 15 matchs, j'ai connu qu'une seul fois la défaite contre Caen. J'ai recruté des bons joueurs comme Miroslav Stoch, Diniyar Bilyaletdinov, Jon Dahl Tomasson et Achille Emana. Ensuite, j'ai postulé pour devenir le sélectionneur de la Suède, j'aurai pu choisir la Turquie ou la Belgique mes deux nationalités mais j'ai préféré tenter le défi en Suède, un pays que j'apprécie. Après ma nomination, la prochaine étape était le tirage au sort qui fut assez difficile quand on voit qu'il y avait l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie, le Danemark et la Bosnie. Les médias nous voyait passer les éliminatoires en finissant 4è derrière l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie et devant le Danemark et la Bosnie. La première journée fut un match capitale car on jouait contre la Turquie. Ce fut une défaite 1-0. Malgré ce revers, je décide de ne pas changer ma composition. Ensuite le 2è match fut une grande réussite puisqu'on prenait les 3 points en gagnant 2-0 contre les Pays-Bas. Le 3è match aussi a été une grande réussite vu qu'on a réussit à battre l'Espagne, 1-0. La 4è journée fut assez décisive puisque si on battait le Danemark, on était déjà qualifié pour la Coupe du Monde. Et ce fut une nouvelle victoire sur le score de 1-0. La 5è et dernière journée étant sans enjeux pour nous puisqu'on était déjà qualifié mais si on gagnait on terminait 1er du groupe. Et c'est sans aucune difficulté qu'on bat la Bosnie (1-0). On termine donc 1er du groupe (4V-0N-1D) devant la Turquie, l'Espagne, la Bosnie, les Pays-Bas et le Danemark. Après des heures de stress, on a eu de la chance puisqu'on a hérité d'un groupe pas trop difficile qui était composé de l'Uruguay, notre adversaire directe pour la 1er place. Il y avait également le Pérou qui est une nation qui est pas mal et il y avait la Bosnie que nous avons déjà rencontré lors des éliminatoires. Le 1er match fut le match le plus important puisqu'on affrontait notre adversaire directe, la défaite était interdite. C'est sur le score de 2-2 grâce à Ibrahimovic qui a mit nos 2 buts qu'on termine le match. Le match suivant était important puisqu'on jouait la Bosnie où les 3 points étaient obligatoire si on voulait se qualifier et on a prit les 3 points en gagnant 2-0 sur un nouveau doublé d'Ibrahimovic. Le dernier match était très important vu que si on perdait on rentrait à la maison. Mais on a réussi à arracher 1 point contre le Pérou (1-1). En ce même moment, l'Uruguay a perdu contre la Bosnie donc la 1er place du groupe G était pour nous. En huitièmes de finale, on allait jouer contre le Chili. Malgré la blessure d'Ibrahimovic, on élimine le Chilie sur le score de 2-0 dont 1 goal de Marcus Berg qui a remplacé notre capitaine, Zlatan Ibrahimovic. Après ce match, on allait directement pour les quarts de finale affronter l'une des meilleur nation du monde, l'Argentine qui a remporté la Coupe du Monde, l'année passé. Malgré le retour de Zlatan Ibrahimovic, on a pas réussir à les éliminer donc c'est en quarts de finale qu'on quitte la Coupe du Monde. Je trouve que pour une nation comme la Suède, c'est un bon résultat, on peut repartir la tête haute. Après une grosse coupe du monde de mon côté, je devais chercher un club étant donné que mon contrat était d'une demi-saison. C'est alors que sans aucune hésitation de ma part que je décide de retourner à Saint-Étienne. Ma candidature a été retenue par les dirigeants, ils étaient très content de me revoir rempiler suite à mon hold-up où j'ai réussi à me qualifier pour la Ligue des Champions. C'est avec plein d'ambition que je commence cette nouvelle saison en Ligue 1, ma deuxième. Le premier évènement de la saison fut le tirage des poules de la coupe aux grandes oreilles. On était dans la quatrième poule en dernière place vu qu'on était l'équipe la plus faible. Venant de la première poule, déjà un grand club avec un des plus gros palmarès, il s'agit du Real de Madrid. Ensuite, un autre club avec un passé historique, les Reds de Liverpool. Et pour terminer, il y a Villareal coaché par Hassan qui peut faire très mal. Le premier match fut le match le plus dur du calendrier puisqu'on se déplaçait à Bernabeu. Je me souviens de ce moment où dans les vestiaires, tout le monde se disait qu'on allait se faire atomiser. Mais on arrive à créer la surprise en arrachant un vieux 0-0, on a même eu un meilleur pourcentage, 54% pour être exacte. Le deuxième était la réception de Liverpool. Après avoir créer la surprise en Espagne, il fallait refaire cela mais cette fois-ci devant notre public et on a réussi puisqu'on a gagné sur le score d'1 à 0. Grâce à cette victoire, j'enregistre un moment historique dans le football Français. Dernière journée de la phase aller fut une autre histoire puisqu'on a perdu sur le score de 0-2 à Villareal. A ce moment de la compétition, on était éliminé. Retour à Goeffroy Guichard avec la venue de Villareal, ce match-là était un autre match si on compare la match allé, on arrache un précieux point grâce à un 0-0. L'avant-dernier match était le dernier devant notre public, on recevait le Réal Madrid qui retourne avec un point en Espagne suite à un troisième 0-0. Le dernier match de ce groupe B fut très important car si on faisait un match nul, on était qualifié pour les quarts de finale, chose que personne n'aurait songé pendant une fraction de seconde. Mais pourtant, on a réussi, on a tenu en échec les Reds chez eux, à Anfield sur le score 1-1. On était tous fou, on a réussi à terminer à la deuxième place qui nous menait vers le bonheur puisqu'on accédait aux quarts de finale, chose que le club de la Loire n'a jamais connu.

  • Quelles sont mes motivations ?

Mes motivations sont comme notre candidature, elle est longue. Devenir le manager/entraîneur de l'AS Roma avec Qwertyaz serait pour moi, un pas de plus pour moi dans le domaine de la simulation. En effet, je n'ai jamais coaché de grand club comme celui-ci et on a tous rêvé de diriger une équipe de ce calibre. J'ai commencé par coacher Lorient, Saint-Étienne, Parma et maintenant, je l'espère, Rome. Cela prouve que ma progression est croissante. Je possède un effectif de qualité, un budget assez élevée avec 60 millions d'euros. C'est une source de motivation en plus pour moi. Parmi les joueurs qui composent cette équipe, il y a des joueurs que j'adore comme Francesco Totti qui m'avait fait rêvé quand il jouait à son plus grand niveau. Il y a aussi, pour moi, le futur gardien de la composition des Pays-Bas, Maarten Stekelenburg qui remplace bien Vandersar. Une autre source de motivation parmi celle que j'ai cité ci-haut, c'est le fait que j'aurai un adjoint actif car pour l'instant, j'ai eu affaire à des gens qui n'étaient pas sérieux. Cette fois, j'aurai, un membre fidèle qui a déjà fait ses preuves sur Fantastic-Foot, et surtout c'est toujours agréable d'avoir quelqu'un pour demander des conseils que ça soit pour les transferts, les enchères ou encore la composition de l'équipe.


  • Quelles sont mes objectifs ?

Chaque club, chaque manager ont des objectifs avec leurs clubs. Un club comme l'AS Roma doit avoir des objectifs élevé comme remporter un trophée dans une compétition qu'il occupe. Mais cette année, c'est une autre chose, les championnats propre à chaque pays n'existe plus, il y a des tournois. En tant que manager/entraineur de l'AS Roma, je vais lutter avec mes adversaires pour essayer d'inscrire mon nom dans les vainqueurs d'un tournoi. Rien n'est impossible avec un bon recrutement et une bonne volonté, on peut y arriver mais la bataille sera dure et longue, il ne faudra pas perdre des points inutilement. Je vise également quelques trophées UNFP.

_________________


Dernière édition par Gaúcho` le Sam 17 Déc - 22:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Dim 27 Déc - 20:33


Présentation des deux candidats au poste d'entraineur de l'AS Roma.
Mr. Gaúcho.
Comme vous devez le remarquer si je vous écris, c'est pour postuler au poste d'entraîneur, je commence par me présenter comme il se doit. Je m'appelle Axel mais dans le domaine du football, on me surnomme Gaúcho pour la simple et unique raison que je suis pas doué au football. Alors vous allez me dire, que faites-vous à postuler une candidature. Je vais vous expliquer d'où vient ce surnom. Avant de devenir, coach, j'étais joueur de football comme tout gamin aimant ce sport. J'ai évolué toute ma jeunesse dans un des clubs de la capitale de Turquie, je parle de Gençlerbirliği S.K. J'ai joué jusqu'à l'âge de 19 ans au poste de défenseur central. Lors d'un match de pré-saison opposant un autre club de la capital à savoir, Ankaraspor, je me blesse gravement à la jambe droite pour être plus précis. J'ai dû mal à me remettre de cette blessure, je vais passer 5 mois dans la tribune. Lors de mon retour, il ne reste plus beaucoup de match à disputer mais on me verra quelque fois sur les pelouses des diverses équipes de Turquie. Mais, j'ai dû mal à rejouer, cette blessure m'a fait perdre le talent que j'avais, je ne sais plus tirer correctement avec mon pied de prédilection (le droit). Voilà, la signification du surnom "Gaúcho". Deux ans plus tard, je décide de revenir dans le club de ma région (Gençlerbirliği S.K.). Je postule pour revenir sur les terrains mais cette fois-ci en costard au bord du banc. Vingt-trois jours (oui, je me rappelle de ce jour) après ce jour, je reçois une réponse du président qui me nomme entraîneur. J'y resterai 3 ans. La première année fut assez dur, on terminera 14e sur les 20 équipes le SuperLigue de Turquie. La saison suivante (2002-2003) sera nettement meilleur puisque je serai à la 9e place mais surtout j'irai jusqu'en finale de la Coupe contre Trabzonspor. Etant donné qu'ils étaient déjà qualifié pour l'UEFA (Europa League), on allait disputé celle dernière. Ma troisième et dernière année fut la meilleur, on arrive 5e en championnat et on bute encore contre la même équipe mais surtout on retiendra qu'on a été jusqu'en huitièmes de finale éliminé par Valencia, le vainqueur de cette édition 2004. Ensuite, je décide d'arrêter le coaching malgré le succès que j'ai eu cette dernière saison dans ma ville d'enfance. La raison est toute simple, c'est juste que j'ai des problèmes avec ma famille, plus précisément ma fille qui souffre alors je décide de m'en occuper.

Six ans plus tard, je décide de reprendre le football en tant que coach évidemment et je débarque sur la planète Fantastic-Foot. J'arrive en cours de saison (à la 4è journée) au F.C. Lorient. J'y resterai jusqu'à la trêve (15è journée), avec ce club qui vise le maintien en Ligue 1, j'irai jusqu'à la 6è place mais après une baisse de régime, je serai à la 12è place sachant que j'ai reprit le club à la 14è place. Avec le FCL, j'ai recruté des joueurs comme Oguchi Onyewu, Stephen Carr, Marco Torsiglieri, Xisco et Miralem Sulejmani. Ensuite à la trêve, je décide de changer d'équipe et c'est là que j'arrive ici à Saint-Étienne comme vous vous rappellez. Ma saison a été une réussite puisque j'ai réussi à nous qualifier pour participer à la Ligue des Champions. Je termine avec un très bon bilan (6V-8N-1D) où en 15 matchs, j'ai connu qu'une seul fois la défaite contre Caen. J'ai recruté des bons joueurs comme Miroslav Stoch, Diniyar Bilyaletdinov, Jon Dahl Tomasson et Achille Emana. Ensuite, j'ai postulé pour devenir le sélectionneur de la Suède, j'aurai pu choisir la Turquie ou la Belgique mes deux nationalités mais j'ai préféré tenter le défi en Suède, un pays que j'apprécie. Après ma nomination, la prochaine étape était le tirage au sort qui fut assez difficile quand on voit qu'il y avait l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie, le Danemark et la Bosnie. Les médias nous voyait passer les éliminatoires en finissant 4è derrière l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie et devant le Danemark et la Bosnie. La première journée fut un match capitale car on jouait contre la Turquie. Ce fut une défaite 1-0. Malgré ce revers, je décide de ne pas changer ma composition. Ensuite le 2è match fut une grande réussite puisqu'on prenait les 3 points en gagnant 2-0 contre les Pays-Bas. Le 3è match aussi a été une grande réussite vu qu'on a réussit à battre l'Espagne, 1-0. La 4è journée fut assez décisive puisque si on battait le Danemark, on était déjà qualifié pour la Coupe du Monde. Et ce fut une nouvelle victoire sur le score de 1-0. La 5è et dernière journée étant sans enjeux pour nous puisqu'on était déjà qualifié mais si on gagnait on terminait 1er du groupe. Et c'est sans aucune difficulté qu'on bat la Bosnie (1-0). On termine donc 1er du groupe (4V-0N-1D) devant la Turquie, l'Espagne, la Bosnie, les Pays-Bas et le Danemark. Après des heures de stress, on a eu de la chance puisqu'on a hérité d'un groupe pas trop difficile qui était composé de l'Uruguay, notre adversaire directe pour la 1er place. Il y avait également le Pérou qui est une nation qui est pas mal et il y avait la Bosnie que nous avons déjà rencontré lors des éliminatoires. Le 1er match fut le match le plus important puisqu'on affrontait notre adversaire directe, la défaite était interdite. C'est sur le score de 2-2 grâce à Ibrahimovic qui a mit nos 2 buts qu'on termine le match. Le match suivant était important puisqu'on jouait la Bosnie où les 3 points étaient obligatoire si on voulait se qualifier et on a prit les 3 points en gagnant 2-0 sur un nouveau doublé d'Ibrahimovic. Le dernier match était très important vu que si on perdait on rentrait à la maison. Mais on a réussi à arracher 1 point contre le Pérou (1-1). En ce même moment, l'Uruguay a perdu contre la Bosnie donc la 1er place du groupe G était pour nous. En huitièmes de finale, on allait jouer contre le Chili. Malgré la blessure d'Ibrahimovic, on élimine le Chilie sur le score de 2-0 dont 1 goal de Marcus Berg qui a remplacé notre capitaine, Zlatan Ibrahimovic. Après ce match, on allait directement pour les quarts de finale affronter l'une des meilleur nation du monde, l'Argentine qui a remporté la Coupe du Monde, l'année passé. Malgré le retour de Zlatan Ibrahimovic, on a pas réussir à les éliminer donc c'est en quarts de finale qu'on quitte la Coupe du Monde. Je trouve que pour une nation comme la Suède, c'est un bon résultat, on peut repartir la tête haute.

Après une grosse coupe du monde de mon côté, je devais chercher un club étant donné que mon contrat était d'une demi-saison. C'est alors que sans aucune hésitation de ma part que je décide de retourner à Saint-Étienne. Ma candidature a été retenue par les dirigeants, ils étaient très content de me revoir rempiler suite à mon hold-up où j'ai réussi à me qualifier pour la Ligue des Champions. C'est avec plein d'ambition que je commence cette nouvelle saison en Ligue 1, ma deuxième. Le premier évènement de la saison fut le tirage des poules de la coupe aux grandes oreilles. On était dans la quatrième poule en dernière place vu qu'on était l'équipe la plus faible. Venant de la première poule, déjà un grand club avec un des plus gros palmarès, il s'agit du Real de Madrid. Ensuite, un autre club avec un passé historique, les Reds de Liverpool. Et pour terminer, il y a Villareal coaché par Hassan qui peut faire très mal. Le premier match fut le match le plus dur du calendrier puisqu'on se déplaçait à Bernabeu. Je me souviens de ce moment où dans les vestiaires, tout le monde se disait qu'on allait se faire atomiser. Mais on arrive à créer la surprise en arrachant un vieux 0-0, on a même eu un meilleur pourcentage, 54% pour être exacte. Le deuxième était la réception de Liverpool. Après avoir créer la surprise en Espagne, il fallait refaire cela mais cette fois-ci devant notre public et on a réussi puisqu'on a gagné sur le score d'1 à 0. Grâce à cette victoire, j'enregistre un moment historique dans le football Français. Dernière journée de la phase aller fut une autre histoire puisqu'on a perdu sur le score de 0-2 à Villareal. A ce moment de la compétition, on était éliminé. Retour à Goeffroy Guichard avec la venue de Villareal, ce match-là était un autre match si on compare la match allé, on arrache un précieux point grâce à un 0-0. L'avant-dernier match était le dernier devant notre public, on recevait le Réal Madrid qui retourne avec un point en Espagne suite à un troisième 0-0. Le dernier match de ce groupe B fut très important car si on faisait un match nul, on était qualifié pour les quarts de finale, chose que personne n'aurait songé pendant une fraction de seconde. Mais pourtant, on a réussi, on a tenu en échec les Reds chez eux, à Anfield sur le score 1-1. On était tous fou, on a réussi à terminer à la deuxième place qui nous menait vers le bonheur puisqu'on accédait aux quarts de finale, chose que le club de la Loire n'a jamais connu.



Présentation de l'AS Roma.
[b]

_________________


Dernière édition par Gaúcho` le Lun 19 Déc - 13:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Jeu 31 Déc - 18:37


Choix 1 ~ Arsenal F.C.

------------------» S U M M A R Y.
    1. Présentation de Gaúcho.
    2. Présentation d'Arsenal.
    3. Effectif.
    4. Joueurs clés.
    5. Composition.
    6. Recrues envisagées.
    7. Interview.
    8. Motivations.
    9. Objectifs.
    10. Conclusion.



[list]
1. Présentation de Gaúcho.

Comme vous devez le remarquer si je vous écris, c'est pour postuler au poste d'entraîneur, je commence par me présenter comme il se doit. Je m'appelle Axel mais dans le domaine du football, on me surnomme Gaúcho pour la simple et unique raison que je suis pas doué au football. Alors vous allez me dire, que faites-vous à postuler une candidature. Je vais vous expliquer d'où vient ce surnom. Avant de devenir, coach, j'étais joueur de football comme tout gamin aimant ce sport. J'ai évolué toute ma jeunesse dans un des clubs de la capitale de Turquie, je parle de Gençlerbirliği S.K. J'ai joué jusqu'à l'âge de 19 ans au poste de défenseur central. Lors d'un match de pré-saison opposant un autre club de la capital à savoir, Ankaraspor, je me blesse gravement à la jambe droite pour être plus précis. J'ai dû mal à me remettre de cette blessure, je vais passer 5 mois dans la tribune. Lors de mon retour, il ne reste plus beaucoup de match à disputer mais on me verra quelque fois sur les pelouses des diverses équipes de Turquie. Mais, j'ai dû mal à rejouer, cette blessure m'a fait perdre le talent que j'avais, je ne sais plus tirer correctement avec mon pied de prédilection (le droit). Voilà, la signification du surnom "Gaúcho". Deux ans plus tard, je décide de revenir dans le club de ma région (Gençlerbirliği S.K.). Je postule pour revenir sur les terrains mais cette fois-ci en costard au bord du banc. Vingt-trois jours (oui, je me rappelle de ce jour) après ce jour, je reçois une réponse du président qui me nomme entraîneur. J'y resterai 3 ans. La première année fut assez dur, on terminera 14e sur les 20 équipes le SuperLigue de Turquie. La saison suivante (2002-2003) sera nettement meilleur puisque je serai à la 9e place mais surtout j'irai jusqu'en finale de la Coupe contre Trabzonspor. Etant donné qu'ils étaient déjà qualifié pour l'UEFA (Europa League), on allait disputé celle dernière. Ma troisième et dernière année fut la meilleur, on arrive 5e en championnat et on bute encore contre la même équipe mais surtout on retiendra qu'on a été jusqu'en huitièmes de finale éliminé par Valencia, le vainqueur de cette édition 2004. Ensuite, je décide d'arrêter le coaching malgré le succès que j'ai eu cette dernière saison dans ma ville d'enfance. La raison est toute simple, c'est juste que j'ai des problèmes avec ma famille, plus précisément ma fille qui souffre alors je décide de m'en occuper.

Six ans plus tard, je décide de reprendre le football en tant que coach évidemment et je débarque sur la planète Fantastic-Foot. J'arrive en cours de saison (à la 4è journée) au F.C. Lorient. J'y resterai jusqu'à la trêve (15è journée), avec ce club qui vise le maintien en Ligue 1, j'irai jusqu'à la 6è place mais après une baisse de régime, je serai à la 12è place sachant que j'ai reprit le club à la 14è place. Avec le FCL, j'ai recruté des joueurs comme Oguchi Onyewu, Stephen Carr, Marco Torsiglieri, Xisco et Miralem Sulejmani. Ensuite à la trêve, je décide de changer d'équipe et c'est là que j'arrive ici à Saint-Étienne comme vous vous rappellez. Ma saison a été une réussite puisque j'ai réussi à nous qualifier pour participer à la Ligue des Champions. Je termine avec un très bon bilan (6V-8N-1D) où en 15 matchs, j'ai connu qu'une seul fois la défaite contre Caen. J'ai recruté des bons joueurs comme Miroslav Stoch, Diniyar Bilyaletdinov, Jon Dahl Tomasson et Achille Emana. Ensuite, j'ai postulé pour devenir le sélectionneur de la Suède, j'aurai pu choisir la Turquie ou la Belgique mes deux nationalités mais j'ai préféré tenter le défi en Suède, un pays que j'apprécie. Après ma nomination, la prochaine étape était le tirage au sort qui fut assez difficile quand on voit qu'il y avait l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie, le Danemark et la Bosnie. Les médias nous voyait passer les éliminatoires en finissant 4è derrière l'Espagne, les Pays-Bas, la Turquie et devant le Danemark et la Bosnie. La première journée fut un match capitale car on jouait contre la Turquie. Ce fut une défaite 1-0. Malgré ce revers, je décide de ne pas changer ma composition. Ensuite le 2è match fut une grande réussite puisqu'on prenait les 3 points en gagnant 2-0 contre les Pays-Bas. Le 3è match aussi a été une grande réussite vu qu'on a réussit à battre l'Espagne, 1-0. La 4è journée fut assez décisive puisque si on battait le Danemark, on était déjà qualifié pour la Coupe du Monde. Et ce fut une nouvelle victoire sur le score de 1-0. La 5è et dernière journée étant sans enjeux pour nous puisqu'on était déjà qualifié mais si on gagnait on terminait 1er du groupe. Et c'est sans aucune difficulté qu'on bat la Bosnie (1-0). On termine donc 1er du groupe (4V-0N-1D) devant la Turquie, l'Espagne, la Bosnie, les Pays-Bas et le Danemark. Après des heures de stress, on a eu de la chance puisqu'on a hérité d'un groupe pas trop difficile qui était composé de l'Uruguay, notre adversaire directe pour la 1er place. Il y avait également le Pérou qui est une nation qui est pas mal et il y avait la Bosnie que nous avons déjà rencontré lors des éliminatoires. Le 1er match fut le match le plus important puisqu'on affrontait notre adversaire directe, la défaite était interdite. C'est sur le score de 2-2 grâce à Ibrahimovic qui a mit nos 2 buts qu'on termine le match. Le match suivant était important puisqu'on jouait la Bosnie où les 3 points étaient obligatoire si on voulait se qualifier et on a prit les 3 points en gagnant 2-0 sur un nouveau doublé d'Ibrahimovic. Le dernier match était très important vu que si on perdait on rentrait à la maison. Mais on a réussi à arracher 1 point contre le Pérou (1-1). En ce même moment, l'Uruguay a perdu contre la Bosnie donc la 1er place du groupe G était pour nous. En huitièmes de finale, on allait jouer contre le Chili. Malgré la blessure d'Ibrahimovic, on élimine le Chilie sur le score de 2-0 dont 1 goal de Marcus Berg qui a remplacé notre capitaine, Zlatan Ibrahimovic. Après ce match, on allait directement pour les quarts de finale affronter l'une des meilleur nation du monde, l'Argentine qui a remporté la Coupe du Monde, l'année passé. Malgré le retour de Zlatan Ibrahimovic, on a pas réussir à les éliminer donc c'est en quarts de finale qu'on quitte la Coupe du Monde. Je trouve que pour une nation comme la Suède, c'est un bon résultat, on peut repartir la tête haute.

Après une grosse coupe du monde de mon côté, je devais chercher un club étant donné que mon contrat était d'une demi-saison. C'est alors que sans aucune hésitation de ma part que je décide de retourner à Saint-Étienne. Ma candidature a été retenue par les dirigeants, ils étaient très content de me revoir rempiler suite à mon hold-up où j'ai réussi à me qualifier pour la Ligue des Champions. C'est avec plein d'ambition que je commence cette nouvelle saison en Ligue 1, ma deuxième. Le premier évènement de la saison fut le tirage des poules de la coupe aux grandes oreilles. On était dans la quatrième poule en dernière place vu qu'on était l'équipe la plus faible. Venant de la première poule, déjà un grand club avec un des plus gros palmarès, il s'agit du Real de Madrid. Ensuite, un autre club avec un passé historique, les Reds de Liverpool. Et pour terminer, il y a Villareal coaché par Hassan qui peut faire très mal. Le premier match fut le match le plus dur du calendrier puisqu'on se déplaçait à Bernabeu. Je me souviens de ce moment où dans les vestiaires, tout le monde se disait qu'on allait se faire atomiser. Mais on arrive à créer la surprise en arrachant un vieux 0-0, on a même eu un meilleur pourcentage, 54% pour être exacte. Le deuxième était la réception de Liverpool. Après avoir créer la surprise en Espagne, il fallait refaire cela mais cette fois-ci devant notre public et on a réussi puisqu'on a gagné sur le score d'1 à 0. Grâce à cette victoire, j'enregistre un moment historique dans le football Français. Dernière journée de la phase aller fut une autre histoire puisqu'on a perdu sur le score de 0-2 à Villareal. A ce moment de la compétition, on était éliminé. Retour à Goeffroy Guichard avec la venue de Villareal, ce match-là était un autre match si on compare la match allé, on arrache un précieux point grâce à un 0-0. L'avant-dernier match était le dernier devant notre public, on recevait le Réal Madrid qui retourne avec un point en Espagne suite à un troisième 0-0. Le dernier match de ce groupe B fut très important car si on faisait un match nul, on était qualifié pour les quarts de finale, chose que personne n'aurait songé pendant une fraction de seconde. Mais pourtant, on a réussi, on a tenu en échec les Reds chez eux, à Anfield sur le score 1-1. On était tous fou, on a réussi à terminer à la deuxième place qui nous menait vers le bonheur puisqu'on accédait aux quarts de finale, chose que le club de la Loire n'a jamais connu.



2. Présentation d'Arsenal.

Arsenal est fondé sous le nom de Dial Square FC en 18861 par des ouvriers de la manufacture d'armes Royal Arsenal, située à Woolwich, à l'Est de Londres sur la Tamise. Rebaptisé Royal Arsenal peu de temps après, le club adopte l'appellation Woolwich Arsenal lorsqu'il prend forme d'une Limited company en 1891. Les Gunners débutent en Football League Second Division, dont ils sont le premier club du sud du pays, en 18931. Ils évoluent alors au Manor Ground de Plumstead. Quand ils sont promus en Football League First Division en 1904, il n'y a toujours pas d'autre club de la région de Londres en Football League. Cet isolement géographique du club handicape le club, qui connait des problèmes financiers en raison des faibles affluences lors des matchs joués à domicile. Woolwich Arsenal (en foncé) face à Newcastle Utd en 1906. En 1910, malgré la promotion de Tottenham et Chelsea dans l'élite, le club est proche de la faillite quand les hommes d'affaires Henry Norris et William Hall le rachètent. Norris cherche à faire déménager le club, et alors qu'Arsenal est relégué en Second Division en 1913, il prend possession d'un nouveau stade situé dans le quartier d’Highbury, au nord de la capitale : l'Arsenal Stadium. L'année suivante, le club abandonne logiquement le Woolwich de son appellation et devient l’Arsenal Football Club.

Cinquième de Second Division en 1915, à la veille d'une interruption de quatre ans due à la Première Guerre mondiale, Arsenal bénéficie de l'élargissement à 22 clubs de la première division en 1919 pour y être promu dans des circonstances qui font polémique4. La promotion du club paraît peu défendable sur le plan purement sportif5, si ce n'est les saisons passées par le club londonien dans l'élite, et semble être due en partie à l'influence de son président Norris. Dans le même temps, ses rivaux de Tottenham Hotspur, derniers de première division en 1915, sont relégués. Depuis lors, Arsenal n'est jamais redescendu en division inférieure.

En 1925, le talentueux Herbert Chapman devient l'entraîneur d'Arsenal. Il a déjà remporté le championnat avec Huddersfield Town Football Club en 1924 et 1925, et Arsenal lui doit sa première période de succès majeurs. Ses méthodes d'entraînement et ses tactiques qualifiées de révolutionnaires, ainsi que des joueurs tels que Alex James et Cliff Bastin, sont à l'origine de la domination du club dans le football anglais des années 1930. Dauphin d'Huddersfield Town en championnat en 1926, finaliste malheureux de la Coupe d'Angleterre en 1927 face aux... Gallois de Cardiff City, Arsenal remporte son premier trophée en 1930 en battant Huddersfield en finale de la Cup, puis enlève son premier titre de champion l'année suivante, grâce notamment par l'efficacité de son buteur Jack Lambert. Vice-champions en 1932, les Gunners gagnent les trois championnats suivants (1933, 1934 et 1935), et ce malgré le décès de Chapman, victime d'une pneumonie en 1934. Ce dernier a tout de même le temps de faire renommer la station de métro Gillepsie Road en Arsenal, unique arrêt londonien portant le nom d'un club de football.

Après la conquête d'une deuxième victoire en Coupe en 1936 et un nouveau titre en 1938, Arsenal est durement frappé par la Seconde Guerre mondiale, qui coûte la vie à neuf de ses joueurs5. Au retour des compétitions, Arsenal remporte à nouveau le championnat en 1948 et 1953, ainsi que la Coupe d'Angleterre en 1950. Malgré ces succès, le club ne peut retrouver des joueurs de la qualité de ceux qui composaient son effectif dans les années 1930, et remporte peu de trophées avant les années 1970. L'ancien capitaine de l'équipe d'Angleterre de football Billy Wright, devenu manager du club, ne parvient à connaître le moindre succès. La seconde époque dorée commence en 1966 avec l'arrivée du physiothérapeute Bertie Mee en tant que manager. Après deux finales de Coupes de la Ligue anglaise perdues, ils remportent la Coupe des villes de foires, leur premier trophée européen, en 1970, après avoir battu l'Ajax Amsterdam de Johan Cruijff et les Belges d'Anderlecht. Cette victoire est suivie de leur premier doublé coupe-championnat d'Angleterre en 1971, qu'ils ne sont que le deuxième club à réaliser après Tottenham, dix ans plus tôt. Malgré ces succès, la décennie 1970 est caractérisée par un grand nombre de rendez-vous manqués. Ils finissent seconds du championnat en 1973, perdent deux finales de coupe d'Angleterre (1972, 1978). Mené par le gardien Pat Jennings, le défenseur David O'Leary et le milieu de terrain Liam Brady1, Arsenal connaît un grand succès en battant à la dernière minute Manchester United en finale de la coupe d'Angleterre en 19795, mais la saison suivante est terrible avec deux défaites en finale de la coupe d'Angleterre et de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes, perdue face le Valence CF à l'issue de l'épreuve des tirs aux but.

Le retour de l'ancien joueur international écossais George Graham en tant que manager en 1986 ouvre pour Arsenal une nouvelle période de succès1. Arsenal gagne la League Cup (la Coupe de la Ligue anglaise) dès la première saison du nouvel entraîneur, qui bâtit une défense infranchissable autour de Lee Dixon, Tony Adams, Steve Bould et Nigel Winterburn. Le championnat 1989 donne lieu à un final incroyable : deuxième à trois points de Liverpool, avec une différence de buts inférieure de quatre buts, Arsenal doit battre son rival par deux buts d'écarts lorsqu'il se déplace à Anfield lors de la dernière journée. Vainqueur 2-0 grâce à un but de Michael Thomas inscrit à la dernière minute, l'équipe de Graham devance finalement leur adversaire grâce à une meilleure attaque. Renforcé par le recrutement du gardien de but David Seaman puis du buteur Ian Wright, le Boring Arsenal (en français : « ennuyeux Arsenal ») est de nouveau sacré en 1991 en ne concédant qu'une seule défaite, et réussit le doublé Coupe d'Angleterre et Coupe de la Ligue anglaise en 19936. Enfin Arsenal remporte avec Graham un second trophée européen en 1994 : la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes, grâce à une victoire sur Parme AC. Cependant la réputation de George Graham est ternie quand il est révélé que l'agent Rune Hauge lui a versé des commissions lors de la signature de certains joueurs. Il est démis de ses fonctions en 1995 et suspendu durant un an par la fédération anglaisenote.

Les succès du club à partir de la fin des années 1990 doivent beaucoup au recrutement de l'entraîneur français Arsène Wenger en 1996, premier manager non britannique du club6. Bien qu'arrivé dans un relatif anonymat (les tabloïds anglais titrant, le lendemain de sa nomination « Arsene Who? »6), il apporte une nouvelle approche tactique, plus offensive1, un nouveau régime d'entraînement et plusieurs joueurs étrangers complètent rapidement l'effectif de départ (notamment de nombreux français, dont les champions du monde Patrick Vieira et Emmanuel Petit6, rejoints en 1999 par Thierry Henry, puis par Wiltord et Pires). Arsenal réussit deux nouveaux doublés coupe-championnat en 1998 puis en 2002 ; le club remporte également la Coupe d'Angleterre en 2003 et 2005. En 2004, Arsenal est sacré champion en ne perdant aucun match6, et porte le record d'invincibilité en Premier League à 49 matchs d'affilée. Avec cette performance, le club est surnommé « l'invincible Arsenal7 ». Sous la conduite d'Arsène Wenger le club a toujours terminé à l'une des quatre premières places du championnat anglais. Arsenal est considéré comme l'un des quatre clubs anglais les plus importants avec Manchester United, Chelsea et Liverpool, il forment le « Big Four ». Cependant Wenger ne parvient pas à faire connaître à son club la même réussite sur la scène européenne : les joueurs de Wenger se qualifient en finale de la coupe de l'UEFA en 2000, qu'ils perdent aux tirs au but face aux Turcs de Galatasaray SK (0-0, 1-4 t.a.b.), puis en finale de la Ligue des champions en 2006, perdue face au FC Barcelone alors qu'ils menaient 1-0 jusqu'à un quart d'heure de la fin.



3. Effectif.

■ LES GARDIENS ~ 3 :

FABIANSKI Lukasz
MANNONE Vito
SZCZESNY Wojciech

■ LES DÉFENSEURS ~ 10 :

ANDRE SANTOS
DJOUROU Johan
GIBBS Kieran
JENKINSON Carl
KOSCIELNY Laurent
MERTESACKER Per
MIQUEL Ignasi
SAGNA Bacary
SQUILLACI Sebastien
VERMAELEN Thomas

■ LES MILIEUX ~ 10 :

ARTETA Mikel
BENAYOUN Yossi
COQUELIN Francis
DIABY Abou
EASTMOND Craig
FRIMPONG Emmanuel
RAMSEY Aaron
ROSICKY Tomas
SONG Alexandre
WILSHERE Jack

■ LES ATTAQUANTS ~ 8 :

ARSHAVIN Andrei
CHAMAKH Marouane
GERVINHO Kouassi
MIYAICHI Ryo
OXLADE CHAMBERLAIN Alex
PARK CHU YOUNG
VAN PERSIE Robin
WALCOTT Théo



4. Joueurs clés.


SZCZESNY Wojciech ~ Pologne ~ 81GB
Wojciech Szczęsny, né le 18 avril 1990 à Varsovie, est un footballeur international polonais évoluant au poste de gardien de but à Arsenal. Il est le fils de Maciej Szczęsny, ancien international polonais. Arrivé à Arsenal en 2006, Wojciech Szczęsny intègre les équipes de jeunes du club londonien puis l'équipe réserve un an plus tard. Régulièrement titularisé par son entraîneur, Szczęsny se brise les deux mains le 11 novembre 2008 lors d'une séance d'entraînement, et doit être écarté des terrains durant six mois. Le 22 septembre 2009, Szczęsny dispute son premier match officiel avec l'équipe première d'Arsenal, en League Cup contre West Bromwich Albion (2-0). Pour ses débuts, le jeune gardien garde sa cage inviolée et réalise dans l'ensemble un bon match. Quatrième gardien des Gunners, il est prêté le 20 novembre de la même année d'abord pour un mois au Brentford Football Club, club de troisième division. Un jour plus tard, il dispute sa première rencontre avec sa nouvelle équipe, contre Walsall (match nul 1-1). Le 24 novembre, il s'illustre en arrêtant le pénalty de Matt Harrold, ce qui n'empêche cependant pas son club de s'incliner contre Wycombe4. Son prêt est finalement prolongé jusqu'à la fin de la saison5 et il prend part à 28 rencontres de championnat. Le 13 décembre 2010, il débute en Premier League lors de la 17e journée face a Manchester United (défaite 0-1), devenant ainsi le plus jeune gardien aligné par Arsenal en championnat. Arsène Wenger en fait un titulaire en l'absence de son compatriote Łukasz Fabiański, blessé à l'épaule, Manuel Almunia étant réduit au rôle de remplaçant. Szczęsny participe par la suite au huitième de finale aller de la Ligue des champions contre le FC Barcelone, où il s'illustre par quelques parades qui contribuent au succès d'Arsenal 2-1 sur sa pelouse. Le 27 février 2011, lors de la finale de la League Cup contre Birmingham, une mésentente avec son coéquipier Laurent Koscielny dans le temps additionnel permet à Obafemi Martins de marquer l'ultime but du match, ce qui engendre la défaite d'Arsenal (2-1). Le 8 mars 2011, il se blesse au doigt lors du huitième de finale retour de la Ligue des champions disputé contre le FC Barcelone (défaite 3-1) et selon Arsène Wenger, il risque d'être absent six semaines. Sa blessure entraîne une pénurie de gardiens à Arsenal, ce qui conduit Jens Lehmann, ancien gardien du club alors âgé de 41 ans, à sortir provisoirement de sa retraite pour suppléer Manuel Almunia. Cependant, Szczęsny se remet de sa blessure plus rapidement que prévu et retrouve sa place de titulaire le 17 avril contre Liverpool (1-1). Quelques jours plus tard, Arsenal concède le nul sur le terrain du rival Tottenham (3-3) et subit sa première défaite en championnat depuis le mois de décembre à Bolton (1-2) malgré l'arrêt d'un penalty par Szczęsny, anéantissant les espoirs de titre des Gunners. À l'aube de la saison 2011-2012, Szczęsny hérite du numéro 13 laissé libre par Jens Lehmann.

SAGNA Bacary ~ France ~ 83DL
Bacary Sagna, né le 14 février 1983 à Sens, est un footballeur international français qui évolue au poste de défenseur à Arsenal. Bacary Sagna obtient sa première licence de football dans le club de sa ville natale Sens. Il gravit tous les échelons et se fait courtiser par le club voisin, l'AJ Auxerre. Cependant, le père de Sagna trouvait qu'il était encore un peu tôt pour que son fils quitte le giron familial. Bacary rejoint l'AJA un an plus tard à l'âge de 14 ans. Il intègre le groupe sport-études, structure dans laquelle il suit son cursus scolaire jusqu'au baccalauréat. Diplômé, il intègre le centre de formation du club, où il joue rapidement en CFA 2 puis CFA. À cette époque, le jeune Bacary Sagna évolue au poste d'attaquant. C'est Bernard David, entraîneur du groupe CFA, qui a l'idée de le positionner arrière droit, lors d'un match contre Boulogne-sur-Mer, afin de pallier l'absence du titulaire blessé. Bacary Sagna se distingue par sa combativité et sa condition physique au-dessus de la moyenne. Rarement pris en défaut par son adversaire, il n'hésite jamais à apporter le surnombre sur son aile. Dès sa première saison en Ligue 1 en 2004-2005, il dispute 26 matches, profitant de la grave blessure du latéral droit titulaire Johan Radet pour passer de l'équipe CFA à la Ligue 1. Grâce à de bonnes performances lors de la saison 2006-2007 durant laquelle il prend part à l'intégralité des 38 rencontres de championnat, Sagna est membre de l'équipe type de Ligue 1. Le 12 juillet 2007, il signe un contrat de quatre ans en faveur d'Arsenal. Bacary Sagna inscrit son premier but contre Chelsea le 23 mars 2008. Après une première saison satisfaisante en Premier League, il fait partie de l'équipe type de la saison et prolonge son contrat avec Arsenal, étant désormais lié au club londonien jusqu'en 2014. Le 17 avril 2011, il est nommé dans l'équipe type de Premier League de la saison 2010-2011 et est ainsi le meilleur arrière droit de la saison pour la seconde fois. Le 2 octobre 2011, lors du North London derby opposant les Gunners à Tottenham (7e journée, 2-1 pour les Spurs), Sagna est victime d'une fracture du péroné droit. Il devrait être éloigné des terrains durant trois mois.

VERMAELEN Thomas ~ Belgique ~ 85DC
Thomas Vermaelen, né le 14 novembre 1985 à Kapellen, est un footballeur international belge qui évolue au poste de défenseur à Arsenal. Il est capitaine de la sélection belge depuis 2009. Vermaelen commence sa carrière au Germinal Ekeren qui fusionne avec Beerschot en 1999 pour devenir K Beerschot Antwerpen Club. En 2000, il est transféré à l'Ajax Amsterdam qui a un accord de partenariat avec le club belge. Le jeune défenseur effectue toutes ses gammes au sein du centre de formation de l'Ajax et prend part à son premier match professionnel le 15 février 2004 contre le FC Volendam. Cette saison-là est marquée par la victoire de l'Ajax en championnat. La saison suivante, il est prêté pour une saison au RKC Waalwijk. En 2005, il revient à l'Ajax Amsterdam et s'impose malgré son jeune âge comme titulaire au cœur de la défense. Après avoir participer à 143 matchs toutes compétitions confondues (10 buts) et remporter deux Coupes des Pays-Bas ainsi que deux Supercoupes, Vermaelen quitte l'Ajax en 2009. Thomas Vermaelen rejoint Arsenal à l'été 2009 après avoir signé un contrat de quatre ans. Il fait sa première apparition en Premier League le 15 août 2009 face à Everton et marque son premier but avec les Gunners par la même occasion (victoire 6-1). Grâce à ses bonnes performances lors de la saison 2009-2010, il est nommé dans l'équipe type de Premier League. Le 7 septembre 2010, Vermaelen se blesse au tendon d'Achille lors d'un match avec la sélection belge. Au départ, la durée de son indisponibilité demeure floue mais en décembre 2010, son manager Arsène Wenger annonce qu'il fera son retour sur les terrains début 2011. Il participe à seulement cinq rencontres durant la saison 2010-2011 à cause de cette blessure. Son retour se fait attendre et Thomas Vermaelen revient enfin sur les terrains le 15 mai 2011 lors de la 37e journée de Premier League face à Aston Villa (1-2). Le 16 août 2011, suite au départ de Francesc Fàbregas vers le FC Barcelone, Vermaelen est nommé vice-capitaine d'Arsenal par Arsène Wenger. Le capitaine de la sélection belge prolonge son contrat avec Arsenal le 18 octobre 2011. Son précédent bail prenant fin en juin 2013, les Gunners annoncent sur leur site officiel que «le joueur signe un nouveau contrat longue durée» et que «c'est un joueur spécial qui a toujours apporté une grande contribution sur le terrain».

WILSHERE Jack ~ Angleterre ~ 86MR
Jack Wilshere, né le 1er janvier 1992 à Stevenage (Angleterre), est un footballeur international anglais évoluant au poste de milieu de terrain à Arsenal. Jack Wilshere rejoint le centre de formation d'Arsenal en octobre 2001. Doté d'une grande technique et d'une percussion impressionnante, le jeune anglais intègre au début de la saison 2008-2009 l'équipe première d'Arsenal, à tout juste 16 ans. Il devient le plus jeune joueur de tous les temps à jouer en championnat et en Premier League pour Arsenal, à 16 ans et 256 jours, lors de la victoire 4-0 d'Arsenal face aux Blackburn Rovers, le 13 septembre 2008. Par ailleurs, il inscrit son premier but en professionnel le 23 septembre 2008 lors de la victoire 6-0 des Gunners face à Sheffield United en League Cup. Le record de précocité de « The Wilsh » en Premier League n'est pas le seul à être décroché par l'Anglais. En effet, il détient deux autres records de précocités : la Ligue des champions et la Coupe d'Angleterre. De plus, Jack Wilshere est le cinquième joueur de moins de 17 ans à avoir joué en Ligue des champions. Le 1er janvier 2009, le jour de ses 17 ans, Jack Wilshere signe son premier contrat professionnel au club (contrat de six ans) et hérite du numéro 19, porté auparavant par le Brésilien Gilberto Silva. Début août 2009, Arsenal remporte le tournoi amical de l'Emirates Cup, et Wilshere est élu deux fois meilleur joueur du match (Atletico Madrid et Glasgow Rangers). Il inscrit d'ailleurs deux buts face au club écossais devant le sélectionneur anglais, Fabio Capello. Quelques jours plus tard, il fait ses débuts avec les moins de 21 ans anglais, à seulement 17 ans et 223 jours. En février 2010, Jack Wilshere est prêté jusqu'à la fin de la saison à Bolton Wanderers dans le but de gagner en expérience et en puissance physique. Il fait ses débuts avec son nouveau club le 7 février 2010 contre Manchester City. Malgré la défaite de son club, Jack Wilshere réalise un excellent match et impressionne son nouvel entraineur Owen Coyle. Il devient petit à petit le meneur de jeu des Wanderes, jouant dans un rôle de numéro 10 juste derrière l'attaquant suédois Johan Elmander. Son aide aura été précieuse pour le club de Bolton, qui se verra maintenu en Premier League. Il est de retour à Arsenal au terme de la saison 2009-2010, son entraineur Arsène Wenger l'encourage dans le magazine anglais The Sun "Pour l’instant, je veux que Jack gagne de l’expérience et, si possible, avec Arsenal. Je vais lui donner une chance de jouer, maintenant. Je veux voir s’il peut intégrer l’équipe une". Le manager français déclare également qu'il souhaite donner du temps de jeu à son jeune poulain lors des matchs de préparation pour qu'il puisse s'améliorer. Début août 2010, il est titularisé pour la première fois en Premier League face aux Reds de Liverpool. Beaucoup de spécialistes voient le jeune prodige anglais comme la probable révélation de cette saison 2010-2011. Début 2011, Arsenal est en bonne position pour la conquête du championnat (troisième). Même si elle le doit beaucoup à Samir Nasri, auteur d'un début de saison tonitruant, l'apport de Jack Wilshere en tant que titulaire au sein du milieu des Gunners s'avère être efficace. Les blessures respectives d'Abou Diaby, Aaron Ramsey, Denilson et dans un moindre cas, de Cesc Fabregas, lui permettent de s'imposer. Placé en tant que milieu de soutien, aux côtés d'Alexandre Song et de Cesc Fabregas, il progresse notamment l'aspect défensif de son jeu, tout comme sa vision du jeu. Ses bonnes performances lors de la saison 2010-2011 lui valent d'être nommé aux côtés de Joe Hart, Nani, Seamus Coleman, Gareth Bale ainsi que de son coéquipier Samir Nasri pour le titre de meilleur jeune joueur de l'année de Premier League1. Il remporte d'ailleurs ce trophée mi-avril. Le 27 mai 2011, il est élu par les supporters meilleur joueur d'Arsenal de la saison 2010-2011. Le 31 juillet 2011, Wilshere se fracture la cheville droite lors du tournoi amical de l'Emirates Cup. Opéré avec succès le 26 septembre, le jeune milieu anglais suit une longue période de rééducation et le club londonien envisage une convalescence d'une durée de quatre à cinq mois.

ROSICKY Tomas ~ Tchéquie ~ 86MO
Tomáš Rosický, né le 4 octobre 1980 à Prague (République tchèque), est un footballeur international tchèque qui évolue au poste de milieu de terrain à Arsenal. Il est le capitaine de la sélection tchèque depuis 2006. Surnommé Little Mozart, Tomáš Rosický est connu pour sa justesse de passe, il est aussi brillant pour garder la balle. Il commence sa carrière au AC Sparta Prague en 1998 où il gagne le championnat et devient le plus jeune joueur à être élu Joueur de l'année. C'est à 18 ans qu'il rejoint le Sparta Prague qu'il qualifie plus tard de « cadeau avec mon frère ». En effet, le club tchèque était très intéressé par son grand frère, Jiří Rosický, qui était à cette époque l'un des joueurs les plus convoités de la Tchécoslovaquie. Leur père insiste donc pour que Prague prenne ses deux fils. En 2001, il part au Borussia Dortmund où il remporte la Bundesliga en 2002 et atteint la finale de la Coupe UEFA (perdu contre le Feyenoord Rotterdam 3-2). Durant ses six années en Allemagne, il prend part à 149 matchs de championnat (20 buts) et à 27 matchs européens (3 buts, Ligue des champions et Coupe UEFA). La réputation de Rosický grandit pendant son séjour en Allemagne mais durant la fin de celui-ci, le club a des difficultés financières. Bien qu'ils ne le désirent pas, les dirigeants du club sont forcés de vendre leur meilleurs joueurs dont Little Mozart. De nombreux clubs européens se montrent intéressés par le milieu tchèque et Rosický émet le désir de partir dès la fin de la saison 2005-2006. Le 23 mai 2006, Tomáš Rosický signe un contrat "longue durée" avec Arsenal. Le montant du transfert est inconnu mais les médias parlent d'environ 6,8 millions de £3. Il hérite alors du numéro 7, laissé vacant après le départ de Robert Pires vers Villarreal quelques jours plus tôt. Le 8 août 2006, Tomáš Rosický fait ses débuts avec Arsenal lors du troisième tour préliminaire de la Ligue des champions contre le Dinamo Zagreb. En septembre, Rosický marque son premier but pour les Gunners sur le terrain de Hambourg SV en Ligue des champions et le 11 février 2007, son premier but en Premier League contre Wigan. Début 2007, Tomáš Rosický est sacré meilleur joueur tchèque de l'année pour la troisième fois de sa carrière. Après un bon début de saison 2007-2008, Rosický se blesse grièvement en janvier 2008, manquant ainsi la fin de saison d'Arsenal ainsi que la phase finale de l'Euro 2008. Suite à de multiples complications et rechutes, il connait une saison 2008-2009 blanche. Il ne dispute aucune rencontre officielle avec l'équipe londonienne. Rosický fait son retour à la compétition le 12 septembre 2009 lors du match de Premier League contre Manchester City. Si Arsenal s'incline 4-2, il est impliqué sur les deux buts de son équipe : entré en jeu à la 53e minute, il adresse une passe à Robin van Persie pour l'égalisation (1-1) et marque son premier but de la saison en fin de match. De nouveau blessé, il est éloigné quelques semaines des terrains. Il fait son retour à la compétition le 9 janvier 2010 pour le compte de la 21e journée du championnat. Entré à la 64e minute, il marque le but égalisateur contre Everton dans le temps additionnel (2-2).

ARSHAVIN Andrei ~ Russie ~ 85ML
Andreï Sergueïevitch Archavin, né le 29 mai 1981 à Leningrad (Union soviétique), est un footballeur international russe qui évolue au poste d'attaquant à Arsenal. Il est le capitaine de la sélection russe depuis 2009. Né le 29 mai 1981 à Leningrad (Union soviétique), Andreï Archavin commence le football à l'âge de 7 ans et est issu de l'école de football Smena où il est entraîné par Vinogradov et Gordeïev. En 1999 et 2000, il joue pour l'équipe réserve du Zénith Saint-Pétersbourg en deuxième division russe où il marque 7 buts en 56 matchs1. Il intègre l'équipe première du Zénith lors de la Coupe Intertoto 2000, à l'occasion de la demi-finale retour contre Bradford City à Valley Parade, match remporté 3-0 par le Zénith. Joueur-clé du Zénith, il brille notamment lors de la coupe UEFA 2007-2008 qui voit le triomphe final du club russe, grâce à son talent, son explosivité et sa combativité. Son succès au Zénith et ses bonnes prestations durant l'Euro 2008 alimentent les rumeurs de transfert, notamment vers l'Angleterre (Manchester City, Newcastle, Everton, Arsenal, Chelsea), mais aussi en Espagne (FC Barcelone, Real Madrid). Il rejoint finalement le club londonien d'Arsenal au mercato d'hiver 2009 pour environ 13,3 millions d'euros. Andreï Archavin joue son premier match avec Arsenal le 23 février à l'occasion de la 26e journée contre Sunderland et il est élu homme du match malgré le nul concédé 0-0. Il marque son premier but le 14 mars à la 65e minute contre Blackburn. Il marque un quadruplé contre Liverpool en Premier League le 21 avril 2009 et la rencontre se termine sur un score de 4 buts partout. Archavine se distingue lors du match retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions face au FC Porto le 9 mars 2010 en réalisant l'une des meilleures performances de sa carrière en coupe d'Europe. S'il ne marque pas (Arsenal s'impose 5-0), il délivre trois passes décisives à Nicklas Bendtner et Emmanuel Eboué en s'arrachant à chaque fois dans la défense portugaise, puis en lançant une nouvelle fois Eboué en profondeur permettant à celui-ci en toute fin de match d'obtenir un pénalty (transformé par Bendtner qui s'offre un triplé). Arsenal se fait cependant éliminer au tour suivant par le FC Barcelone.

VAN PERSIE Robin ~ Pays-Bas ~ 83AC
Robin van Persie, né le 6 août 1983 à Rotterdam, est un footballeur international néerlandais qui évolue au poste d'attaquant à Arsenal. Van Persie commence à jouer au football à l'âge de 4 ans dans le club d'Excelsior Rotterdam mais suite à des mauvaises relations avec le staff du club, il rejoint l'autre club de Rotterdam, le Feyenoord à l'âge de 16 ans. Il signe son premier contrat professionnel en 2001, et ses bonnes premières prestations lui permettent de jouer dans les équipes nationales des moins de 19 ans et de 21 ans. Il est élu Meilleur espoir du Championnat des Pays-Bas et remporte la Coupe UEFA lors de la saison 2001-2002. Blessé durant l'été 2002, il marque tout de même dix buts en vingt-trois matches de championnat lors de la saison suivante et joue deux matchs de Ligue des champions. Le 6 février 2003, il inscrit cinq buts en Coupe des Pays-Bas face à AGOVV Apeldoorn (score final 6-1). Le club néerlandais échoue en finale de cette compétition face au FC Utrecht (4-1). Le Feyenoord termine troisième lors des trois saisons durant lesquelles van Persie évolue au club. Après de multiples conflits avec son entraîneur Bert van Marwijk et les supporters, Robin van Persie quitte Rotterdam à l'issue d'une convenable saison 2003-2004. Déjà sur les rangs lors du marché des transferts hivernal, Arsenal obtient finalement la signature de Robin van Persie en mai 20041. Arsène Wenger, l'entraîneur d'Arsenal, espère à long terme faire de lui le prochain Dennis Bergkamp. Le 8 août 2004, le jeune néerlandais prend part à son premier match avec le club londonien lors du Community Shield remporté par les Gunners (3-1) aux dépens de Manchester United. Il passe le début de la saison 2004-2005 sur le banc notamment à cause de son expulsion contre Southampton qui coûte la victoire à son club. Après la blessure de Thierry Henry, Wenger opte pour l'utilisation de son jeune attaquant. C'est à ce moment-là que van Persie marque une série de buts dont un doublé en Coupe d'Angleterre contre Blackburn Rovers. Il marque aussi un but face à West Bromwich Albion qui permet à Arsenal de sécuriser la seconde place du championnat. Il est alors élu Joueur du mois. Robin van Persie marque le premier but de la saison 2005-2006 et est de nouveau élu Joueur du mois en novembre 2005. La saison suivante, son but contre Charlton Athletic est élu But du mois par la BBC. Peu de temps après, il marque cinq buts en quatre matches mais sa saison est entachée par des blessures. Il fait son retour contre Manchester United le 21 janvier 2007 à l'Emirates Stadium où il entre en cours de jeu et marque à la 84e minute. Il se blesse au cinquième métatarse lors de la célébration de son but, une blessure qui met fin à sa saison. Après le départ de Thierry Henry, le club londonien attend beaucoup de Robin van Persie pour la saison 2007-2008. Il fait un début de saison fracassant et son duo formé avec Emmanuel Adebayor est qualifié de redoutable. Les Gunners enchainent les bons résultats et se retrouvent en tête du classement. L'attaquant néerlandais termine meilleur passeur de Premier League lors de la saison 2008-2009 avec onze passes décisives. Suite à une blessure à la cheville contractée lors d'un match amical avec sa sélection contre l'Italie, il rate une grosse partie de la saison 2009-2010. Il déclare alors que « cette blessure est très frustrante car il est à son meilleur niveau à tel point que son coach Arsène Wenger n'arrête pas de lui faire des compliments en conférence de presse ». L'attaquant néerlandais fait son retour le 14 avril 2010, lors du derby londonien Tottenham-Arsenal (2-1). Avant le début de la saison 2010-2011, il hérite du numéro 10, porté précédemment par la légende néerlandaise Dennis Bergkamp. Il fait sa 200e apparition sous le maillot des Gunners le 28 août 2010 mais se blesse à la cheville lors de ce match. Il est absent des terrains durant plus de deux mois et fait son retour le 7 novembre lors de la défaite d'Arsenal face à Newcastle United (1-0). Le 1er janvier 2011, van Persie marque son premier but de la saison lors de la victoire 3-0 à Birmingham City. Deux semaines plus tard, il s'offre un doublé lors de la confortable victoire d'Arsenal contre West Ham (3-0). Ces deux buts font de lui le quatrième joueur néerlandais à dépasser les cinquante buts en Premier League. Il marque le premier triplé de sa carrière le 22 janvier 2011 face à Wigan (3-0). Van Persie continue de prouver qu'il est en grande forme en marquant un doublé contre Newcastle (score final 4-4) le 5 février 2011 puis le but égalisateur lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions à l'Emirates Stadium face au FC Barcelone (2-1). Il inscrit le but égalisateur contre Birmingham City en finale de la League Cup le 27 février, sans parvenir à empêcher la défaite de son équipe 1-2. Au cours de la rencontre, le Néerlandais se blesse au genou et est annoncé indisponible durant au moins quatre semaines. Cependant, à la surprise générale, il est titularisé dès le 8 mars à l'occasion des huitièmes de finale retour de la Ligue des champions contre le FC Barcelone. Pendant la rencontre, Robin van Persie, déjà averti, écope d'un second carton jaune pour avoir tiré au but malgré le coup de sifflet de l'arbitre. Très contestée par l'intéressé lui-même et par Arsène Wenger notamment, son expulsion contribue à la défaite 1-3 d'Arsenal et l'élimination des Gunners de la compétition. Robin van Persie enchaine les buts en fin de saison et marque neuf fois en neuf matches consécutifs à l'extérieur, battant le record précédemment détenu par Didier Drogba6. Il termine la saison sur la troisième marche du podium des meilleurs buteurs de Premier League avec 18 réalisations. Le 16 août 2011, il est nommé capitaine d'Arsenal par Arsène Wenger suite au départ de Francesc Fàbregas vers le FC Barcelone. Le 24 septembre, il marque son centième but toutes compétitions confondues sous le maillot des Gunners lors du match comptant pour la 6e journée de Premier League face à Bolton (3-0). Auteur d'un doublé synonyme de victoire pour Arsenal le 16 octobre 2011 lors de la 8e journée de Premier League face à Sunderland (2-1), Robin van Persie entre un peu plus dans l'histoire du club londonien en inscrivant la première réalisation de la rencontre après seulement 29 secondes de jeu. En effet, le Néerlandais devient le buteur le plus rapide de l'histoire d'Arsenal en Premier League et détrône de ce fait Marouane Chamakh, qui possédait le record depuis novembre 2010 après son but marqué en 38 secondes. Le 29 octobre 2011, il inscrit un triplé contre Chelsea à Stamford Bridge (victoire des Gunners 5-3), relançant Arsenal vers le haut du tableau après un démarrage difficile.

WALCOTT Theo ~ Angleterre ~ 83AI
Theo Walcott, né le 16 mars 1989 à Londres, est un footballeur international anglais évoluant au poste d'attaquant à Arsenal. Walcott est né à Stanmore, quartier londonien du district de Harrow. Très jeune, il joue d'abord à Newbury avant d'être transféré à Swindon Town puis à Southampton. En 2005, il joue la finale de la FA Youth Cup contre Ipswich Town. À l'âge de 15 ans et 175 jours, il devient le joueur le plus jeune à jouer pour l'équipe de réserve de Southampton. Au début de la saison 2005-2006, Theo Walcott signe un contrat professionnel avec Southampton, avant de devenir le plus jeune joueur de l'équipe première, à l'âge de 16 ans et 143 jours, à évoluer en championnat contre Wolverhampton. Il marque son premier but contre Leeds United le 18 octobre 2005. Fin 2005, les brillantes performances de Walcott à Southampton attirent l'intérêt des médias britanniques. Les grands clubs anglais commencent à courtiser le joueur mais c'est Arsenal qui réussit le 20 janvier 2006 à le faire signer. Theo Walcott devient ainsi le joueur de 16 ans le plus cher au monde. Il rejoint Arsenal comme «apprenti», et signe son premier contrat professionnel le jour de ses 17 ans, le 16 mars 2006. Il fait sa première apparition en championnat sous les couleurs d'Arsenal le 19 août 2006, contre Aston Villa en tant que remplaçant, avant d'entrer en cours de jeu contre le Dinamo Zagreb lors du troisième tour préliminaire de la Ligue des champions. Durant l'année 2008, il éclate au grand jour et devient au fil des matches une pièce maîtresse de l'équipe d'Arsène Wenger au poste d'ailier droit. Le 21 août 2010, il inscrit un triplé face au promu Blackpool lors de la 2e journée de Premier League.



5. Composition.






Dernière édition par Gaúcho` le Mar 20 Déc - 19:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Jeu 31 Déc - 18:55


6. Recrues envisagées.

Je vais vous parler de mon recrutement même si je n'ai pas encore signer à Arsenal. En premier lieu, je compte éventuellement remplacer notre gardien titulaire, Wojciech Szczęsny, j'envisage de prendre un gardien comme Joe Hart par exemple qui évolue actuellement à Manchester City . En défense, je compte recruter le défenseur du Zenith Saint-Petesburg, Bruno Alves. J'ai également d'autres défenseurs en tête mais je souhaite ne pas les dévoiler. Au poste de milieu, je chercherai en premier lieu un milieu relayeur, je pense par exemple à Marcos Senna qui me semble un bon joueur à ce poste. Pour terminer, je chercherai un attaquant évoluant dans un grand club où il y a beaucoup de joueurs à ce poste comme à l'Inter de Milan, il y a Diego Forlan qui m'intéresse malgré son âge vieillissent. Maintenant, vous allez voir des petits biographies des 4 joueurs qui sont sur mes tablettes pour mieux les connaître. Il y a d'autres joueurs mais je ne souhaite pas dévoiler tout la liste, cette liste est donc exhaustive.


HART Joe ~ Manchester City ~ Angleterre ~ 84GB
Charles Joseph « Joe » Hart, né le 19 avril 1987 à Shrewsbury (Angleterre), est un footballeur international anglais qui évolue au poste de gardien de but à Manchester City. Il évolue de 2003 à 2006 dans le club de sa ville, Shrewsbury Town, qui joue en 4e division, avant d'être acheté, l'été 2006, par Manchester City pour la modique somme de 720 000 €. Quand il arrive à Manchester, il est 3e gardien, mais les blessures d'Andreas Isaksson et Nicky Weaver le propulsent titulaire en Premier League le 14 octobre 2006 contre Sheffield United. Il est ensuite prêté tout le mois de janvier 2007 à Tranmere Rovers (3e division) où il joue 6 matchs. En avril 2007, il est de nouveau prêté, à Blackpool (3e division) cette fois-ci et joue 5 matchs et obtient la montée en 2e division. Lors de la saison 2007-2008, après de bonnes performances, son entraîneur Sven-Göran Eriksson choisit de laisser le jeune Hart titulaire, et Isaksson se retrouve sur le banc. Hart joue finalement 25 matchs de championnat et se révèle aux yeux de l'Angleterre. En mai 2008, Hart est d'ailleurs pour la première fois sélectionné par Fabio Capello en équipe d'Angleterre. Il joue 23 matchs de championnat lors de la saison suivante. En juin 2009, il est prêté au club de Birmingham City jusqu'à la fin de la saison. Il est retenu par Fabio Capello pour participer à la Coupe du monde 2010. Il revient à Manchester City, et débute la saison en étant titulaire pour la première journée face à Tottenham, reléguant ainsi sur le banc le vétéran irlandais Shay Given, pourtant très bon la saison précédente. Grâce à ses bonnes performances dans les cages du club des Citizens, il devient titulaire le reste de la saison et gagne également sa place de numéro 1 au sein de la sélection anglaise. Le 8 août 2011, il prolonge son contrat avec Manchester City. Il est désormais lié au club mancunien jusqu'en juin 2016.

ALVES Bruno ~ Zenith ~ Portugal ~ 85DC
Bruno Eduardo Regufe Alves est un footballeur portugais né le 27 novembre 1981 à Póvoa de Varzim. Bruno Alves est issu du centre de formation du FC Porto. Après des débuts difficiles et plusieurs prêts, il revient dans son club formateur pour la saison 2005-2006. Il met un an à s'imposer et éclate lors de la saison 2006-2007 où il forme avec Pepe la charnière centrale du FC Porto. Il devient alors un titulaire indiscutable, en passe de reprendre le statut de Jorge Costa dans le club ou plus récemment de Ricardo Carvalho. Ses qualités ne passent pas inaperçues dans l'œil du sélectionneur du Portugal Luiz Felipe Scolari qui le lance dans la sélection A. Il s'impose progressivement comme un titulaire indiscutable dans la défense centrale de l'équipe du Portugal. En août 2010, il quitte le FC Porto et rejoint le club russe du Zénith Saint-Pétersbourg pour 22 millions d'euros et un contrat de quatre ans. Bruno Alves est un défenseur central assez dur mais commet peu de fautes contrairement à son ainé et modèle Jorge Costa. Il possède une détente phénoménale et un bon jeu de tête qui lui permet d'être intraitable dans les airs de sa surface et d'être un vrai danger sur coups pieds arrêtés dans celle de l'adversaire. Il tire aussi très bien les coups francs, en force comme en finesse.

SENNA Marcos ~ Villarreal ~ Espagne ~ 81MR
Marcos Antônio Senna da Silva dit Marcos Senna, né le 17 juillet 1976 à São Paulo (Brésil), est un footballeur international espagnol, né brésilien. Ce milieu de terrain défensif évolue depuis 2002 au Villarreal CF, club espagnol situé dans la communauté valencienne. Naturalisé espagnol en 2006, il est sélectionné pour la coupe du monde de 2006 et le championnat d'Europe de 2008. Ses performances de très haut niveau lors de cette dernière compétition sont saluées par les observateurs. Senna est un milieu défensif complet, réputé pour sa hargne et son abattage dans la récupération, mais également pour ses talents de passeur et sa frappe de balle. Il débute sa carrière au Rio Branco Esporte Clube, en Série C du championnat brésilien (D3)1. Après avoir gravi en quelques années les échelons du football brésilien, en évoluant notamment aux Corinthians puis à São Caetano, un club plutôt modeste avec lequel il atteint notamment la finale de la Copa Libertadores 2002. En 2002, il est recruté par le club espagnol de Villarreal CF, où il rencontre d'abord quelques difficultés pour s'imposer. Il trouve une place de titulaire à partir de la saison 2004-2005, qui voit le club à obtenir des résultats inédits. Les valenciens terminent à la troisième place de la Liga et atteignent les quarts de finale de la coupe UEFA en 2005, puis les demi-finales de la Ligue des champions la saison suivante. Début 2006, Senna obtient la nationalité espagnole, ce qui lui permet de postuler à une place dans la Roja. Il est sélectionné pour la première fois le 1er mars 2006 pour un match amical contre la Côte d'Ivoire puis pour la coupe du monde de 2006. Titulaire lors des deux premières victoires en phase de groupe, il rentre en cours de match face à la France en huitième de finale mais ne peut empêcher l'élimination des Espagnols (1-3). Entre 2006 et 2008, Senna, promu capitaine del submarino amarillo suite au départ de Quique Alvarez, se révèle l'un des meilleurs spécialistes du poste. Il mène notamment Villareal à la deuxième place de la Liga en 2008, ce qui lui vaut de remporter le prix Don Balón, récompensant le meilleur joueur de la saison en Espagne. Sélectionné pour l'Euro 2008 avec l'Espagne, il y est titulaire aux côtés de Xavi. L'Espagne n'encaisse que trois buts (uniquement lors des matchs de poule) et remporte finalement la compétition. Senna réalise des performances saluées par les observateurs, qui lui valent d'être notamment élu meilleur joueur du tournoi par La Gazzetta dello Sport et d'être nommé dans l'équipe-type de la compétition par l'UEFA. Lors de la saison 2008-2009, Villarreal retrouve en championnat un classement plus conforme à son statut (5e). En Ligue des champions, les Espagnols éliminent notamment les Celtic Glasgow et le Panathinaïkos et accèdent aux quarts de finale, où ils affrontent les Anglais d'Arsenal. Senna ouvre le score de façon spectaculaire lors du match aller (1-1), mais ne joue pas le match retour où les jaunes sont balayés (3-0). La saison suivante est plus difficile, marquée par des soucis physiques récurrents. À 33 ans, il n'est pas sélectionné pour la coupe du monde, remportée finalement par l'Espagne.

FORLAN Diego ~ Inter Milan ~ Uruguay ~ 80AC
Diego Forlán Corazzo (né le 19 mai 1979 à Montevideo, Uruguay) est un footballeur international uruguayen qui joue actuellement à l'Inter Milan et pour la sélection uruguayenne au poste d'attaquant. Il est actuellement considéré comme l'un des meilleurs attaquants du monde, ayant été élu meilleur joueur de la Coupe du monde 2010. Il a fait partie des 23 joueurs nominés pour le trophée du Ballon d'or 2010. Il est le recordman des sélections et le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale d'Uruguay avec 32 buts. Forlán est issu d'une famille à grande tradition footballistique : son grand-père maternel, Juan Carlos Corazzo, a été sélectionneur de l'équipe nationale d'Uruguay qu'il a mené deux fois à la victoire en Copa América (en 1959 et 1967). Son père, Pablo Forlán, international uruguayen, a disputé les Coupe du monde 1966 et 1974 et a remporté la Copa América en 1967 sous les ordres de son grand-père3. Il a également un frère, Pablo, et trois sœurs, Alejandra, Ramona et Adriana. Passionné de tennis très jeune, Diego voulait y faire carrière mais à l'âge de 11 ans, un terrible drame va le marquer : sa sœur Alejandra est victime d'un accident de la route qui tue son petit ami et, après quatre mois de coma, la cloue dans un fauteuil roulant à vie. Cela va alors l'amener à changer de voie : « J'ai pleuré toutes les larmes de mon cœur. C'est ma sœur qui m'a orienté vers le football. Elle disait que si elle pouvait courir, elle jouerait au foot. J'ai réfléchi et je me suis dit qu'avec ce sport, je pourrai mieux gagner ma vie qu'en jouant au tennis. Je voulais trouver un miracle pour Alejandra et il passait par le football professionnel ». A 15 ans, Diego tente alors de démarrer une carrière de footballeur et va jouer dans les équipes de jeunes de plusieurs clubs uruguayens : le CA Peñarol, le Danubio et fera même un passage au club français de l'AS Nancy-Lorraine où il ne sera pas conservé pour un prétendu manque de "gnaque"2, avant d'aller jouer en Argentine à l'Independiente. Ses débuts sont une réussite et très vite, il est promu en équipe première. Il s'affirme alors comme un joueur très prometteur, inscrivant 37 buts en 3 saisons sous les couleurs de l'Independiente malgré plusieurs blessures. Ses performances tapent dans l'oeil de plusieurs clubs européens et c'est finalement le club anglais de Manchester United qui le recrute début 2002 pour un montant d'environ 11 M€. Forlán a vécu des temps difficiles à Manchester. Il fait ses débuts sous ses nouvelles couleurs dès le 29 janvier face à Bolton mais n'inscrit son premier but que le 18 septembre, sur un pénalty face au Maccabi Haifa en Ligue des champions. Cette période de disette qui a duré 27 matches sur une période de huit mois lui vaut certains surnoms moqueurs de la part de la presse anglaise. Par la suite, Forlán inscrit tout de même des buts importants pour son équipe : une égalisation tardive face à Aston Villa, une splendide vollée pour le but de la victoire face à Chelsea et un doublé face à Liverpool pour une victoire 2-1 à Anfield. Malgré cela, les 17 buts en 98 apparitions (officielles et non officielles) de Forlán sont loins de rivaliser avec les 150 buts en 210 apparitions de son coéquipier Ruud van Nistelrooy. En août 2004, Forlán est transféré dans le club espagnol de Villarreal alors que dans le même temps, Manchester United achète Wayne Rooney. L'arrivée de Forlán était inattendue, le joueur semblant plutôt lié au club de Levante, mais le joueur y signe tout de même le 21 août 2004 pour un transfert avoisinant les 3,2 M€. A Villarreal, Forlán explose : il termine meilleur buteur de la Liga (Pichichi) lors de la saison 2004-2005 avec un total de 25 buts et permet à son club de se qualifier pour la première fois de son histoire en Ligue des Champions. Cette même saison, il remporte le Soulier d'or européen avec Thierry Henry, récompensant le meilleur buteur de la saison en Europe. Sa saison 2005-2006 est plus difficile mais il revient à son meilleur niveau lors de la saison suivante. Sa complémentarité redoutable avec Juan Roman Riquelme permet à Villarreal de s'imposer comme l'un des principaux clubs d'Espagne et d'atteindre les demi-finales de la Ligue des Champions. Forlan devient également meilleur buteur de l'histoire du club (aujourd'hui dépassé par Giuseppe Rossi). Dès le début du mois de juin 2007, le transfert de Forlán est évoqué. Celui-ci intervient le 30 juin et Forlán signe en faveur de l'Atlético de Madrid pour un montant d'environ 21 millions d'euros. Sa tâche est claire : il aura la lourde responsabilité de remplacer l'icône du club, Fernando Torres, parti à Liverpool. Sa première saison à Madrid est de très bonne augure puisqu'il inscrit 23 buts, formant un bon duo d'attaque avec l'Argentin Sergio Agüero. La saison suivante, en 2008-2009, Forlán réalise des prestations impressionnantes. Le 9 mai 2009, il inscrit un doublé contre l'Espanyol qui permet à son club de se qualifier pour la Ligue des Champions pour la deuxième année consécutive. L'Atlético était pourtant mené 0-2 à la pause et jouait à 10 contre 11 après l'expulsion de Luis Perea mais s'impose finalement 3-2 grâce notamment à un but de Forlán. Il inscrit également des buts cruciaux face au FC Barcelone, à son ancien club Villarreal et Valence. Le 23 mai 2009, Forlán inscrit un triplé face à l'Athletic Bilbao qui lui permet de remporter le trophée de Pichichi ainsi que le Soulier d'or européen pour la seconde fois. Il termine la saison avec des statistiques impressionnantes : 32 buts en 33 matches. La saison 2009-2010 débute moins bien pour lui et l'Atlético réalise son moins bon début de saison depuis sa relégation en 2000. Le 24 octobre 2009, Forlán inscrit un pénalty et en manque un second et l'Atlético est tenu en échec 1-1 par Majorque qui avait pourtant joué une grande partie du match avec seulement neuf joueurs. Cette piètre performance suscita le mécontentement des supporters de l'Atlético et les critiques envers Forlán qui fut mis de côté pour le match suivant. L'arrivée de Quique Sánchez Flores améliore les résultats sportifs et Forlán joue mieux en seconde partie de saison. L'Atlético atteint ainsi la finale de la toute nouvelle Ligue Europa et de la Coupe d'Espagne. Le 14 février 2010, Forlán inscrit le premier but de la victoire 2-1 de l'Atlético face au FC Barcelone, infligeant au futur champion sa seule défaite de la saison. Le 22 avril 2010, il inscrit le seul but lors de la demi-finale aller de la Ligue Europa face à Liverpool. Une semaine plus tard, il inscrit un but tout aussi important en réduisant la marque lors de la demi-finale retour à Anfield, permettant ainsi à son club de se qualifier pour la finale grâce aux buts à l'extérieur. Le 12 mai 2010, Forlán devient le héros de son club en inscrivant un doublé en finale de la Ligue Europa face à Fulham, deux fois servi par son coéquipier argentin Sergio Agüero, pour une victoire 2-1 et fut élu meilleur joueur du match. Il termine la saison 2009-2010 avec un total de 28 buts dont 6 lors de la campagne victorieuse de l'Atlético en Ligue Europa. Au mercato d'hiver plusieurs clubs, tel que le Real Madrid ou la Juventus de Turin, se montrent très intéressés par le profil du joueur mais l'Atlético Madrid decide de le garder jusqu'à la fin de la saison. En août 2011, Diego Forlán signe un contrat de deux ans pour un montant d'environ cinq millions d'euros en faveur de l'Inter Milan. Ayant joué avec son ancien club lors du tour préliminaire de la Ligue Europa en août 2011, il ne peut participer à la Ligue des champions qu'à partir des huitièmes de finale.



7. Interview.

Ce dimanche 18 décembre, Téléfoot, émission de TF1 qui passe tout les dimanche a consacré une séquence sur Arsenal où il y avait une interview me concernant, je vous la retranscrit afin de vous la montrer si vous n'avez pas eu la chance de la voir.

David Astorga → Bonjour !
Gaúcho → Bonjour.
David Astorga → Comment allez-vous ?
Gaúcho → Bien.
David Astorga → Je vais y aller direct avec vous, on vous voit signer à Arsenal, pouvez-vous démentir ou confirmer la rumeur qui prend de plus d'ampleur ...
Gaúcho → Exactement, je compte bien signer à Arsenal.
David Astorga → Pourquoi ?
Gaúcho → Tout d'abord, je me sens bien dans cette ville (Londres) qui est quand même la deuxième plus grande ville d'Europe. Mais sérieusement, à Arsenal, j'aime la façon dont où on gère le club qui me convient parfaitement.
David Astorga → Avez-vous un deuxième choix ?
Gaúcho → Je ne préfère pas le dévoiler
David Astorga → Êtes-vous déçu du départ de Cesc Fabregas ou Samir Nasri ?
Gaúcho → Oui car c'étaient deux moteurs principaux de l'équipe, ils gèrent le poste de milieu à eux deux.
David Astorga → Avez-vous des idées de transfert ?
Gaúcho → Oui mais je ne souhaite pas dévoiler mon mercato.
David Astorga → Quel poste souhaitez-vous renforcer en premier ?
Gaúcho → La défense.
David Astorga → Ok, on parle d'un départ de Per Mertesacker ...
Gaúcho → Un départ n'est pas exclus.
David Astorga → Va-t-on voir de gros joueurs à Emirates Stadium ?
Gaúcho → Je l'espère, je ferai tout mon possible.
David Astorga → Avec beaucoup de transferts, vous pensez pas que la cohésion du groupe sera mauvaise ?
Gaúcho → Non.
David Astorga → Quels sont vos objectifs ?
Gaúcho → Gagner un trophée.
David Astorga → Merci au revoir, il me reste plus qu'à rendre l'antenne et vous souhaitez bonne chance.
Gaúcho → Merci beaucoup, au revoir.



8. Motivations.

Mes motivations sont comme notre candidature, elle est longue. Devenir le manager/entraîneur d'Arsenal serait pour moi, un pas de plus pour moi dans le domaine de la simulation. En effet, je n'ai jamais coaché de grand club comme celui-ci et on a tous rêvé de diriger une équipe de ce calibre. J'ai commencé par coacher Lorient, Saint-Étienne, Parma et maintenant, je l'espère, Arsenal. Cela prouve que ma progression est croissante. Je possède un effectif de qualité, un budget assez élevée avec 60 millions d'euros. C'est une source de motivation en plus pour moi. Parmi les joueurs qui composent cette équipe, il y a des joueurs que j'adore comme Thomas Vermaelen qui a la même nationalité que moi. Il y a aussi, Robin Van Persie qui me fait vibrer après chaque match, après chaque but. Il y a d'autres joueurs que j'aime bien mais je ne vais pas tous les citer. Ensuite, Arsenal est un club que j'apprécie étant donner que quand j'étais petit, je me rappelle de cette équipe avec Gilberto Silva et Thierry Henry, ces deux joueurs là me faisaient rêver et je me rappelle que chaque fois que je jouais à PES, je voulais les prendre.



9. Objectifs.

Chaque club, chaque manager ont des objectifs avec leurs clubs. Un club comme Arsenal doit avoir des objectifs élevé comme remporter un trophée dans une compétition qu'il occupe. Mais cette année, c'est une autre chose, les championnats propre à chaque pays n'existe plus, il y a des tournois. En tant que manager/entraineur d'Arsenal, je vais lutter avec mes adversaires pour essayer d'inscrire mon nom dans les vainqueurs d'un tournoi. Rien n'est impossible avec un bon recrutement et une bonne volonté, on peut y arriver mais la bataille sera dure et longue, il ne faudra pas perdre des points inutilement. Je vise également quelques trophées UNFP. Je suis très confiant qu'avec Arsenal, je peux réussir.


10. Conclusion.

Voilà, on arrive au dernier chapitre de ma candidature. Merci d'avoir lu ma grosse candidature qui je l'espère vous a convaincu car je n'ai jamais fait une candidature aussi longue et riche en texte et avec un aussi beau design. Je tiens également à remercier Malick car je me suis basé de sa candidature pour faire le sommaire et la présentation.[/list]


_________________


Dernière édition par Gaúcho` le Mar 20 Déc - 19:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Ven 22 Jan - 23:45


Stoud' vient & Melo part !

Amar'e Stoudemire au micro du Oklahoman

5e transfert pour le Thunder, un 5 qui a complétement changé comparé à la saison passé ...
L'ancien franchise-player (Carmelo Anthony) des Citizens part à Cleveland, il est accompagné de David West et Joe Alexander part à Atlanta, il s'agit d'un trade à 3.
Les nouveaux joueurs qui évolueront au Ford Center sont Amar'e Stoudemire, Ron Artest et Desmond Mason.
Stat sera le nouveau franchise-player, il sera accompagné de RonRon et D-Mase assurera le show avec ses dunks.
Fesons petit point sur les joueurs qui sont là depuis la saison passé, il en reste que 2 : Joe Smith et Ime Udoka.
Une rumeur circule que des agents libres seraient sur le point de signer avec Oklahoma City ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Dim 24 Jan - 15:13


Deux joueurs signent à Oklahoma City !

Devin Brown--Tyronn Lue--

Le Thunder qui recherchaient un meneur et arrière ; ont trouvé les profils recherchés grâce au marché des agents libres.
Comme arrière, il s'agit de Devin Brown, il sera le back-up de Jason Richardson et au poste de meneur, c'est Tyronn Lue qui lui sera le back-up du rookie, Brandon Jennings.
Devin Brown portera le numéro 33 et Tyronn Lue, le numéro 10.
Le Thunder possède maintenant 14 joueurs, les 2 réservistes sont Ime Udoka et Juwan Howard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Ven 29 Jan - 17:07


30/10 : Redd, l'assassin !

Red Hot a pris part au système du Thunder

Le Thunder a réalisé un transfert avant le début de la saison avec 1 premier déplacement assez difficile ...
La transaction a été réalisé avec les TimberWolves de Minnesota.
Jason Richardson, Sean Williams, Steve Blake et Alando Tucker partent contre Michael Redd, Darren Collison (ça fait 2 rookie désormais), JaVale McGee et Melvin Ely.
Après ceci, il y a eu le premier match pour les Citizens, c'était à Minnesota mais l'avantage a été pour l'équipe visiteuse.
Michael Redd finit avec 21 points, Andrew Bogut montre qu'il est bon en frôlant le triple-double (à 2 assists), Stoud' met aussi sa contribution avec 17 points, Artest termine avec 10 points et Jennings s'illustre en marquant 16 points.
Le meilleur remplaçant est le 2e rookie, Darren Collison qui s'illustre avec 8 points en 11 minutes.
Le Thunder gagne ce match 105-94.

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Sam 6 Fév - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Dim 31 Jan - 18:38


31/10 : Première défaite de la saison !

@



Oklahoma City : 1 Win in 2 Games (0 in Ford Center)

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Sam 6 Fév - 12:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Dim 31 Jan - 18:40


02/11 : Victoire important à l'Est !

@



Oklahoma City : 2 Wins in 3 Games (0 in Ford Center)

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Sam 6 Fév - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 6 Fév - 12:09


12/11 : Jennings inscrit le Buzzer-Beater !

@



Oklahoma City : 3 Wins in 4 Games (1 in Ford Center)

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Sam 6 Fév - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 6 Fév - 12:10


13/11 : La fatigue ?

@



Oklahoma City : 3 Wins in 5 Games (1 in Ford Center)

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Sam 6 Fév - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 6 Fév - 12:12


16/11 : Défaite à Washington !

@



Oklahoma City : 3 Wins in 6 Games (1 in Ford Center)

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Sam 6 Fév - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 6 Fév - 12:14


18/11 : 45 points dans le dernier quart-temps !

@



Oklahoma City : 4 Wins in 7 Games (1 in Ford Center)

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Sam 6 Fév - 12:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 6 Fév - 12:16


19/11 : Ca fait mal !

@



Oklahoma City : 4 Wins in 8 Games (1 in Ford Center)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 6 Fév - 19:34


22/11 : Jennings puissance 30 !

@



Oklahoma City : 5 Wins in 9 Games (2 in Ford Center)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Sam 6 Fév - 19:35


25/11 : Stoud se réveille !

@



Oklahoma City : 6 Wins in 10 Games (2 in Ford Center)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Dim 7 Fév - 15:50


26/11 : Série de 3 victoires !

@



Oklahoma City : 7 Wins in 11 Games (4 in Ford Center)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Mar 9 Fév - 17:46


Un nouveau visage !

Brandan Wright

Un nouveau joueur vient de signer à Oklahoma City, il s'agit d'un agent libre, Brandan Wright.
Il prendra la place de Ime Udoka qui lui ira dans la réserve où il y a déjà Juwan Howard et Melvin Ely.
Le Thunder possède 15 joueurs maintenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Ven 12 Fév - 14:37


04/12 : La parole est à la défense !

@



Oklahoma City : 8 Wins in 12 Games (5 in Ford Center)

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Ven 12 Fév - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akselinho.
Rookie
Rookie
avatar

Masculin
Date d'inscription : 02/07/2009
Messages : 4264
Age : 23
Localisation : Istanbul.

MessageSujet: Re: The Oklahoman   Ven 12 Fév - 14:39


08/12 : Défaite à Big Apple !

@



Oklahoma City : 8 Wins in 13 Games (5 in Ford Center)

_________________


Dernière édition par NBA-Axel le Dim 14 Fév - 10:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Oklahoman   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Oklahoman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Cave de la Maison Dingo :: Old Topics :: Ligues Virtuelles 2010 :: Presse-
Sauter vers: